Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 60

UE 103-104 La fabrique de l’événement CM « Constructions de l’événement » PowerPoint PPT Presentation


  • 62 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

UE 103-104 La fabrique de l’événement CM « Constructions de l’événement ». Partie I Événement et médias. Introduction. Comment les médias sont-ils impliqués dans les événements « modernes »?

Download Presentation

UE 103-104 La fabrique de l’événement CM « Constructions de l’événement »

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

UE 103-104 La fabrique de lvnementCM Constructions de lvnement

Partie I

vnement et mdias


Introduction

Introduction

  • Comment les mdias sont-ils impliqus dans les vnements modernes?

  • Distinction de Pierre Nora entre vnement moderne, ncessairement mdiatique, et vnement historique.

  • La mdiatisation ne se contente donc pas de relayer lvnement moderne. Pour Pierre Nora, elle le constitue, le fait exister dans lespace public en le publicisant.


Ex affaire dreyfus la premi re affaire

Ex. Affaire Dreyfus -> la premire affaire

  • Affaire: df. Robert: scandale social ou politique venant la connaissance du public, en loccurrence grce aux mdias.

  • Le Jaccuse de Zola la Une de lAurore (13/01/1898) fait clater ce scandale: jusque l, la culpabilit de Dreyfus tait peu ou prou admise par tous ceux qui tait au courant de ce fait despionnage, hormis la famille de Dreyfus et lcrivain Bernard Lazare qui avait rdig un dossier dmontrant linnocence du capitaine.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Le phnomne va plus loin: les mdias agissent en profondeur sur lvnement, en dterminent le cours mme.

  • Cf. Eliseo Veron, Les mdias en rception : les enjeux de la complexit, Mdias-Pouvoirs, n 21, janvier-mars 1991:

    distinction entre socits mdiatiseset socits mdiatiques.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Socits mdiatises: les mdias rendent compte dun vnement et lamplifient.

  • Socits mdiatiques: elles sorganisent en fonction des mdias.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • En loccurrence, les vnements se calent sur des contraintes mdiatiques.

    ex. dirigeants faisant des dclarations au moment du journal tlvis ou juste avant pour quelles soient retransmises massivement, et fassent lvnement.


Comment les m dias infl chissent le cours des v nements dans certaines affaires

Comment les mdias inflchissent le cours des vnements dans certaines affaires.

Entre autres exemples,

  • Watergate(1972-1974): Carl Bernstein et Bob Woodward, reporters au Washington Post, dmontrent limplication de la Maison Blanche dans lespionnage effectu au sein du sige du Parti Dmocrate Washington.

    -> Scandale provoquant une procdure dimpeachment contre le prsident Richard Nixon, qui quitte la Maison Blanche en 1974. Preuve dun 4me pouvoir aux EU.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Affaire Grgory (1984): intrusion de la presse; pression permanente: montre quel point les protagonistes devaient communiquer avec les journalistes.

    Les mdias constituent en effet lun des principaux lieux daffrontement pour les diffrents acteurs de cette affaire: entre les avocats opposs politiquement, entre les policiers et les gendarmes, etc.

    Dominique Marchetti, Faits divers et diversion. Les dessous mdiatiques de laffaire Villemin,

    http://www.acrimed.org/article212.html


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • De plus, la mdiatisation de laffaire influence les juges, entre autres-> les mdias chargent la mre de la victime, ce qui entrane linculpation de Christine Villemin en 1985 par le juge Lambert. En fvrier 1993, elle bnficiera dun non-lieu.

  • Affaire Outreau (2004): emballement mdiatique autour de limplication suppose de notables dans une affaire de pdophilie.

    etc.


2 tude de cas la t l vision c r monielle

2) tude de cas: la tlvision crmonielle

  • Restriction du champ: un mdia, un type dvnement.

  • Pourquoi un tel choix?

  • un type dvnement parmi les plus reprsentatifs du rle des mdias dans la construction dun vnement, et de leur capacit construire lespace public.

  • Ce type dvnement transposesur le registre tlvisuel un modle venu de la presse crite: le modle de laffaire.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Depuis laffaire Dreyfus, laffaire constitue lune des formes sociales dont disposent les gens pour sopposer et pour se lier. Le modle de laffaire permet de voir que lespace public nest pas seulement le lieu dun dbat raisonnable sur des questions qui importent. Sa constitution sopre autour de causes.

    Luc Boltanski, La souffrance distance, Mtaili, 1993.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Plutt que dtouffer tout dbat public, certains vnements-spectacles reprsentent donc un accs ce dbat; ils ouvrent lespace public en direction de ceux qui sont le plus souvent exclus des processus de dlibration. []

  • Ils figurent en effet au nombre de ces fictions mdiatrices qui permettent aux individus de se reprsenter la totalit dune socit.

    Daniel Dayan, Elihu Katz, La tlvision crmonielle, PUF,1996, p.XVIII.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Des vnements tels que les Jeux olympiques, le voyage dAnouar el-Sadate Jrusalem, les funrailles de J.-F. Kennedy ont en effet donn naissance un nouveau genre narratif. Jouant des possibilits de diffusion simultane offertes par les mdias lectroniques, les rcits lextrme prsent qui constituent ce genre unifient de vastes aires gographiques en y suscitant une temporalit commune. -> un genre narratif nouveau.

    Dayan, Katz, 1996, p.1.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

Plan

I) La tlvision crmonielle: dfinition

II) Les formes de crmonies tlvises

III) Effets et consquences des crmonies tlvises


I la t l vision c r monielle d finition

I) La tlvision crmonielle: dfinition

  • Un genre spcifique.

  • Autres appellations: rituels tlviss, vnements mdiatiques, media events mais attention la connotation pjorative en anglais = pseudo-vnements, vnements artificiellement monts par les mdias, qui leur donneraient une importance quils ne devraient pas avoir.


Qu est ce que la t l vision c r monielle

Quest-ce que la tlvision crmonielle?

  • Titre anglais de louvrage: Media Events. The Live Broadcasting of History, 1992.

  • La tlvision quon regarde en masse en ayant limpression que quelque chose dimportant est en train de se passer.

  • Mais quelles sont les caractristiques de ce genre?


1 1 des missions en rupture avec le quotidien

1.1. Des missions en rupture avec le quotidien

  • Des interruptions dans le flux des programmes.

  • Annulation de la programmation habituelle => Lvnement sassure un aussi-monopole de lattention(presque toutes les chanes le diffusent).


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

Ex.1 Premier homme sur la Lune (Neil Armstrong, 21 juillet 1969).

Ex.2. signature des accords de paix isralo-palestiniens dOslo (13 septembre 1993), accords de Washington avec poigne de main entre Arafat et Yitshak Rabin.

Ex.3. Mariage entre le Prince Charles et Diana Spencer en 1981 diffus par les principales chanes britanniques et dans le monde entier, en direct.

Ex.4.Crmonie de funrailles de Michael Jackson en juin 2009.


1 2 des v nements organis s en dehors des m dias

1.2. Des vnements organiss en dehors des mdias

  • Sans les mdias, ces vnements auraient pu avoir lieu. Thoriquement, la tlvision ne reprsente leur gard quun moyen de transmission.

  • Se produisent loin des studios, en extrieurs.

  • Leur diffusion en direct implique que leur droulement est difficilement contrlable: part dimprvu, drapage.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

Ex1. Prise dotages des athltes israliens par des terroristes palestiniens pendant les jeux olympiques de Munich en 1972.

Ex2. Nipplegate au sujet de Janet Jackson lors de louverture du Superbowl (championnat de football amricain) en 2004. Procs contre la chane CBS.

Ex3. Parcours de la flamme avant les jeux olympiques de Pkin (2008).


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Organisation par des organisations porteuses de valeurs consensuelles (le centre de la socit): la couronne britannique, des reprsentants de diffrents Etats, le CIO;

  • Sentiment gnral: Obligation dassister, norme du voir.


D embl e quelques contre exemples rep rables

Demble, quelques contre-exemples reprables:

  • Woodstock (1969): non reprsentatif des valeurs du centre, non diffus;

  • Concours Eurovision de la chanson, une cration de la tlvision pour la tlvision;

  • Feuilletons: Holocauste (annes 1970), Dallas (1980): suivis par des millions de tlspectateurs, mais intrinsques aux mdias et pleinement inscrits dans le flux tlvisuel.


1 3 des v nements pr vus d avance

1.3. Des vnements prvus davance

  • Planifis, annoncs plus ou moins longtemps lavance grands renforts de publicit.

  • Effet dannonce permettant au public danticiper lvnement et de sy prparer. Installation dune attente

  • Attente longue: promotion de la diffusion des J.O., dsignation de la ville organisatrice, Allumage et parcours de la flamme, etc.

  • Attente courte: crmonie dhommage Michael Jackson.


1 4 un d roulement c r moniel

1.4. Un droulement crmoniel

  • Hymnes (Mondial de football);

  • Dfils (J.O.), marches funbres;

  • Mise profit de monuments (cathdrale St Paul pour la mariage de Charles et Diana);

  • Ballets diplomatiques;

  • Symboles (poigne de main Arafat-Rabin sollicite par Bill Clinton, flamme et anneaux olympiques).


1 5 des audiences consid rables

1.5. Des audiences considrables

  • Norme du voir (p.9).

  • De trs vastes audiences: une nation, plusieurs, voire le monde entier (mondiovision).

  • Do un puissant rle dintgration.

  • Des vnements qui parlent avant tout de rconciliation:


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

- Jeux olympiques: performances dindividus, pas de comptition entre nations. Sportivit, fair-play: lessentiel est de participer. Il vaut mieux saffronter sur un terrain que par la guerre.

- Signature daccords de paix.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Mise en suspens des difficults, des contrarits: mariage de Charles et Diana, dans un Royaume-Uni aux prises avec la crise et les rformes ultralibrales de Margaret Thatcher.

    http://www.ina.fr/fictions-et-animations/adaptations-litteraires/video/CAB8100910201/londres-mariage-de-diana.fr.html

  • Rtablir un consensus, ne serait-ce que provisoire.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Ces crmonies maintiennent un statu quomais en mme temps, en interrompant le cours habituel des vnements, instaurent un

    mode subjonctif de la culture

    (Victor Turner, The Ritual Process: Structure and Antistructure, Cornell University Press, 1969)

  • Elles introduisent en effet de nouvelles possibilits: rexamen des valeurs centrales dune socit.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Ex. La diffusion des voyages de Jean-Paul II en Pologne contribue affaiblir le pouvoir communiste dans ce pays et plus largement dans le bloc sovitique.


Ii les formes de c r monies t l vis es

II) Les formes de crmonies tlvises

  • Trois types:

  • Conqutes;

  • Confrontations;

  • Couronnements.


2 1 les conqu tes

2.1. Les conqutes

  • Elles consistent en la reconnaissance par un large public dun ou de plusieurs personnages charismatiques qui contiennent la promesse dun changement profond de lhistoire.

  • Des vnements toujours uniques, sous le signe dune transgression des rgles.

  • Le personnage en question prend des risques, il accomplit un exploit qui saccompagne dune sduction charismatique.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Sa position fragile, puisquil prend des risques, est renforce par le soutien dont il bnficie grce aux mdias.

  • Le fait que des citoyens le regardent la tlvision constitue une forme dencouragement:


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Ex1. Jean-Paul II en visite en Pologne. Lglise est juge ennemie du pouvoir communiste: le fait quil vienne dans son pays natal est un dfi. Le fait que les Polonais le regardent la tlvision est la marque de leur attachement ce personnage et un acte dopposition au pouvoir en place.

  • Ex2. Sadate, 1er dirigeant arabe en visite officielle en Isral (1977)


2 2 les confrontations

2.2. Les confrontations

  • Ce sont des affrontements gouverns par des rgles, mens au nom de groupes identifiables par des reprsentants lus ou champions de ces groupes.

  • agon en grec= affrontement.

  • Ex. Jeux Olympiques, Coupe du monde de Football, dbats lectoraux (mais vnement en grande partie intrinsque aux mdias).


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Rgles strictes (rgle du jeu, rgle des dbats prsidentiels);

  • Individus ou quipes de force comparable;

  • vnements rcurrents pour la plupart, priodicit.

  • Multiplicit des points de vue possibles: lgitimation et canalisation dun conflit.

  • Question pose: qui va gagner? (cf. dbat prsidentiel)


2 3 les couronnements

2.3. Les couronnements

  • N.B. Ne pas prendre cette expression au sens littral mais dans un sens mtaphorique.

  • Il sagit de la conscration de laction dun personnage.

  • Sy joue lattachement certaines valeurs, la dramatisation de lidentit collective travers son histoire et son hagiographie.

  • Le hros couronn est, comme le hros charismatique, glorifi, mais se retrouve ici dans une position passive, rduit au statut demblme.

    => Beaucoup de couronnements sont en fait des enterrements!


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Ex. funrailles de Michael Jackson. Beaucoup dinterrogations de par le monde sur lmotion suscite dans toute la plante, sur le besoin de communier autour de ce personnage jusque-l si controvers ou au contraire presque oubli, ringardis. Sanctification.

  • Idem pour la Princesse Diana, aprs son dcs accidentel le 31 aot 1997. Dailleurs, des propositions trs srieuses de sanctification.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Vrais couronnements (ex. Elisabeth II, 2 juin 1953: La tlvision, grce au couronnement a fait la conqute du grand public, lit-on dans le Figaro du lendemain.

  • Mariages princiers.

  • Dans un registre moins solennel: crmonie des Oscars, des Csars.


Iii effets et cons quences des c r monies t l vis es

III) Effets et consquencesdes crmonies tlvises

3.1. Effets lis des vnements spcifiques

Les effets propres un vnement donn mettent en vidence son caractre performatif, cest--dire quils se dclenchent ds que la dcision de le diffuser sous la forme dune crmonie tlvise est annonce.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

3.1.1. Effets sur les organisateurs et les acteurs

  • Ds quils annoncent publiquement quune crmonie tlvise va avoir lieu, les organisateurs sexposent des pressions.

  • Mise lpreuve de la vise consensuelle de la crmonie:


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • ex. chauffoures dans les jours qui ont prcd le mariage de Charles et Diana en Angleterre en 1981.

  • 1936: le rgime nazi oblig dentriner la participation de lathlte noir amricain Jesse Owens aux Jeux Olympiques de Berlin.

  • Boycott des J.O.: 1980 Moscou, 1984Los Angeles.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Les crmonies tlvises confrent un statut mythique leurs protagonistes: Kennedy canonis, Diana idem.

  • La transmission en direct oblige des rsultats spectaculaires. Lvnement doit tenir ses promesses.

    Ex. au sommet de Genve en 1985, Reagan et Gorbatchev sont pousss par la tlvision et le poids de lopinion publique donner des gages en matire de dsarmement => signature du trait de Washington en 1987.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • La transmission en direct transforme les acteurs secondaires en clbrits: ex. Bob Geldof, organisateur du Live Aid (1985) puis du Live 8 (2005), astronautes des missions Apollo.

  • Les crmonies tlvises confrent du charisme aux leaders et leur donnent ainsi une plus grande libert daction: ex. Jean-Paul II enfreint le protocole et fausse compagnie ses gardes du corps; Sadate et Begin vont au-del des concessions auxquelles ils taient censs consentir.


3 3 2 effets sur les journalistes et sur les organisations m diatiques

3.3.2. Effets sur les journalistes et sur les organisations mdiatiques

  • Les crmonies tlvises reconfigurent les pratiques journalistiques: le reportage est neutralis au profit dune fonction crmonielle: componction, rvrence, prtres, photographes de noces, convives ou acteurs de lvnement: recul ?

  • Mais les organisations mdiatiques (les tls) gagnent en lgitimit en dmontrant leur capacit jouer un rle intgratif ou consensuel. Elles se sont montres la hauteur de lvnement, le cas chant, ont manifest leur capacit fdrer un large public.

  • Ex.Tlthon -> tlvisionmdiatrice (Dominique Mehl).


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

3.3.2. Effets sur les spectateurs

  • Interruption des rythmes de la vie quotidienne;

  • Investis de rles crmoniels: juges, tmoins, arbitres ou partisans (confrontations), plerins, compagnon de deuil (couronnements-funrailles).

  • Attitude rflexive: mode subjonctif de la culture -> interruption du temps social, lvnement attire lattention sur les normes qui rgissent la vie quotidienne et sur ce quelles peuvent avoir darbitraire.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Sociabilit spcifique: le public des crmonies tlvises traduit un besoin de communaut. Vivre ensemble: criminalit diminue, occasion de mettre fin danciennes querelles, liens amicaux et familiaux renous, prtexte sociabilit.

  • Exprience dimmersion, par lappartenance une immensit.


3 3 3 effets sur l opinion publique

3.3.3. Effets sur lopinion publique

  • Les crmonies tlvises sont une source de prestige pour les institutions quelles clbrent: sport pour JO, monarchie pour un mariage royal, NASA pour 1er alunissage, etc.

  • Un puissant moyen dagir sur lagenda politique en focalisant lattention publique sur certains thmes. Elles ne parviennent pas toujours susciter ladhsion mais suscitent au moins un dbat public sur les thmes quelles ont privilgi.

  • Elles ne dterminent pas quoi penser mais quoi penser => proies de choix pour les organisations terroristes (ex. prise dotages de Munich 1972)


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Elles peuvent affecter lopinion publique en encourageant ou en inhibant lexpression de prfrences, valeurs ou croyances: spirale du silence (Elisabeth Noelle-Neumann).


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Les crmonies tlvises peuvent donner des groupes marginaliss loccasion de manifester au grand jour des positions tenues jusque-l pour illgitimes:

    en 1989, rle dans la chute du Mur de la diffusion la tlvision des manifestations en Europe communiste

    Sans tlvision:

    http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB89041675/manifestation-leipzig-ambassade-prague.fr.html

    Avec la tlvision:

    http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/guerre-froide/video/CAB89047711/implosion-a-l-est.fr.html


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Retournements de lopinion;

  • cristallisation de tendances latentes dans lopinion;

  • changements politiques: impact sur lopinion publique de la visite de Sadate Jrusalem a dclench le processus menant aux accords de Camp David (1978) conduisant un trait de paix isralo-gyptien lanne suivante.


3 2 effets li s au genre des c r monies t l vis es

3.2. Effets lis au genre des crmonies tlvises

  • Effets en soi du genre de la crmonie tlvise. Que changent son mergence et son dveloppement?

    3.2.1. Effets sur les institutions politiques

  • Les crmonies tlvises initient les citoyens aux structures politiques dune socit par leur vise pdagogique, et leur mise en scne schmatique.

  • Ex. tribune de la place rouge pendant les crmonies du 1er mai en URSS.

  • Dfil du 14 juillet en France.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Renforcement du statut des dirigeants, en liminant les intermdiaires entre ceux-ci et les gouverns. Ex. discours ou interviews du prsident de la Rpublique en France.

    ->Manire de passer par-dessus la tte des lus pour sadresser directement aux citoyens. Personnalisation du pouvoir.

  • Les confrontations politiques obligent le citoyen sexposer aux messages de lautre bord.

  • Bouleversement de lorganisation des pratiques politiques: modification de la scnographie des conventions aux tats-Unis, des meetings lectoraux en France, des dbats entre candidats.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • La transmission en direct de crmonies tlvises devient une obligation pour les grands moments politiques: la forme du dbat tlvis Nixon-Kennedy (1960) sexporte dans toutes les dmocraties.

  • Les crmonies tlvises scandent lhistoire politique. Histoire de la tlvision dabord (1re grande transmission crmonielle = les JO de Berlin en 1936). Mais aussi mmoire collective, dun pays ou de la plante.

  • Dans un contexte dclatement de loffre et de la consommation mdiatique, la transmission en direct des crmonies tlvises permet pisodiquement une exprience partage du centre: elle garantit la sphre publique un minimum dunit.


3 2 2 effets sur les relations internationales

3.2.2. Effets sur les relations internationales

  • Avec les crmonies tlvise et la multiplication des sommets, la personnalisation du pouvoir affecte aussi la diplomatie: les politiques peuvent sappuyer sur ces crmonies pour court-circuiter les diplomates, les ambassadeurs, le protocole;

  • Transforme en exercice public, la diplomatie gagne en transparence.

  • Mais gageure de ngocier ciel ouvert, car on sadresse en mme temps lopinion de son pays, celle de ladversaire ainsi qu lopinion internationale.

  • Dplacement des frontires. Partage dune mme exprience crmonielle. Mise au diapason avec un autre peuple, une autre socit.


3 2 3 effets sur la religion

3.2.3. Effets sur la religion

  • Tlvises, les crmonies tlvises portent les dbats internes des religions sur la place publique: ex. visites du pape Jean-Paul II en Amrique latine conteste par les thologiens de la libration;

  • Elles estompent la frontire entre le sacr et le profane: par sa visite en Pologne, le pape fait uvre de diplomatie, agit comme un homme politique. En sens inverse, la politique peut apparatre comme une religion civile: ex. crmonie dinvestiture du prsident de la Rpublique franaise.

  • Porte cumnique: connaissance des autres religions, capacit transporter le tlspectateur dans un autre contexte religieux;

  • Accentuation des hirarchies religieuses: personnalisation par la tlvision, starification du pape par exemple.


3 2 4 effets sur la m moire collective

3.2.4. Effets sur la mmoire collective

  • Une historiographie visuelle. Constamment rediffuses par la tlvision elle-mme. Transposition fictionnelle;

  • Monuments dun nouveau type: existent par la mmoire qui sen empare ou les rejette. Ex. Les survivants de la Rvolution bolchvique sen souviennent travers sa transposition cinmatographique stylise et idalise par Eisenstein (Octobre, 1927);

  • Fournissent un cadre la mmoire collective et individuelle, une passerelle ente les deux: ex. chacun peut dire o il tait et avec qui quand la chute officielle du mur de Berlin a eu lieu le 9 novembre 1989.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Linterruption temporelle quelles supposent peut signaler la fin dune poque et le dbut dune nouvelle re.

  • Les crmonies tlvises tirent lhistoire du ct de la mmoire collective ->retour la tradition orale. Elles proposent une histoire stroboscopique, faite dvnements dcontextualiss.

  • Les crmonies tlvisuelles sont souvent rabattues sur des modles: en loccurrence, dautres crmonies du pass. ex. Funrailles de Kennedy le hissent au niveau du Prsident Lincoln.


3 2 5 effets sur la c r monialit publique

3.2.5. Effets sur la crmonialit publique

  • Ramnagement des grandes crmonies publiques: organisation alatoire du mariage de la reine Victoria, mais celui du prince Charles est rigoureusement pens en prvision de sa diffusion tlvise.

  • Les crmonies tlvises permettent lensemble dune population dassister au mme vnement au mme moment (contrairement aux crmonies rserves aux lites jadis, interdites aux profanes);

  • Fictionnalisation des formes crmonielles du fait de la tldiffusion: mise en rcit.


Ue 103 104 la fabrique de l v nement cm constructions de l v nement

  • Dcontextualisation des vnements: pas besoin dtre prsent pour comprendre ce qui se passe. Organisation de faon tre intelligible distance. Passage dune logique thtrale une logique cinmatographique.

  • Dnaturation du rapport entre original et copie: ce qui va tre suivi deffets, cest non pas lvnement en lui-mme mais son image, sa reprsentation tlvisuelle. Cf. Baudrillard, notion dhyperralit, de simulacre.

    -> Cest cette image qui va sinscrire dans la mmoire collective. Au point que si on est prsent sur les lieux, on rate lvnement, savoir limage quen a donne la tlvision. Le point de vue qui fait date est celui de la tlvision et non celui des acteurs ou des tmoins.


Conclusion

Conclusion

  • Des vnements non plus tlviss, mais tlvisuels.


  • Login