Journee adolescent
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 38

JOURNEE ADOLESCENT PowerPoint PPT Presentation


  • 40 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

JOURNEE ADOLESCENT. Collège des généralistes enseignants et maîtres de stage Université Claude Bernard Lyon 1 Girier P. Zerbib Y. et al. DEFINITIONS « médicales ». De l’ossification de la clavicule à 25 ans pour les spécialistes de la croissance jusqu’à la capacité d’autonomie !!.

Download Presentation

JOURNEE ADOLESCENT

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Journee adolescent

JOURNEE ADOLESCENT

Collège des généralistes enseignants et maîtres de stage

Université Claude Bernard Lyon 1

Girier P. Zerbib Y. et al


Definitions m dicales

DEFINITIONS« médicales »

  • De l’ossification de la clavicule à 25 ans pour les spécialistes de la croissance jusqu’à la capacité d’autonomie !!


L adolescence

L’adolescence

  • Aujourd’hui la définition est plutôt sociologique :

    • Période de dépendance vis-à-vis de la famille et de l’école.

  • Le statut d’adolescent peut donc se prolonger jusqu’à 30 ans …


L adolescence1

L’adolescence

  • Pour l’OMS : individus âgés de 10 à 19 ans.

  • Les 12-20 ans représentent actuellement 1/5 de la population française, soit environ 10 millions de sujets.


Journee adolescent

PROCESSUS DE L’ADOLESCENCE

DEFI

Projection sur

le monde

extérieur

PUBERTE

+

CONTRAINTE A

L’EMANCIPATION

Introjection

Vers le monde

intérieur

Deuil de

l’enfance


Probl mes et difficult s de notre sp cialit et des autres

Problèmes et difficultés de notre spécialité ? et des autres…

  • Des informations épidémiologiques rares et médiatisées, souvent culpabilisantes sur des pathologies de faible prévalence mais de forte gravité : suicide, dépression, addictions…

  • Le manque d’autres données que bio médicales.


Probl mes et difficult s de notre sp cialit et des autres1

Problèmes et difficultés de notre spécialité ? Et des autres…

  • Connaissance mais aussi compréhension de l’adolescent et de l’adolescence en mutation perpétuelle.


Probl mes et difficult s de notre sp cialit et des autres2

Problèmes et difficultés de notre spécialité ? Et des autres…

  • Dans le domaine relationnel et en fonction de la personnalité de chacun :

    • Comment entrer en contact, établir la confiance ?

    • Le manque de verbalisation de l’adolescent qui s’exprime plutôt dans l’action.

    • La relation avec la présence d’un tiers (parents).

    • Déterminer qui a un problème !

    • Le manque d’informations ou la réalité des informations ( vécue, ressentie), décryptage.


Probl mes et difficult s de notre sp cialit

Problèmes et difficultés de notre spécialité ?

  • Il est souvent « ABSENT » de la consultation

    • Soit physiquement,

    • Soit non compliant,

    • Soit accompagné d’un parent.

    • Les silences : signification ?

  • Il vient pour des consultations obligatoires, en urgence ou à posteriori, utilisant parents, amis pour obtenir ce qu’il souhaite, cela peut être un piège.


Probl mes et difficult s de notre sp cialit1

Problèmes et difficultés de notre spécialité ?

  • les critères cliniques de dangerosité, directs, indirects et cachés.

  • les rendez-vous lointains en pédopsychiatrie.

  • La solitude d’exercice avec manque de communication entre intervenants.

  • Le manque de temps du praticien !


Devant ces difficult s l adolescent devient

Devant ces difficultés, l’adolescent devient :

Rêve (cauchemar) ou réalité ??

d’INCOMPETENCE // IMPUISSANCE

par MISE EN ECHEC.


Comp tences sp cifiques au travail avec l adolescent

Compétences spécifiques au travail avec l’adolescent.

  • Être capable d’établir un contact.

  • Identifier les troubles liés à l’apparition et au développement de la puberté.

  • Aborder et identifier les problèmes liés à la sexualisation et à l’identité sexuelle.


Comp tences sp cifiques au travail avec l adolescent1

Compétences spécifiques au travail avec l’adolescent.

  • Reconnaître et «  prendre » en charge les perturbations psychologiques les plus fréquentes.

  • Reconnaître et prendre en charge les conduites à risque.

  • Reconnaître et prendre en charge les troubles du comportement alimentaire.


Y a t il des solutions o les chercher

Y a t il des solutions ?Où les chercher !

  • LES SOURCES EPIDEMIOLOGIQUES (malgré beaucoup de référentiels produits ces dernières années, peu sur les adolescents ), les études restent à faire ! Marie Choquet 1997, alcool lycée 2000

  • LES GROUPES DE PAIRS , BALINT.


Y a t il des solutions o les chercher1

Y a t il des solutions ?Où les chercher !

  • LES AUTRES professionnels de santé

    • LES PEDIATRES, les PEDO PSYCHIATRES – quels adolescents rencontrent-ils?

    • MEDECIN HOSPITALIER

    • MEDECIN SCOLAIRE ET INFIRMIERE SCOLAIRE

    • MEDECIN DU CLUB SPORTIF ..

  • LES AUTRES CONTACTS – les enseignants ….


Y a t il des solutions o les chercher2

Y a t il des solutions ?Où les chercher !

  • RECHERCHE dans différents domaines

  • ECRITURE

  • ET DIFFUSER


Mortalit des 15 24 ans en france en 1993

MORTALITÉ DES 15 – 24 ANS EN France EN 1993


Effectifs et taux de d c s par suicide 15 24 ans france 1997

EFFECTIFS ET TAUX DE DÉCÈS PAR SUICIDE (15-24 ANS) France – 1997


Effectifs et taux de d c s par suicide 15 24 ans france 19971

EFFECTIFS ET TAUX DE DÉCÈS PAR SUICIDE (15-24 ANS) France – 1997


Effectifs et taux de d c s par suicide 15 24 ans france 19972

EFFECTIFS ET TAUX DE DÉCÈS PAR SUICIDE (15-24 ANS) France – 1997


Volution de la mortalit en france 10 5 des 15 24 ans en 1980 1993 inserm

ÉVOLUTION DE LA MORTALITÉ EN FRANCE (/105) DES 15 – 24 ANS EN 1980 ; 1993 (INSERM)


Progression de la consommation de l enfance l adolescence

Progression de la consommation de l’enfance à l’adolescence

FEDERMAN et coll. 1997 in Les pratiques addictives: rapport DGS 2/2000


Enqu te en m decine de famille th se v picard

Enquête en médecine de famille. Thèse V. PICARD

  • En milieu scolaire : 741 adolescents (16 ans)

    • 55% déclare au moins une ivresse.

    • Âge précoce, tabac, cannabis = facteurs de risque

  • En médecine de famille : 103 adolescents

    • 47% des MG n’identifient pas les adolescents ayant eu au moins une ivresse.

    • Un test existe : sensibilité et spécificité = 75%


Questionnaire crafft am nag 7 items

Questionnaire CRAFFTaménagé 7 items

  • Es-tu déjà monté dans une voiture conduite par quelqu’un qui avait trop bu? 33.7%

  • Utilises-tu l’alcool pour te détendre, te sentir mieux ou tenir le coup 19.6%

  • As-tu oublié des choses que tu devais faire après avoir bu de l’alcool? 20.7%

  • As-tu déjà conduit un véhicule à deux roues après avoir bu de l’alcool ? 10.5%

  • ……..


Adolescents quelle porte d entr e dans la consultation

Adolescents: quelle porte d’entrée dans la consultation

  • Étude transversale des pratiques parisiennes et belges des maîtres de stage en médecine générale

  • 457 adolescents de 12-17 ans

  • Problèmes psycho social uniquement 4%

  • Différence des motifs entre les âges pas entre les sexes

  • 80% de concordance des problèmes notés par le médecin et exprimés par l’adolescent,


Consultation avec l adolescent

Consultation avec l’adolescent

  • « qui veut quoi ? »

  • Distinguer :

    • Demande de l’adolescent

    • Demande des accompagnateurs.

  • Comment !

    • Mettre l’adolescent en position de SUJET

    • En écoutant puis au cours de la consultation demander un temps avec l’adolescent seul


S asseoir pour en parler

S’ASSEOIR POUR EN PARLER

  • PROFITER DE TOUTE CONSULTATION

  • EVITER DE RENTRER DANS LE CONFLIT QUI EST UN MASQUE POUR LA SOUFFRANCE OU UN MODE D’ÉVITEMENT.


Entrer en r sonance

Entrer en résonance

  • Revoir seul ou en donner la possibilité.

  • Rappeler le devoir de secret du médecin,

  • Cependant redire que l’on peut être une médiation à la parole. Sinon conseiller d’en parler seul si cela est important ( grossesse, etc..).

  • GARDER UN CANEVAS ( confère un travail d’étudiants : comment rentrer en contact avec un adolescent )


Entrer en r sonance1

Entrer en résonance

  • Les questionnaires

  • Entretien qui vagabonde, avec une pensée opératoire qui repère les conduites pathologiques

  • Tutoiement ou vouvoiement ?

  • quels sujets aborder ? la vie de l’ado ou la demande des parents.

  • Accepter le refus d’aide pendant la consultation mais savoir le proposer à la fin.


Exemple de questionnaire

Exemple de questionnaire

  • Je pratique une activité sportive régulière

  • J’attache toujours ma ceinture de sécurité

  • Je fume des cigarettes( tous les jours ou presque )

  • Je saute souvent un repas

  • Je suis satisfait de ma taille

  • Je suis satisfait de mon poids

  • ……..

  • J’ai souvent du mal à m’endormir


Entrer en r sonance raisonnance

Entrer en résonance, raisonnance

  • Un brin d’humour et des signaux authentiques : dédramatiser et déculpabiliser sans laxisme.


Attitudes de parents

Attitudes de parents

  • Culpabilité – demandes d’attitudes déculpabilisantes comme hospitalisation, médicaments..

  • Intrusion – fouiller la chambre, ouvrir le courrier, écouter le téléphone et ensuite ils sont angoissés.

  • Attitudes inadaptées = le copinage ou tentation moralisante négative. (image du père).


Attitudes de parents1

Attitudes de parents

  • Appel au tiers – médiateur :

    • le médecin souvent !

      • Met le doigt sur une souffrance qui peut devenir pathologique.

      • Montre à l’adolescent que les parents ne sont pas tout puissants, qu’ils cherchent une solution.

      • Introduit la parole où régnait le non dit.


Une vision positive aussi

Une vision positive aussi

S’il importe de parler avec l’adolescent

( et ses parents ) de ce qui ne va pas, il est également fondamental de ne pas oublier de souligner ce qui est normal chez lui, ainsi que ses potentiels.

CELA RASSURE !


Bibliographie

Bibliographie

  • Pouchain D. et al. Médecine Générale, Concepts et pratiques. Paris : éditions Masson 1996:46-50.

  • Casenave Cl. et al. Puberté et adolescence. Paris : éditions Masson 2000.

  • Alvin P., Marcelli D., Médecine de l’adolescence. Paris : éditions Masson 1999.

  • Braconnier A. et al. Traiter à l’adolescence. Paris : éditions Masson 2000.


Bibliographie1

Bibliographie

  • Marcelli D. et al. Tracas d’ados, soucis de parents. Paris : éditions Albin Michel 2002.

  • Delaroche P. Adolescents à problèmes. Paris : éditions Albin Michel 2000.

  • Drogues , savoir plus, risquer moins. CFES. 2000- www.drogues.gouv.fr

  • DOLTO F. La cause des adolescents. Paris : éditions Pocket, 1997.

  • Choquet M. http://ifr69.vjf.inserm.fr/~ado472


  • Login