Journ e pr vention
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 40

Journée prévention PowerPoint PPT Presentation


  • 100 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Journée prévention. Lombalgies et travail 30/10/2001. Dr.Bruggeman , médecin rééducateur, médecin chef du centre Gallouëdec Dr.Abonnat Yves, médecin du travail du service Sarthois . Plan. Définitions Imagerie et douleur Fréquence Questionnaire Evolution naturelle de la lombalgie

Download Presentation

Journée prévention

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Journ e pr vention

Journée prévention


Lombalgies et travail 30 10 2001

Lombalgies et travail30/10/2001

  • Dr.Bruggeman , médecin rééducateur, médecin chef du centre Gallouëdec

  • Dr.Abonnat Yves, médecin du travail du service Sarthois


Journ e pr vention

Plan

  • Définitions

  • Imagerie et douleur

  • Fréquence

  • Questionnaire

  • Evolution naturelle de la lombalgie

  • Aspects sociaux-économiques

  • Les facteurs de risques personnels

  • Les facteurs de risques professionnels

  • Les facteurs de risques psychosociaux

  • exposition, risques,enquêtes, statistiques

  • Quelle prévention ?


D finitions les douleurs rachidiennes

DéfinitionsLes douleurs rachidiennes

  • Les douleurs cervicales de C1 à la charnière C7-D1

  • Les douleurs dorsales de la charnière C7-D1 à la charnière D12-L1

  • Les douleurs lombaires de la charnière D12-L1 à la charnière L5-S1

    Rachis = colonne

    Cervical = cou


Rachis

Rachis


Les muscles

Les muscles


D finitions les lombalgies communes

DéfinitionsLes lombalgies communes

  • Elles ne sont pas secondaires à une infection, un cancer, une maladie inflammatoire

  • Ce n’est pas une maladie mais un symptôme (un signe),

  • On parle de lombo-sciatique s’il y a, en plus, une douleur descendant à la fesse, à la cuisse, ou sous le genou

    Algie = douleur


Imagerie et douleur

Imagerie et douleur

  • Absence de correspondance entre l’imagerie (Radio, scanner, IRM) (Imagerie par Résonance Magnétique) et les douleurs

  • On quantifie l’importance de ce problème par la réponse «  oui » à la question de la douleur


Douleur lombaire

Douleur lombaire


Exemple de questionnaire

Exemple de questionnaire

  • 1) Avez vous déjà ressenti des problèmes au niveau lombaire (courbature, douleur, gêne)? Oui- non

  • 2) Avez vous déjà été hospitalisé en raison de problèmes lombaires ? Oui-non

  • 3) Avez vous déjà du changer d’emploi ou de tâche pour des problèmes lombaires ? Oui- non

  • 4) Quelle est la durée totale pendant laquelle vous avez eu des problèmes lombaires au cours des 12 derniers mois ?

    0 j., 1 à 7 j., 8 à 30 j., >30 j., mais pas tous les j., tous les j.

  • 5) Est-ce qu’en raison de vos problèmes lombaires, vous avez été contraint de réduire vos activités normalesau cours des 12 derniers mois ?

    activités de travail (maison ou en dehors) oui-non (arrêt de travail)

    activités de loisirs oui-non

  • 6) Quelle est la durée totale pendant laquelle vos problèmes lombaires vous ont empêché d’effectuer vos activités normales ?

    0 j., 1 à 7 j., 8 à 30 j., > 30 j.

  • 7) Avez vous, au cours des 12 derniers mois, consulté un médecin, kinésithérapeute, ou tout autre spécialiste pour vos problèmes lombaires ?

    oui- non

  • 8) Avez vous eu, à un moment donné, un problème lombaire au cours des 7 derniers jours? Oui- non


Fr quence dans la population g n rale

Fréquence dans la population générale

  • Les lombalgies sont plus fréquentes que les dorsalgies

    et cervicalgies

  • Etude anglaise (Hillman et coll, 1996) dans la population générale de 25-64 ans:

    -Prévalence

    vie entière: 59 %, sur 12 mois: 39 %, actuelle 19 %

    -50% d’épisodes aigus < 2 semaines,

    -21% d’épisodes subaigus, entre 2 semaines et 3 mois

    -26 % d’épisodes chroniques > 3 mois

    45,6% des lombalgiques des 12 derniers mois déclarent un problème à la jambe

    Parmi les lombalgiques en activité, 21,8 % ont eu un arrêt de travail

    51,3 % des lombalgiques déclarent ne pas avoir consulté


Evolution de la fr quence au cours du temps

Evolution de la fréquence au cours du temps

  • Stabilité au cours du temps, semble-t-il

  • 5 études finlandaises entre 1972 et 1992

  • 2 enquêtes françaises INSEE-CREDES 1981-1991 sont difficiles à interpréter


Histoire naturelle de la lombalgie 1

Histoire naturelle de la lombalgie 1

  • Les études montrent que 74 à 90 % des personnes en arrêt de travail suite à un lumbago auront repris leur activité habituelle avant la 4 ème semaine

  • Cette variabilité indique des possibilités de réduction de taux de passage à la chronicité

  • 5 à 10 % des patients sont encore absents (du travail) 6 mois après l’épisode initial

  • En fait, on définit actuellement la lombalgie chronique à partir de 3 mois

  • Ces absences de longue durée sont associées à un mauvais pronostic

  • La reprise du travail n’implique pas nécessairement la disparition de la douleur


Histoire naturelle de la lombalgie 2

Histoire naturelle de la lombalgie 2

  • Les coûts médicaux, financiers, humains sont aussi dus aux récidives fréquentes des douleurs

  • Une étude québécoise (Abenhaim et coll., 1988) sur 2342 salariés lombalgiques après un A.T. indiquent un taux de récidive de 20 % la première année et de 36 % au total sur 3 ans


Aspects sociaux conomiques

Aspects sociaux économiques

  • Les coûts directs des soins en France: 9 milliards de F en France ( Lachronique J.F.) 148 F/h,

  • estimation 1999 de la CNAM: 10 à 15 milliards de F

  • Les coûts indirects sont plus élevés

    (indemnités journalières, pensions d’invalidité, pertes de production)

  • Problème de la prise en charge différente en AT-MP et invalidité

    Le barème AT est insuffisant dans de nombreuses situations et en particulier dans le cas de salariés manuels à possibilités de reclassement aléatoires


Les facteurs de risque

Les facteurs de risque

  • Est ce que la présence de ce facteur augmente le risque de lombalgies, toutes choses égales par ailleurs ?

  • Si un second facteur de risque est présent, le risque sera encore augmenté

  • 3 groupes de facteur de risque:

    • Personnels

    • Les facteurs d’exposition

      ( travail et hors travail)

    • Psychosociaux au travail

  • Il est raisonnable de penser que les facteurs à l’origine de la survenue d’une lombalgie ne sont pas les mêmes que ceux qui déterminent son évolution ou la réponse du sujet à une douleur lombaire


Les facteurs personnels 1

Les facteurs personnels 1

  • L’âge: augmentation de la fréquence de la lombalgie jusqu’à 40-50 ans, stabilisation ensuite et même légère décroissance ensuite

    La variation avec l’âge varierait selon la gravité de la lombalgie

  • Le sexe: fréquence supérieure chez la femme

    Pas de conclusion hâtive (comportement différent de déclaration des symptômes, de recours aux soins ou d’arrêt de travail

  • Taille, poids: être de grande taille pourrait augmenter le risque de sciatique

    relation entre surcharge pondérale et la lombalgie, le recours aux soins.Si elle n’est pas cause de la lombalgie, elle pourrait aggraver les lombalgies mineures ou le passage à la chronicité

    (insuffisance musculaire due à la sédentarité)


Les facteurs personnels 2

Les facteurs personnels 2

  • Les facteurs génétiques: existence d’une susceptibilité génétique au processus de la dégénérescence discale

  • Le tabac: relation positive, modérée, inconstante selon les études, retrouvée dans l’enquête ESTEV (OR=1,2)

  • Le sport, les activités extra-professionnelles:

    pas d’association dans la plupart des études

  • L’alcool, cofacteur d’accident, facteur péjoratif pour la reprise du travail


Les facteurs de p nibilit physique au travail 1

Les facteurs de pénibilité physique au travail 1

  • Le port de charges:

    on entend par manutention manuelle toute opération de transport ou de soutien d’une charge, dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement, qui exige l’effort physique d’un ou de plusieurs travailleurs (décret du 3/09/1992)

  • Les postures et mouvements: se pencher en avant et effectuer des torsions du tronc

  • La posture statique au travail: le rôle protecteur des changements de posture au travail est suggéré dans plusieurs études récentes (hypothèse d’échanges métaboliques du disque par variations de pression )-tixothropie

  • Les mouvements répétitifs: non considérés comme facteur de risque pour le dos


Les charges

Les charges


Mod le biom canique

Modèle biomécanique


Mod le biom canique1

Modèle biomécanique

  • Exemple simplifié montrant que le poids et surtout la position de la charge sont des éléments déterminants de la compression du disque

  • Un manutentionnaire transportant une charge de 30 Kg à 40 cm de l’abdomen = 60 cm en avant du disque

  • Un livreur de viande transportant un quartier de viande de 105 Kg

  • L’augmentation de la pression sur les disque est de 390 kg (360+30) pour le manutentionnaire et de 210 kg (105+105) pour le livreur de viande


Les facteurs de p nibilit physique au travail 2

Les facteurs de pénibilité physique au travail 2

  • Les vibrations du corps entier: facteur de risque positif bien étudié chez les conducteurs de bus et de camion, de tracteurs et d’hélicoptère

  • Relation « dose-effet » souvent retrouvée pour la conduite automobile, nombre d’heures par semaine et nombre d’années de conduite


Les facteurs de risques psychosociaux au travail

Les facteurs de risques psychosociaux au travail

  • Peu d’études sur ces facteurs en relation avec des lombalgies

  • L’absence de latitude décisionnelle et la monotonie au travail apparaissent comme des facteurs de risque probables

  • Le manque de satisfaction au travail est plutôt un signe d’alerte

  • Le stress

  • L’absence de reconnaissance au travail


Journ e pr vention

Professions les plus exposées Enquête ESTEVDouleurs lombaires présentes depuis au moins 6 mois déclarées à la visite de médecine du travail


Douleurs lombaires chez les ouvriers de l enqu te estev

Douleurs lombaires chez les ouvriers de l’enquête ESTEV

  • Les facteurs de risque Odds Ratio

  • Äge en 1990: 52 ans 1,4 **

  • Dire avoir les moyens pour faire 1,3 **

  • un travail de bonne qualité

  • Port de charges lourdes expo <10 ans 1,3 ***

  • Port de charges lourdes expo >10 ans 1,7 ***

  • Postures pénibles expo <10 ans 1,7 ***

  • Postures pénibles expo >10 ans 1, 6 ***

  • Vibrations expo <10 ans1,2 *

  • Vibrations expo >10 ans1,3 ***

  • Tabac ex fumeur1,2 *

  • Tabac fumeur1,2 *

  • Signes dépressifs1,3 *

  • Séquelles d’accident1,4 *


Enqu te am ricaine guo et coll 1995

Enquête américaineGuo et coll., 1995

  • Donne une liste de professions plus à risques

  • Pour les hommes: les ouvriers non qualifiés du bâtiment, les charpentiers, les mécaniciens

  • Pour les femmes: les aides-soignantes, les infirmières, le personnel de nettoyage et de service, les coiffeuses


Approche partir des expositions enqu te du minist re du travail dares

Approche à partir des expositionsEnquête du ministère du travail-DARES


Statistiques at 1998

Statistiques AT 1998

  • Pour 15 162 106 salariés du régime général:

    • 679 162 accidents avec arrêt > 24 heures

    • Dont 46 701 accidents graves

    • Et dont 683 décès

  • Pour la manutention manuelle:

    • 226 665 accidents (33,3% de l’ensemble)

    • 184 359 avec objets en cours de manipulation

    • 42 306 avec objets en cours de transport manuel

    • 80 946 lumbagos


Journ e pr vention

Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par des vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entierTableau n° 97-création 16/02/1999


Journ e pr vention

Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdesTableau n° 98-création 16/02/1999


Statistiques 1999 mp n 97 98

Statistiques 1999 MP n° 97-98


Les lombalgies quelle pr vention

Les lombalgies : quelle prévention ?

  • Primaire (actes destinés à diminuer la survenue d’une maladie)

  • Secondaire (actes destinés à réduire la durée de la maladie ou à améliorer son évolution)

  • Tertiaire ( actes destinés à diminuer la fréquence et la gravité des séquelles et des incapacités)


Pr vention pr coce au travail

Prévention précoce au travail

Intervention sur les salariés (éducation, formation, exercices physiques), penser en priorité aux débutants dans la vie professionnelle et aux intérimaires

et amélioration des conditions de travail: (approche ergonomique)

contraintes biomécaniques sur le rachis (vibrations et manutention manuelle)

organisation du travail-intensité des contraintes physiques et psychosociales

Implication du médecin du travail et de la hiérarchie

La recommandation systématique du

port de la ceinture de sécurité est à proscrire


M thode de rep rage des manutentions manuelles

Méthode de repérage des manutentions manuelles

  • Analyse des flux

  • Analyse par poste

  • Analyse par opérateur

  • Utiliser les méthodes avec un salarié de l’entreprise

  • Exemple: méthode d’analyse des manutentions dans les activités de chantier et du BTP (CRAM d’Auvergne)02/2001

  • Méthode d’analyse dans les hôpitaux (CRAM de Marseille)06/2001


7 moyens pour r duire les effets des vibrations au poste de conduite d un chariot l vateur

7 moyens pour réduire les effets des vibrations au poste de conduite d’un chariot élévateur

  • Améliorer l’état des sols

  • Adapter la vitesse à l’état du sol

  • Equiper les véhicules avec des pneus gonflés sans compromettre la stabilité

  • Bien régler la suspension du siège au poids du conducteur ainsi que les paramètres de posture (réglage avant-arrière, inclinaison du dossier…)

  • Changer les sièges usagés et choisir des sièges neufs adaptés(on recommande les sièges homologués CEE, tracteurs agricoles de cat.A, classe 2, avec encombrement compatible avec le chariot. (Le dossier s’arrêtera à hauteur des omoplates, inclinaison ajustable, bon maintien latéral)

  • Le capot sur lequel le siège est monté doit être rigide

  • Choisir des chariots équipés d’une cabine antivibratile (insonorisation concomitante)


6 moyens pour r duire les effets des vibrations au poste de conduite d un camion

6 moyens pour réduire les effets des vibrations au poste de conduite d’un camion

  • Choisir un véhicule équipé d’une cabine « basse fréquence » suspendue en 4 points

  • Choisir un siège portant la mention »Siège utilitaire conforme à la norme NF R 18-401 » et équipé d’une suspension avant-arrière dans le cas d’un véhicule tractant une citerne. On préférera les sièges ayant un dossier dont l’appui lombaire et l’inclinaison sont réglables

  • Ajuster le siège à votre poids, s’il s’agit d’une suspension mécanique ( le siège ne doit pas aller en butée)

  • Etaler le chargement sur toute la longueur du convoi

  • Graisser régulièrement les interlames de la suspension du chassis

  • Dans la mesure du possible, réduire la vitesse


Pr vention pr coce pour le malade

Prévention précoce pour le malade

  • C’est l’éducation à la santé:

  • le sport c’est mieux que la télé

  • La marche, c’est mieux que la voiture

  • Le dos, c’est comme les dents, il faut s’en occuper tous les jours

  • Ne pas avoir peur de se servir de son dos

  • On fait ce qu’on aime


Pr vention du passage la chronicit

Prévention du passage à la chronicité

  • Le bon traitement de la lombalgie aigue

  • 6 semaines pour éviter le pire

  • traiter la douleur

  • Rééducation de groupe entre la 3 ème semaine et le 3 ème mois d’arrêt

  • Reprendre le plus vite possible ses activités

  • Préparation au retour au travail

  • Dédramatiser en expliquant

  • Prise en charge globale


La r insertion des lombalgiques

La réinsertion des lombalgiques

  • Écouter le patient

  • Rassurer, lui redonner confiance

  • Stimuler

  • Prise en charge globale multidisciplinaire avec pour objectif l’amélioration des capacités physiques et la reprise d’un travail:

    étirements, assouplissements

    renforcement musculaire

    coordination gestuelle

    vers une utilisation normale du dos

  • La désinsertion du milieu de travail s’accompagnera d’un déconditionnement physique et psychologique


  • Login