A R C A C H O N ,  la   Reine  du  Bassin
Download
1 / 42

A R C A C H O N , la Reine du Bassin avec l' A R I É .... J O I E - PowerPoint PPT Presentation


  • 93 Views
  • Uploaded on

A R C A C H O N , la Reine du Bassin avec l' A R I É .... J O I E. Au Clic. A R C A C H O N. Simple hameau à la fin du dix-neuvième siècle, Arcachon jaillie des dunes, Est devenue sous l’impulsion des frères Pereire, une station balnéaire à la une,

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' A R C A C H O N , la Reine du Bassin avec l' A R I É .... J O I E' - jonah-hill


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

A R C A C H O N , la Reine du Bassin

avec l' A R I É .... J O I E

Au Clic



Simple hameau à la fin du dix-neuvième siècle, Arcachon jaillie des dunes,

Est devenue sous l’impulsion des frères Pereire, une station balnéaire à la une,

Née sur une colline aux senteurs d’iode et de sève de pin, la Ville d’Hiver,

Devient vite la petite reine de l’Atlantique, chère à Eugénie l’Impératrice d’hier.

Au milieu des « fofolles », villas rivalisant d’élégance et d’excentricité,

Site magnifique pour plonger la tête dans les étoiles de la Côte d’Argent,

Et admirer le ballet des étoiles filantes en compagnie de Cassiopée,

Dans un joyeux mélange de styles de manoirs anglais ou chalets suisses fringants.

A la belle époque, altesses et artistes occupent ces demeures à la surcharge décorative,

Disséminées dans la « pignada », accessibles par un dédale d’allées fleuries,

Elles ont pour nom, Teresa à l’aspect mauresque dans sa scénographie spéculative,

De pierres et de briques, ornementées de céramiques et ferronneries.

Entourée de balcons et lambrequins ciselés au petit point,

Toledo, la « Dame en dentelle » mérite amplement son surnom,

Quant à Trocadéro elle revendique le même amour du bois travaillé avec passion,

Offrant à la vue ses lucarnes à fenêtre débordante et sa balustrade en pourpoint.

Jalonnés par les « pignots », les parcs à huîtres abritent les tuiles chaulées,

Collecteurs servant à fixer les naissains qui au bout de huit mois sont « détroqués »,

Séparés de la tuile pour continuer leur croissance dans les « poches » grillagées, 

Les protégeant des gourmands prédateurs, étoiles de mer et crabes acharnés.

Le bassin, un monde à part, d’eau et de sable, de courants et d’îles

Aux allures d’atolls polynésiens et de petits ports conchyophiles,

Ici l’huître a pignon sur rue, dans les chais à trier et à déguster pas cher,

Souple et iodée elle s’accompagne d’une rasade de blanc de l’entre Deux – Mers.

A R C A C H O N, la Reine du Bassin


En sillonnant dans un écheveau « d’esteys », à bord de leurs pinasses allongées,

Les ostréiculteurs transportent leurs huîtres dans leurs cabanons colorés,

Chemin de mer à suivre scrupuleusement pour éviter l’échouage sur un banc,

Comme Arguin, langue de sable vagabonde sous l’action de la mer et des vents.

En équilibre, entre ciel et mer, les cabanes « tchanquées » perchées sur leur échasses,

Telles des miradors dressés dans l’estran, elles surveillent l’Île aux oiseaux, privée de chasse,

Paradis hivernal des migrateurs, héron garde-bœuf, se nourrissant dans les zostères,

Ou élanion blanc arpentant les « mattes », ces prés salés à la salicorne en jachère.

Dans cet empire du pin, les rangs nourris des soldats résineux à l’océan font front,

Alors que les gemmeurs collecteurs au geste « piqué », pratiqué avec «lo hapchot »,

Cette hache à bec courbe, saignent ces « arbres d’or » avec doigté pour mettre en pot,

La colophane tirée de la résine faisant agréablement chanter les cordes des violons.

Tel un désert saharien en plein cœur de Gironde, la Dune du Pilat étire sa crête sous Eole,

Comme un grand erg de sable pris en écharpe entre la pinède et l’océan en furie,

Ce mastodonte de sable décrit par Montaigne comme «  de grandes montioles

D’arène mouvante qui marchent d’une demi-lieue devant elles et gagnent du pays ».

Dans cette atmosphère ouatée il fait doux sur le bassin de Gujan-Mestras,

La ville aux sept ports, fiefs de l’huître, à Le Canon logé au fond de sa conche fière,

Avec ses authentiques cabanes drapées de guirlandes de roses trémières,

Jusqu’à Piraillan où sa chapelle en bois est perdue dans la forêt et ses fatras.

Nous finirons notre escapade dans les trésors de la lagune par L’Herbe,

Petit port ostréicole où Valentine Des PUJOLS, surnommée Titi, la mémoire du verbe,

Décrivant avec passion la construction de l’Hôtel de la Plage, pimpante construction

Bâtie pour offrir « une vraie cantine en dur » aux résiniers et bûcherons.


Simple hameau à la fin du dix-neuvième siècle, de leurs pinasses allongées,Arcachon jaillie des dunes,

Est devenue sous l’impulsion des frères Pereire, une station balnéaire à la une,

Née sur une colline aux senteurs d’iode et de sève de pin, la Ville d’Hiver,

Devient vite la petite reine de l’Atlantique, chère à Eugénie l’Impératrice d’hier.


Villa Carmen de leurs pinasses allongées,

Au milieu des « fofolles », villas rivalisant d’élégance et d’excentricité,

Dans un joyeux mélange de styles de manoirs anglais ou chalets suisses fringants.


Site magnifique pour de leurs pinasses allongées,

plonger la tête dans

les étoiles de la

Côte d’Argent,

Et admirer le ballet

des étoiles filantes

en compagnie

de Cassiopée


A la belle époque, altesses et artistes occupent ces demeures à la surcharge décorative,

Disséminées dans la « pignada », accessibles par un dédale d’allées fleuries,

Elles ont pour nom, Teresa à l’aspect mauresque dans sa scénographie spéculative,

De pierres et de briques, ornementées de céramiques et ferronneries.


Le Port de Plaisance demeures à la surcharge décorative,

d’Arcachon

offre 2 600 anneaux

aux plaisanciers.

C’est le 2° port de la côte ouest après celui de La Rochelle

Malgré sa capacité il faut être très patient pour obtenir une place :

30 ans environ

Record de France


L’Observatoire Ste Cécile demeures à la surcharge décorative,, la petite « Tour Eiffel » des Arcachonnais, réalisée en 1863 par le Bordelais Paul-Alfred Régnauld, polytechnicien, Maître de son élève Gustave Eiffel

Du haut de la balustrade on flirte avec la cime des pins, tout en admirant les pentes rouges des toitures, caravelles flottant sur la mer des arbres


Entourée de balcons et lambrequins ciselés au petit point, demeures à la surcharge décorative,

Toledo, la « Dame en dentelle » mérite amplement son surnom,


Construite en 1863 on l’appela « Graciosa » demeures à la surcharge décorative,

Quant à Trocadéro elle revendique le même amour du bois travaillé avec passion,

Offrant à la vue ses lucarnes à fenêtre débordante et sa balustrade en pourpoint.


Villa de Mme de Aldecoa, demeures à la surcharge décorative,

appelée « Lona » en 1895

Renommée « Vincenette » en 1930, elle se transforme en hôtel-pension de famille.

Aujourd’hui elle est le siège du SIBA, Syndicat Mixte du Bassin d’Arcachon


Le Cœur de Ville demeures à la surcharge décorative,

de l’Arcachon

moderne

Le Casino


Ensevelie sous les sables en 1721, la «  demeures à la surcharge décorative,Chapelle des Marins, fut reconstruite en Notre Dame d’Arcachon, surmontée de sa flèche de 59 m

Du parvis de la basilique, face à la mer, se dresse la Croix des Marins où ils viennent se recueillir chaque année le 25 mars, jour de l’Annonciation


En sillonnant dans un écheveau « d’esteys », à bord de leurs pinasses allongées,

Chemin de mer à suivre scrupuleusement pour éviter l’échouage sur un banc,

Comme Arguin, langue de sable vagabonde sous l’action de la mer et des vents.


Jalonnés par les « pignots », les parcs à huîtres abritent les tuiles chaulées,

Collecteurs servant à fixer les naissains qui au bout de huit mois sont « détroqués »,

Séparés de la tuile pour continuer leur croissance dans les « poches » grillagées, 

Les protégeant des gourmands prédateurs, étoiles de mer et crabes acharnés.


Ici l’huître a pignon sur rue, dans les chais à trier et à déguster pas cher,

Souple et iodée elle s’accompagne d’une rasade de blanc de l’entre Deux – Mers.


Les parcs ostréicoles occupent les «  à déguster pas cher,crassats », ces terres vaseuses émergeant à marée basse, accessibles par les « esteys », petites rigoles, drains des flux des marées


En équilibre, entre ciel et mer, les cabanes « tchanquées » perchées sur leur échasses,

Telles des miradors dans l’estran, elles surveillent l’Île aux oiseaux, privée de chasse


L’Île aux Oiseaux « tchanquées » perchées sur leur échasses,

Paradis hivernal des migrateurs, héron garde-bœuf, se nourrissant dans les zostères,

Ou élanion blanc arpentant les « mattes », ces prés salés à la salicorne en jachère.


C’est jour de fête sur le littoral girondin où la mer écumante, toute habillée de blanc, lance sa procession de vagues déferlantes


Dans cet empire du pin, les rangs nourris des soldats résineux à l’océan font front


Alors que les gemmeurs collecteurs au geste « piqué », pratiqué avec «lo hapchot »,

Cette hache à bec courbe, saignent ces « arbres d’or » avec doigté pour mettre en pot,

La colophane tirée de la résine faisant agréablement chanter les cordes des violons.

« De cap a la mitat de març, lo rosinèir que balha la permèira pica dab una manèita aperada hapchot » Vers la mi-mars, le résinier donne la première pique à l'aide d'un outil appelé hapchot


Tel un désert saharien en plein cœur de Gironde, la pratiqué avec «lo hapchot »,Dune du Pilat étire sa crête sous Éole,

Comme un grand erg de sable pris en écharpe entre la pinède et l’océan en furie


La mer hurle, frappe, broie, et ses vagues lancées comme des cavaliers fous le long de la dune, la déchirent et l’émiettent sans fin


Ce mastodonte de sable décrit par Montaigne comme «  de grandes montioles d’arène mouvante qui marchent d’une demi-lieue devant elles et gagnent du pays ».


La mer danse sous un ciel chargé de nuages, elle balance les plis de sa robe, et les vagues pleines d’écume lui font une multitude de jupons blancs

Mais attention aux dangereuses « baïnes », ces creux remplis d’eau à marée basse


Ode à la vague les plis de sa robe, et les vagues pleines d’écume lui font une multitude de jupons blancs.

Encore une foismon vers se tournevers la vague.

Je ne puis m’empêcherde te chanter,mille fois ô vague,Fiancée fugitive de l’océan,vénus verte,élancéetu hisses ta cloche,Et de là-haut,tu laisses tomberdes lys.

Ô lameincessante, secouéeparlasolitudedu vent,Érigée comme unestatuetransparente, mille fois cristallisée, cristalline.Et puistout le sel à terre :le mouvementse fait écume,Puis de l’écume la merse reconstruitEt de nouveau ressurgit la turgescence.

Et de nouveau,cheval,pure jumentcycloniqueet ailée,La crinière ardente de blancheurdans l’ire de l’airen mouvement,Tu glisses, tu bondis, tu cours,conduisant le traîneaude la neige marine.

Vague, vague, mille fois vaincue, millefois dresséeet déversée,

Vivela vague,mille fois immortellela vague.

Pablo Neruda - 1957


La pression humaine sur le littoral, menace dangereusement le lézard ocellé.

C’est le plus grand lézard d’Europe, il peut atteindre 75 cm avec son corps moucheté d’ocelles bleus


Nourri à la fois par l’Océan et par le flot incessant de la Leyre, cet arbre de vie étire ses branches avec comme fruit, un port à chaque pointe


Dans cet atmosphère ouatée, il fait doux à de la Leyre, cet arbre de vie étire ses branches avec comme fruit, un port à chaque pointeGujan-Mestras,

la ville aux sept ports, La Hume, Meyran, Gujan, Larros, La Barbotière, La Molle et le Port du Canal, fiefs de l’huître


Chalands et Pinasses dans le port de de la Leyre, cet arbre de vie étire ses branches avec comme fruit, un port à chaque pointeGujan Mestras


Le Canon de la Leyre, cet arbre de vie étire ses branches avec comme fruit, un port à chaque pointe logé au fond de sa conche fière,

Avec ses authentiques cabanes drapées de guirlandes de roses trémières


Le petit port de pêche de de la Leyre, cet arbre de vie étire ses branches avec comme fruit, un port à chaque pointeAndernos avec ses cabanes à déguster les huîtres et son bon restaurant « Chez Huguette » où tout est chouette

A Taussat, la Chapelle de Courcy, du nom de la famille ayant développé le village.

Devenue église St Louis en 1949 avec son clocher mur devant son clocher tour…….insolite!


PIRAILLAN, village de pêcheurs, inscrit à l’inventaire des sites classés, avec ses cabanes multicolores dont certaines sont centenaires.

La chapelle en bois est

perdue dans la forêt

de Piraillan, proche de

Lège-Cap Ferret


Sur son cordon littoral « Lou Cap Herré », la pointe de fer en gascon a donné le nom à la ville du Cap-Ferret, lieu de rencontre huppé des stars. Située entre l’immensité chahutée de la Côte d’Argent et l’espace paisible du Bassin d’Arcachon.


Détruit par les Allemands en fer en gascon a donné le nom à la ville du

août 1944 et rebâti en 1947,

le Phare du Cap Ferret,

signale du haut de ses 51 m

la passe du Bassin d’Arcachon.

Droit comme une allumette

se préparant à gratter

chaque soir le ciel

pour l’embraser d’un éclat

rouge toutes les 5 secondes


Nous finirons notre escapade dans les trésors de la lagune par L’Herbe,

Petit port ostréicole où Valentine Des PUJOLS, surnommée Titi, la mémoire du verbe,

Décrivant avec passion la construction de l’Hôtel de la Plage, pimpante construction

Bâtie pour offrir « une vraie cantine en dur » aux résiniers et bûcherons.


Deux cousines un peu revêches, Janine et Michou Magne ont régné sur l’Hôtel de la Plage durant une cinquantaine d’années


L’ ARIÉ….JOIE vous offre cette moisson de couleurs régné sur

du Bassin d’Arcachon pour en faire

un gros bouquet de souvenirs


Montage de l’ ARIÉ….JOIE régné sur

Photos Personnelles et du Net

[email protected]

Musique : Guitare Espagnole de G. RUIZ

A M O R

Réalisation Août 2013

A Bientôt


ad