Th rapies cognitivo comportementales de la troisi me vague
Download
1 / 57

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE - PowerPoint PPT Presentation


  • 509 Views
  • Uploaded on

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE. DES THÉRAPIES À LA MODE DES THÉRAPIES MODE DE VIE. Manon Quesnel B.s.c de Université de Montréal Line Roy M.s.c de Université de Montréal sollicitent votre attention bienveillante .

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE' - jela


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Th rapies cognitivo comportementales de la troisi me vague

THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES DE LA TROISIÈME VAGUE

DES THÉRAPIES À LA MODE

DES THÉRAPIES MODE DE VIE


  • ManonQuesnelB.s.c de Université de Montréal

  • Line Roy M.s.c de Université de Montréal

    sollicitentvotre attention bienveillante.

    Merci à l’hôpitalSacré-Coeur de Montréal pour la

    participation financière.


Plan de la pr sentation
PLAN DE LA PRÉSENTATION

  • HISTORIQUE

  • THÉORIES

  • THÉORICIENS

  • CLIENTÈLE-CIBLE

  • VALIDITÉ

  • APPLICATION CLINIQUE

  • IMPRESSIONS DES CLINICIENNES



Premi re vague1
PREMIÈRE VAGUE

  • Entre les années 1950 et 1980

  • Les thérapiesbéhavioralessont issues de théories de l’apprentissage

  • Le conditionnementrépondant de WASTON 1924

  • Le conditionnementopérant de SKINNER 1938

  • L


Selon skinner
SELON SKINNER

  • Estl’instigateur du béhaviorisme radical

  • Le comportementestcontrolé par sesconséquences

  • Les comportementsdésiréssontrenforcés par des artifices, des privilèges: jetons,cigarettes, sorties…..

  • Surtout utile dans les milieuxéducatifs et institutionnels;


Suite skinner
SUITE SKINNER

  • Plus utile auprès de clientèleatteinte de déficience , autisme,schizoprèniesévère

  • Les limites de cetteapproche en cliniqueestqu`il ne s’agit pas de psychothérapie “ par la parole”

  • Applications limités=institutions

  • Non applicable avec les clientèle de la psychiatriegénérale.


Watson
WATSON

Fondateur d’un béhaviorismeméthodologiquecestravauxontdonné lieu à la désensibilisationsystématique de Wolpe(1958,1975) .

Technique vise la modification des comporte-

ment.L’individuapprend par associations.

Essentielledans le tx des phobiesdiverses,etl’anxiété.


  • Des chercheurs et des “modificateurs de comportement” comme Lazarus ,Rachman ,Eysencket Shapiro sont des figures significatives du courant plus méthodologique

  • Tousregroupés sous l’appelationthérapiesbéhaviorales .

  • Critiques grandissantes:Accorder plus d’importance aux aspects mentaux de l’individu.



La r volution cognitive
LA RÉVOLUTION COGNITIVE

  • ALBERT ELLIS 1962

  • AARON BECK 1964

  • SONT LES PÈRES DES THÉRAPIES COGNITIVO-COMPORTEMENTALES.

  • MÉLANGE HARMONIEUX DE LA THÉRAPIE ÉMOTIVO-RATIONELLE.

  • ET DE LA THÉRAPIES COGNITIVE SANS PERDRE LES ACQUIS DU BÉHAVIORISME

  • Naissance en 1970 T.CC.


Bases th oriques
BASES THÉORIQUES

  • Le client est à observer les événements /émotions /pensées / de comprendre les biaiscognitifs . Les penséesdysfonctionnelles ,les croyancesirréalistes, afind’atténuer les réponsesémotionnelles

    trop intenses et de réduire les comportementsproblématiques.


T c c
T.C.C.

  • Les grilles d’auto-observations.

  • L’analyse des penséesautomatiques.

  • Le questionnementsocratique.

  • Les tableaux d’expériencescomportementales.

  • L’activationcomportementale .

  • Les échelles de mesure de la dépressiondeBECK.

  • Les échelles de mesure de l’anxiétéde BECK.


  • L’expositionsystématique in vivo,aide le client à se confronter à sescraintes en diminuantprogressivement

    sescomportementsd’évitement.

    .De nombreux guides de pratiqueindiquentétapes par étapes, la démarchethérapeutique.


T c c1
T.C.C.

  • La restructuration cognitive vise à modifier le dialogue intérieur et permet de prendre conscience des schémasdysfonctionnels.

  • Les thérapeutessont des “coach” qui enseignent des moyensdifférents de percevoir les événementsou de modifier les comportements.

  • Avec des outilspratiques :l’analyse des coûts –bénifices, vérification de la preuve, technique de la flècheascendante, réattribution/tarte des blâmes et plus,,,,,,,,


Chercheurs et cliniciens ouvrent la voie l int gration
CHERCHEURS ET CLINICIENSouvrent la voie à l’ intégration

RAY HODSON et STANLEY RACHMAN en se basantsur les travaux de LANG(1963,1968,1970)ontdéveloppéunethéorie de l’approche des troissystèmes;

Comportementaux

Cognitifs-affectifs

Physiologiques.

Ce qui esttrèsvraidans le traitement des maladies affectives.Rachman1996


Client le cible
CLIENTÈLE - CIBLE

  • En thérapie individuelle ou de groupe.

  • Dépression unipolaire ou bipolaire.

  • Avec les psychotiques.

  • Dans la majorité des troubles anxieux;Tag,Ps ,Toc .et les phobies, ESPT.

  • Avec les troubles alimentaires.


Validit
VALIDITÉ

  • LA T.C.C.est la thérapie qui bénificieduplusd’appuiempirique (Roth etFonagy 2005)

  • La T.C.C. estefficace pour diminuerl’intensité des symptômesassociés aux troubles psychotiques (Morrison2002)

  • Lecomte et Leclerc en2004 ontreçuunesubvention des instituts de recherche en santé, pour une T.C.C des premiers épisodes.


Le principal probl me avec la t c c l accessibilit
LE PRINCIPAL PROBLÈME AVEC LA T.C.C L’ ACCESSIBILITÉ

  • Dans LE CLINICIEN nov/déc/2009 : Savard ,Bugeaud,Dao,Turcotte,touspsychiatres au HSC notentquesi la T.C.C. n’est pas offertessoient le traitementpharmacologiquedevraprobablementêtreprolongésou la médicationaugmentée.


Validit1
VALIDITÉ

  • INSTITUT DE SANTÉ PUBLIC DU QUÉBEC OFFRENT AVEC L’ÉQUIPE DE HÉLÈNE BROUILLET (2008-2009):DES FORMATIONS AUX CLINICIENS EN PREMIÈRE LIGNE DES GUIDES DES MEILLEURS PRATIQUES.

  • PROJET CIBLE-QUALITÉ

  • QUALAXIA.ORG


Critique de la 2ieme vague
CRITIQUE DE LA 2ieme vague

  • Plusieurs la trouve beaucoup trop RATIONELLE.

  • Les ciblessont la diminution des symptômes sans se soucier de leursfonctions .

  • L’étude du processus de la penséen’a pas fait l’objetd’une analyse rigoureuse en recherche .

  • Voir Hayes et al,1999

  • Hayes,Luoma,Bond,Masudaet Lillis,2006 remettent en questions des prémisses de base.

  • Trop mécaniste ,la T.C.C ne tient pas suffisamentcompte du contexte,intégration des expériencesintimes.



Vignette clinique
VIGNETTE CLINIQUE

  • R.M.

  • HOMME DE 60 ANS

  • POLICIER

  • ARRÊT DE TRAVAIL DEPUIS 6ANS ,BLESSÉ

  • AU TRAVAIL DANS L’EXERCICE DE SES FONCTIONS ET PAR SES DIFFICULTÉS À ÊTRE EN RELATION AVEC AUTRUI

  • DÉPRESSION ,DÉSILLUSION,SYNDROME DOULOUREUX,TAG SÉVÈRE,ISOLÉ.


Traitement actuel
TRAITEMENT ACTUEL

  • RENCONTRE INDIVIDUELLE PLUS DE 20

  • TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE EN ACCORD AVEC LES RECOMMENDATIONS DU CANMAT

  • PSYCHIATRE PRÉSENT ET ATTENTIF

  • BONNE ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE

  • MOTIVÉ,FAIT LES LECTURES SUGGÉRÉES AINSI QUE LES EXPOSITIONS PLANIFIÉES.


Et le doute s installe
ET LE DOUTE S’INSTALLE

  • JE NE SUIS PAS DOUÉE.

  • EST-CE LA BONNE APPROCHE ??

  • La TCC estparfois trop rationnelle.

  • La théorie de Bandura :certains clients refusent de suivre les directives de crainte de leurscapacités à les appliquercorrectement(1976).

  • L’impuissance apprise voir les travaux de Seligman (1975).


Question majeure
QUESTION MAJEURE

  • EST- CE-QUE CE CLIENT CROIT AVOIR LE CONTRÔLE DE SA VIE OU CROIT IL QUE LA GUÉRISON =LE MIEUX –ÊTRE OU EST-CE L’EFFET DU HASARD ,DE LA CHANCE ,DU DESTIN ,OU DE CROYANCES EN UN CONTRÔLE EXTERNE VERSUS CROIT IL QU’IL EST LA CONSÉQUENCE DE SA PROPRE ACTIVITÉ.????

  • CROYANCES EN UN CONTRÔLE INTERNE????.


  • Pouvons- nous intervenirdifféremment avec la souffrance?


La saison des congr s
LA SAISON DES CONGRÈS

  • Frédérick Dionne et Marie-Claude Blais nous ont fait la démonstrationquel’activationcomportementale et l’ACTont plus de plus de “pouvoir” puisqueses plus récentesthérapiesciblent le coeur des personnessouffrantes.

  • 25 mai 2013 à L’ACTCC


Et j apprends encore
ET J’APPRENDS ENCORE………….

  • Faire et faire faire des expériences de VIE:

  • VIVRE

  • INTÉGRALEMENT

  • L’EXPÉRIENCE

  • Sortir de l’intellectualisation,de la parole et sespièges pour revenir à la relation,pourrevenir à l’actionengagée,etêtredans le moment présent.


Pour ce client patient
POUR CE CLIENT-PATIENT

  • Remplacerl’estime de soi par la compassion pour soicomme le définit la psychologue Kristin Neff 2003.

  • Apprivoiser la souffrance;le vivre avec ,ne jamais JAMAIS JAMAIS L’ABORDER EN NOMMANT L’ACCEPTATION.

  • Remplacerses MAIS par des ET.

  • Utiliser plus de métaphores et relire les techniques des livres/cf.bibliographie

  • Connaitre les hameçons de la souffrance.


La pratique de la troisi me vague
LA PRATIQUE DE LA TROISIÈME VAGUE

  • Favorisentl’acceptation

  • Créentunedistanciation par rapport aux pensées

  • Utilisent la pleine conscience

  • Augmentent le contact avec le moment présent

  • Intègrent le corps en psychothérapie

  • Mettentl’accentsur la relation thérapeutique


Troisi me vague mod les bas s sur l acceptation
TROISIÈME VAGUE Modèlesbaséssurl’acceptation:

  • Thérapie de l’acceptation et de l’engagement (Hayes, 1999,2004,Eifert,2005)

  • Thérapie cognitive baséesur la méditation(Segal 2004)

  • Thérapiecomportementalebaséesurl’acceptation du TAG (Roemer,2004 ,2005)

  • Thérapiedialectique-comportementale(Linehan,1993)


Troisi me vague suite

TROISIÈME VAGUE suite

Thérapie de couple comportementale intégrative( Jacobson,1996)

Prévention de la rechute basée sur la méditation(Marlatt,2005)

Psychothérapie fonctionnelle analytique (Kohlenberg,1991,2004)


Th rapie cognitive bas e sur la m ditation segal williams et teasdale 2002

THÉRAPIE COGNITIVE BASÉE SUR LA MÉDITATION(SEGAL,WILLIAMS ET TEASDALE,2002)

BUT;diminuer les rechutesdépressives.

Dépressionsmajeuresrécurrente

Suicides(Williams)

Bipolaire(Palmer)


Validit mbct teasdale 2000
VALIDITÉ MBCT (TEASDALE,2000) ET TEASDALE,2002)

  • Étudecontroléemulticentrique

  • TCBMvstraitement de routine

  • n=145 (63vs69)

  • f/u=60 semaines

  • 8 sessions de 2h,12clients/groupe

  • Clients avec 3 épisodesou plus TCMB diminue le taux de rechute de moitié:66%vs37%


Pleine conscience
PLEINE CONSCIENCE ET TEASDALE,2002)

  • Le principal objectif est d’enseigner aux personnes un mode actif d’auto-soins.

  • Un traitement de la souffrance de plusieurs troubles du DSM-IV.

  • Nous invitons les personnes à s’engager avec curiositédans la méditation sans croire à un soulagement,ni à guérir,ni à relaxer.

  • Thérapie de groupe et pratiqueindividuelle ; p.r.n.


Les groupes bois de boulogne sont depuis 2003
Les ET TEASDALE,2002)groupes à BOIS de BOULOGNE sontdepuis 2003

  • Groupe de 8 à 12 personnes.

  • 1 fois par semaine de 120 minutes qui s’engagent comme leurs thérapeutes à pratiquer.

  • 6 jours par semaine.

  • 45 minutes par jour.

  • 8 semaines.


Comment
COMMENT ET TEASDALE,2002)

  • Chaque groupe débute par une méditation et se termine par une méditation.

  • Une expérience de méditations en mangeant /bougeant/marchant ou en contemplant sont expérimentés en groupe.

  • Contes et poèmes

  • L’écoute des sons et du silence est apprivoisées


QUOI ET TEASDALE,2002)

  • Nous aimons la définition de Kabat-Zinn 1990 qui s’en servit pour sa clinique de réduction du stress par la méditation Massachussetts USA

    Où tu vas, tu es



Comment1
comment corrigés

  • Chaque participant méditant reçoit gratuitement:

  • Un guide écrit

  • Quatre disques compacts de méditation:

    • 1 CD Scan corporel

    • 1 CD de méditation assise

    • 2 CD de yoga


QUI corrigés

  • Actuellement les ateliers de TCC basée sur la méditation sont offerts par Dr Thanh-Lan Ngô & Manon Quesnel, inf.

  • Par le passé une équipe de 3 psychiatres animaient le groupe : Dr Larouche, Dr Gauthier, Dr Ngô


Comment2
COMMENT corrigés

  • « Être pleinement conscient » veut dire: porter une attention spéciale:

  • INTENTIONNELLEMENT,

  • AU MOMENT PRÉSENT,

  • ET SANS JUGEMENT.

    Jon Kabat-Zinn.


Comment3
COMMENT corrigés

  • Un journal d’auto-observations soutient la pratique.

  • Les commentaires des méditants sont attendus et partagés en groupe.


Comment4
COMMENT corrigés

  • Ainsi la personne est amenée à ÊTRE plutôt qu’à FAIRE ou réagir.

  • Elle est le témoin privilégié de son moment présent, autrefois consacré par le fameux: ICI MAINTENANT.


Comment5
COMMENT corrigés

  • Pensées

  • Émotions

  • Sensations corporelles

  • Distractions sont observés SANS JUGEMENT et dans L’ACCEPTATION.


Comment6
COMMENT corrigés

  • La pleine conscience cherche à se familiariser avec les sensations corporelles même désagréables qui peuvent avoir comme bienfait d’unir LE CORPS / ESPRIT.

  • Danscetteoptique:sontpratiqués

  • Yoga,étirements,marchelente.

  • Scan corporel=balayagecorporel

  • Segal&al 2002


Comment7
COMMENT corrigés

  • Les pensées sont vus comme des pensées:

    • des événements mentaux

    • qui vont et viennent

    • Qui sont transitoires.

    • On peutchoisir de;

    • Réagirou non aux pensées

    • Les délaisser ,acceuillir,

    • Se féliciter de s’enêtre

      aperçu et reprendre avec attention les respirations.


Comment8
COMMENT corrigés

  • Le focus est mis intentionnellement sur la respiration, le moment présent.

  • Germer C 2006 dans Why meditate? Meditation in psychotherapy, Boston

  • Nous rappelle de rester tranquille

  • De laisser tranquilles les pensées et les émotions qui agitent l’esprit.

    Sanskrit


Comment9
COMMENT corrigés

  • IL FAUT QUE LA THÉORIE SOIT MISE EN PRATIQUE


Comment10
COMMENT corrigés

  • Dans la MBCT de la dépression le but:

    • Diminuer les ruminations incessantes

    • Dans la MBCT du trouble bipolaire ont ajoute de ralentir, de moins faire, d’être en non-action d’être avec sa respiration/de faire des pauses


Comment11
COMMENT corrigés

  • Dans l’approche dialectique comportementale des troubles de la personnalité de Martha Linehan (1993) la pleine conscience favorise une approche sans jugement avec plus de compassion.

  • L’écoute des cinq sens permet (odorat, vision, ouïe, toucher, goûter) de distraire et d’apaiser la réactivité.

  • Elle diminue l’impulsivité, améliore la sobriété en enseignant la tolérance à la détresse.




Bibliographie
Bibliographie corrigés

  • Revue Québécoise de psychologie; la troisième génération de thérapie comportementale et cognitive, sous la direction de Frédérick Dionne volume 31 numéro 3, 2010.

  • La thérapie d’ acceptation et d’engagement; guide clinique, Benjamin Schoendorff, Jana Grand, Marie-France Bolduc de boeck 1ere édition 2011.

  • La théorie cognitivo-comportementale; théorie et pratique, Louis Chaloult et coll. ThanhLan Ngo, Jean Goulet et Pierre Cousineau. Gaétan Morin éditeur


Suite bibliographie
Suite corrigésBibliographie

  • Méditer 108 leçons de pleine conscience, Jon Kabat-Zinn éditions les arènes, 2010.

  • Le piège du bonheur, Russ Harris, les Éditions de l’Homme, 2009

  • Méditer pour ne plus déprimer; la pleine conscience, uneméthode pour vivre mieux. Mark Williams, John Teasdale, Zindel Segal, Jon Kabat- Zinn. Collection Odile Jacob, 2009.

  • Méditer jour après jour. Christophe André, collections l’iconoclaste 2011.


ad