Le r chauffement climatique
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 33

Le réchauffement climatique PowerPoint PPT Presentation


  • 75 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Le réchauffement climatique. Ligne de temps :. 1938 :un ingénieur anglais, Guy Stewart, affirme que la planète se réchauffe. 1957 :Roger Revelle, un Américain, constate que l’activité humaine intensifie l’effet de serre. 1960 : On détecte plus de CO2 dans l’atmosphère.

Download Presentation

Le réchauffement climatique

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Le r chauffement climatique

Le réchauffement climatique


Ligne de temps

Ligne de temps :

  • 1938 :un ingénieur anglais, Guy Stewart, affirme que la planète se réchauffe.

  • 1957 :Roger Revelle, un Américain, constate que l’activité humaine intensifie l’effet de serre.

  • 1960 : On détecte plus de CO2 dans l’atmosphère.

  • 1967 : Un météorologue japonais simule le climat. Il calcule que la température de la Terre augmenterait de quelques degrés si le CO2 doublait.


Le r chauffement climatique

  • 1976 : Une étude démontre que les CFC, le méthane et l’ozone contribuent à

  • l’effet de serre.

  • 1979 : Programme climatologique mondial (recherches scientifiques)

  • 1981 : L’année la plus chaude jamais enregistrée.

  • 1985 : Le réchauffement climatique est inévitable. (conférence internationale)

  • 1987 : Montréal impose des restrictions internationales sur les gaz qui détruisent la couche d’ozone.


Le r chauffement climatique

  • 1990 : GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), affirme que la Terre se réchauffe. Les lobbyistes et quelques scientifiques

  • contestent les conclusions.

  • 1992 : ONU à Rio de Janeiro, convention des changements climatiques adoptée.

  • 1995 : fonte de l’Antarctique affecte l’opinion publique.

  • 1997 : Protocole de Kyoto

    -propose un calendrier de réduction des principaux gaz à effet de serre.

    S’il y a assez de pays qui acceptent d’y adhérer.

  • 1998 : Le Canada signe le protocole


Le r chauffement climatique

  • 2000 : GIEC affirme qu’il n’y a jamais eu un aussi grand réchauffement depuis la dernière glaciation. (fin il y a 10 000 ans)

  • É-U se retirent de Kyoto.

  • 163 pays mettent en place des mécanismes pour atteindre les objectifs de Kyoto.

  • 2004 : Premiers livres et films sur le sujet sont accessibles au grand public.

  • 2005 : Kyoto entre en vigueur, signé par les principaux pays industrialisés, sauf

    pour les É-U.


Le r chauffement climatique

  • 2006 : Le gouvernement Harper change les échéanciers du Canada face à la baisse des GES établie par le Protocole de Kyoto. Ces changements ne pourraient être adoptés qu’en 2010.

  • 2007 : GIEC déclare que le réchauffement climatique est sans

  • équivoque… l’homme est responsable de l’essentiel de ce réchauffement dans

  • une probabilité de 90%.

  • 2008 : 500 km2 de glace s’est désintégrée en Antarctique.


Gaz effet de serre

*Gaz à effet de serre

  • Les principaux gaz à effet de serre qui existent naturellement dans l'atmosphère sont :

    • la vapeur d’eau (H2O) ;

    • le dioxyde de carbone (CO2) ;

    • le méthane (CH4) ;

    • le oxyde de diazote (N2O) ;

    • l‘ozone (O3).


Le r chauffement climatique

  • Les gaz à effet de serre industriels incluent, les principaux gaz déjà cités ci-dessus, ainsi que des gaz fluorés comme :

  • les chlorofluorocarbures (CFC) ;

  • le tétrafluorométhane (CF4) ;

  • l'hexafluorure de soufre (SF6);

  • les hydrochlorofluorocarbures, comme le HCFC-22 (un fréon) ;.


Le r chauffement climatique

  • Le dioxyde de carbone est le principal (en quantité) gaz à effet de serre produit par l'activité humaine, 74 % du total (tous modes d'émissions réunis).


Ce qu on a appris depuis 2 ans 2007 2009

Ce qu’on a appris depuis 2 ans (2007-2009)

  • Parmi les dix années les plus chaudes depuis un siècle, huit sont après l'an 2000.


Le r chauffement climatique

La température a augmenté plus qu’on ne l’avait prévue. Il y a eu une hausse de 0,75°C (à plus ou moins 0,18 °C près) entre 1906 et 2005.


Le r chauffement climatique

  • Deux phénomènes engendrent l’élévation du niveau des océans :

    • l'augmentation du volume de l'eau due à son réchauffement (dilatation thermique) ;

    • l'apport d'eau supplémentaire provenant de la fonte des glaciers.

  • Le GIEC estime que le niveau de la mer s'est élevé de 1,8mm par année entre 1961 et 2003.


Le r chauffement climatique

***

  • Les changements climatiques causés par les humains s’appellent changements anthropiques.


Sympt mes

Symptômes

  • Plus de précipitations dans la plupart des zones terrestres.

  • Moins de journées et de nuits froides et moins de gel, plus de journées

  • et de nuits chaudes, vagues de chaleur plus fréquentes.

  • Saison des ouragans plus intense.

  • Depuis 2005, la glace de l’Arctique a fondu de 20%.

  • Disparition totale de la glace prévue pour 2030 ou plus tôt.


Le r chauffement climatique

  • Bourgeons, migrations et ponte se produisent plus tôt.

  • Espèces animales et végétales se déplacent vers les pôles et en altitude.

  • Algues, et zooplanctons à la hausse dans les lacs.

  • Migration précoce des poissons.

  • Eau dans les cours d’eau se réchauffe et affecte la qualité (algues bleues)

  • Éboulements dans les régions montagneuses dus à la fonte du pergélisol.


Le r chauffement climatique

  • Écosystèmes du nord sont modifiés.

  • Changements climatiques ont affecté la mortalité liée à la chaleur, propagation des maladies infectieuses et allergies aux pollens dans l’hémisphère nord.

  • Climats extrêmes : longues canicules, sécheresse, orages, tornades…

  • Saisons changent : printemps arrive plus vite et automne arrive plus tard.


Les cons quences sur la sant

Les conséquences sur la santé

  • Malaria (1 milliard infectés), dengue (dizaine de millions de nouveaux cas), maladie du sommeil (400 000), fièvre jaune (200 000) – infections virales ou parasitaires

  • Cancer (qualité de l’air)

  • Canicules : mort chez les personnes âgées

  • Maladies respiratoires


Le r chauffement climatique

  • Crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux et autres maladies cardiovasculaires

  • Intoxications et troubles intestinaux provoqués par la contamination de l’eau et des aliments

  • Problèmes urinaires (quand il fait chaud, le corps économise l’eau donc l’urine est plus concentrée)


En milieu urbain

En milieu urbain :

  • Nettayia (japonais) : nuit où la température ne descend pas sous 25°C

    -l’effet îlot de chaleur

    -le jour, la chaleur est absorbée par les bâtiments, les rues, les trottoirs

    -la nuit, la ville rayonne la chaleur

    Ex : à Osaka, avant 1920, 10 nettayia par été, maintenant il y a plus de 50 nettayia par été


Solutions possibles

Solutions possibles :

  • Bâtiments avec miroirs/vitrages

  • Revêtements clairs

  • + de végétation

  • Toits verts (végétation sur les toits, 8cm de terre et de gazon réduit de 25% les gains de chaleur)

  • Changer l’acier par du béton


Aspects positifs du r chauffement climatique

Aspects positifs du réchauffement climatique

  • Hiver moins rigoureux donc plus invitant (touristes et réfugiés)

  • Innovations, forcé à trouver de nouvelles technologies

  • Voies maritimes à l’année longue (importation/exportation)

  • Plus de terres sont habitables


Le r chauffement climatique

  • Plus longue période pour l’agriculture

  • Agriculture est possible plus dans le nord

  • Période de croissance des végétaux plus longue

  • Plus de CO2 favorise la pousse des plantes

  • L’élevage bénéficie d’un allongement de la saison de pâturage.


Courant thermohalin

Courant thermohalin

  • Thermo = chaleur

  • Halin = sel

  • Courant thermohalin : la circulation à grande échelle de l'eau des océans, engendrée par des écarts de température et de salinité des masses d'eau.


Le r chauffement climatique

  • La salinité et la température ont un impact sur la densité de l'eau de mer.

  • Les eaux refroidies et salées sont plus denses donc plongent au niveau des hautes latitudes (Norvège, Groenland, etc.) et descendent vers le sud, à des profondeurs entre 1 et 3 km. Elles sont alors réchauffées dans les Tropiques, et remontent à la surface, où elles se refroidissent à nouveau, et ainsi de suite.

  • On estime qu'une molécule d'eau fait le circuit entier en environ 1 000 ans.


Le r chauffement climatique

  • Le courant thermohalin agit comme un ventilateur climatique pour la planète. Le rôle de ces boucles convectives est essentiel car il permet le transport de chaleur, libérée dans l'atmosphère, de l'équateur vers les pôles. Si ce transfert n'existait pas, il ferait plus chaud à l'équateur et plus froid aux hautes latitudes.

  • -Les icebergs nourrissent l’océan d’eau douce froide donc le niveau de salinité diminue. Ceci veut dire que le courant ne peut plus plonger aussi profondément. Tout le système est bouleversé...


Courant jet

Courant-jet

  • courant-jet : flux d'air rapide et confiné trouvé dans l'atmosphère à des altitudes entre 6 et 15 km.

  • vitesse moyenne est environ 100 km/h

  • vitesse max peut dépasser 360 km/h

  • Intensité et position varient avec les saisons.

    • Pendant l'été, courant faiblit (car le gradient de température étant plus bas entre le pôle et l'équateur)


Le r chauffement climatique

  • Le courant-jet se forme au-dessus d'un ruban serré de différence de températures nommé front chaud et front froid et qui sépare les masses d'air froides (vers les pôles) et chaudes (vers l'équateur).

  • Par exemple, les tempêtes sont souvent le résultat direct de forts mouvements verticaux de masses d’air sous un jet de vitesse élevée.


  • Login