BILBOKO BAIONARAT
Download
1 / 38

Bizkai Gipuzko eta Lapurdiko probintzia goxuak Ingana zitzaiela luzaz itsasuak - PowerPoint PPT Presentation


  • 83 Views
  • Uploaded on

BILBOKO BAIONARAT Euskal Kostaldea. Bizkai Gipuzko eta Lapurdiko probintzia goxuak Ingana zitzaiela luzaz itsasuak. Balade de Bilbao à Bayonne par la côte Le LABOURD/LAPURDI Ciboure/Ziburu et St Jean de Luz Donibane Lohitzun.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Bizkai Gipuzko eta Lapurdiko probintzia goxuak Ingana zitzaiela luzaz itsasuak' - jagger


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

BILBOKO BAIONARAT

Euskal Kostaldea

Bizkai Gipuzko eta Lapurdiko probintzia goxuak

Ingana zitzaiela luzaz itsasuak

Balade de Bilbao à Bayonne par la côte

Le LABOURD/LAPURDI

Ciboure/Ziburu et St Jean de Luz

Donibane Lohitzun


CIBOURE : Cité des corsaires et des artistes, Ciboure est un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

FORT DE SOCOA : Edifié au XIIe siècle, il se présente comme une gigantesque tour circulaire d'allure médiévale. La digue de protection, construite à la fin du XVIIe siècle, a été décidée par Vauban.

Située aux portes de l'Espagne, ouverte sur l'océan, Saint-Jean-de-Luz a toujours eu un rôle historique et a été très tôt le domaine des pêcheurs, dont elle protégeait les bateaux. La commune a plusieurs fois connu les assauts de la nature, si bien que de la ville historique, il ne subsiste qu'une partie.D'où la construction, au début du XIXe siècle, de digues constituant un "seuil de garantie".

LE PORT : Charmant et pittoresque, le port a été construit au XIIe siècle, lorsque l'ensablement du fleuve l'Adour réduisit considérablement les activités du port de Bayonne. Les maisons qui longent ses quais sont de style labourdin.


Église de Ciboure un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Ciboure son nom basque est Ziburu, une contraction de zubi buru'bout du pont'. Ciboure est effectivement située au débouché du pont sur la Nivelle. Siboro était l'ancien nom de la ville, tout du moins jusqu'en 1692

Les armoiries de Ciboure ont été approuvées par le Conseil Municipal en 1992, ces armoiries se retrouvent sur la vieille fontaine à Ciboure classée monument historique et datant de 1676. Elles correspondent à une légère adaptation des règles d’héraldique par souci d’esthétisme (ajout du marron pour le tronc du chêne et bateaux). L’arbre est un chêne de sinople (vert) fruité de glands d’or (jaune) dont le tronc est au naturel (marron). Le chêne représente la force, les traditions la mémoire. Il a été repris ensuite dans plusieurs armoiries du Pays Basque. Le cheval d’argent (blanc) sur une mer d’azur (bleue) est le signe de la vitesse, la légèreté du commandement. Le cheval était un animal royal. La vocation maritime de Ciboure se retrouve dans les deux vaisseaux dits d’accompagnement sur les armoiries.


Plage de Socoa vue sur FORT DE SOCOA un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.


Port de plaisance Ciboure un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Quai Ravel et Église


Maison des Glycines Ciboure un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.


Quai et maison Maurice Ravel un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Phare de Ciboure et vue sur la Rhune


Port de plaisance Ciboure un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Quai Ravel et Église


Entrée du port et phare de St Jean de Luz un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.


Rive droite de la Nivelle/Urdazuri un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Vue sur Ciboure et tour de Bordagain


Cygne sur la Nivelle/Urdazuri un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.


Port et Eglise de St Jean de Luz/Donibane Lohitzun un lieu incontournable de la côte basque. Ses pittoresques façades à colombages, ses ruelles étroites, son joli port classé premier port thonier d'Europe et son fort font de la petite soeur de Saint-Jean-de-Luz une ville charmante. Consciente de ses atouts, Ciboure se tourne résolument vers le tourisme et la plaisance.

Aux portes de l'Espagne, Saint-Jean-de-Luz, Donibane Lohitzun en Basque, a su préserver son authenticité, tout en alliant les attraits d'une station touristique réputée à ceux d'un port de pêche au riche passé historique.

La baie est une anse de sable fin baignée du bleu de l'océan avec, pour toile de fond, la montagne de la Rhune. Le port, un ravissement pour les yeux avec ses chalutiers bleus, rouges, verts. La vieille ville témoigne de l'aventure maritime de Saint-Jean-de-Luz depuis la nuit des temps, cité de marins intrépides, corsaires, pêcheurs de baleines et de morues.

Certains édifices tels, le château de Lohobiague, dit Maison de Louis XIV car le Roi Soleil y séjourna lors de son mariage avec l'Infante Marie-Thérèse en 1660, la Maison de l'Infante qui reflète son profil rose dans les eaux bleues du port, l'Église Saint-Jean Baptiste, La Place Louis XIV avec son kiosque à musique, ses platanes en tonnelle et sa ceinture de façades blanches et rouges constituent quelques étapes inoubliables.

Saint Jean de Luz séduit par son art de vivre car elle sait recevoir et partager, par la multitudes d'activités proposées, sans oublier ses fêtes, mémorables au Pays Basque.


Au XVe siècle, les pêcheurs basques du port de St Jean de Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque Zubiburu) quartier détaché d'Urrugne et finalement érigé en commune indépendante situé au delà du pont qui le reliait jadis à Saint-Jean-de-Luz (le couvent des Recollets fut implanté sur son tracé pour apaiser les relations entre les deux communautés, souvent rivales).

En 1713, le traité d’Utrecht abandonnant Terre-Neuve à la Grande-Bretagne porta un coup funeste à Saint-Jean-de-Luz. A la fin du siècle, la baleine ayant disparu du golf de Gascogne et l'océan ayant rompu les barres de Socoa et de Sainte-Barbe, qui protégeaient la baie, le port et une partie de la ville se trouvèrent ruinés. Ce fut la décadence ; pêcheurs et gens de mer émigrèrent en masse, la ville perdit l'essentiel de ses habitants. L'année 1789 fut marquée, en particulier, par une terrible tempête qui détruisit tout un quartier de la ville ("La barre") et submergea le couvent des Ursulines.

Port St Jean de Luz/Ciboure

Vue sur la Rhune


Kiosque place Louis XIV Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Au XIXe siècle, les digues, souvent détruites dans le passé, furent reconstruites afin de maintenir définitivement la sécurité du port et de la ville. Les voyages de Napoléon III dans la région puis l'engouement de la bonne société pour la Côte Basque débouchèrent à cette époque, avec l'arrivée du chemin de fer, sur un grand essor touristique. Suite à l'édification de ses trois digues (Socoa, l'Artha, et Sainte-Barbe), Saint-Jean-de-Luz ne fut plus systématiquement envahie par les eaux lors des grandes tempêtes, comme cela avait été régulièrement le cas auparavant. Cassant les gros rouleaux venus de l'océan, ces digues contribuèrent, dès le début du développement des bains de mer, à faire de Saint-Jean-de-Luz un lieu de villégiature très prisé des familles.


Rue Gambetta et Eglise St-Jean-Baptiste Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Blason de la ville

Blasonnement:

Ces armes parlantes adoptées au début de l'année 1992 évoquent le passé de Saint-Jean-de-Luz :

le navire trois-mâts sur fond bleu à la coque noire et aux gréements de même couleur, voguant à pleines voiles blanches, rappelle l'activité maritime qui fit la richesse de la ville à partir du XVe siècle.

le lion d'or sur fond rouge, coiffé d'une couronne de vicomte, et la crosse episcopale évoquent quatre siècles de l'histoire de la ville : la baronnie de Saint-Jean-de-Luz, possession du vicomte du Labourd, fut donnée en 1160 au chapitre des chanoines de Bayonne ; en 1570 la ville racheta son indépendance, le titre de baron étant dès lors porté par le maire (ou bayle).


Maison Louis XIV Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Port et maison de l’Infante Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Port et vue sur Ciboure Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Bordagain Ciboure vue sur St Jean de Luz Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Baie de St Jean de Luz Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Plage et vue sur Ste Barbe Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Entrée de la baie Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Digues de l’Artha et de Ste Barbe


Plage sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Plage et Fort de Socoa sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Port de St Jean de Luz/Ciboure sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Port et Eglise sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Port de St Jean de Luz/Ciboure sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Maison de l’Infante


Port de St Jean de Luz/Ciboure sous la neige Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Maison de l’Infante


Ste Barbe vue sur la Baie et la Rhune Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


La Jetée et la Plage Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


De la Jetée vue sur Bordagain Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

et phare entrée du port


Digues de Socoa-Artha Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Vu de la plage


Ste Barbe vue sur la Baie et la Rhune Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Pile d’Assiettes Ste Barbe Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque


Digues de Socoa-Artha-Ste Barbe Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Vue sur le Jaïzquibel


Digues de Socoa-Artha-Ste Barbe Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

Vue sur le Jaïzquibel


Petit train de la Rhune Luz explorèrent les premiers les bancs de Terre-Neuve et la pêche à la morue jointe à celle de la baleine accrurent considérablement la prospérité de Saint-Jean-de-Luz, leur port d’attache. Du XVIème au XVIIIème siècle, la ville devint un nid de corsaires qui combattaient pour le compte du roi de France. L'enrichissement du port et l'afflux de population furent tels qu'il en résulta l'urbanisation de Ciboure (en Basque

vue sur la Baie de St Jean de Luz


Lapurdi izenaren  jatorria « Lau-ur » da, izan ere, bere lurretatik lau ibai isurtzen baitira : Aturri, Errobi, Urdazuri eta Bidasoa. Bere eremua 859 km2-koa da, 41 herrik osatzen dute. Nahiz eta mendeetan hiri nagusia Uztaritze izan, gaur egun Baiona da.

Le Labourd, Lapurdi en langue basque, venant de lau + ur

« quatre eaux. », est la  province du Pays-Basque située entre  quatre rivières qui sont Aturri ( l'Adour ), Errobi   ( la Nive ),

Urdazuri ( la Nivelle )et Bidasoa ( la Bidasoa ).

D'une superficie de 859 km2, elle est constituée de 41 communes et sa capitale, durant de nombreux siècles, fut Ustaritz,

peu à peu supplantée par la ville épiscopale de Bayonne.

Les terres du Labourd, limitées au nord par l‘Adour, sont géographiquement et historiquement liées à la mer. C'est, en partie, un territoire arraché à l'océan par l'accumulation de grands dépôts quaternaires, où s'installèrent les Vascons. Après une période d'occupation romaine superficielle, ils parviendront à constituer ce duché de Vasconie qui fut pratiquement indépendant et dont l'un des derniers porteurs du titre, Eudes, lutta contre les Sarrasins,

lors de la fameuse bataille de Poitiers.

La mer a joué un rôle primordial dans l'évolution historique de cette région. C'est par elle qu'arrivèrent les pirates normands. Ces célèbres vikings s'établirent durant presque un siècle à Bayonne et y laissèrent une partie de leur expérience et de leur connaissance dans cet art de la navigation qui fit la renommée des basques par la suite.

Armes du Labourd Elles sont composées d'une part d'un lion représentant les anciens vicomtes du Labourd, et d'autre part d'une fleur de lys symbolisant l'annexion à la France, en 1450 par le roi de France Charles VII.

Armoirie du

Labourd/Lapurdi

Notre prochaine étape visite du Labourd côtier à Biarritz/Miarritze

Gero arte


ad