Consommateurs de cannabis
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 1

Introduction PowerPoint PPT Presentation


  • 70 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Consommateurs de cannabis. Non consommateurs. Différences entre groupe. Mémoire 0-9. 7.83 (2.37). 7.42 (3.77). ns. Mémoire 10-19. 6.83 (1.94). 9.14 (1.67). T(2,11) = 2.3 ; p = .041. Mémoire >20. 8.83 (2.56). 9.28 (2.14). ns. Mémoire 12 derniers mois. 10.16 (1.72). 8.43 (2.07). ns.

Download Presentation

Introduction

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Introduction

Consommateurs de cannabis

Non consommateurs

Différences entre groupe

Mémoire 0-9

7.83 (2.37)

7.42 (3.77)

ns

Mémoire 10-19

6.83 (1.94)

9.14 (1.67)

T(2,11) = 2.3 ; p = .041

Mémoire >20

8.83 (2.56)

9.28 (2.14)

ns

Mémoire 12 derniers mois

10.16 (1.72)

8.43 (2.07)

ns

Conscience autonoétique 0-9

2.66 (2.16)

2.28 (2.43)

ns

Conscience autonoétique 10-19

2 (1.41)

3.28 (1.5)

ns

Conscience autonoétique >20

3.33 (1.21)

3.85 (2.73)

ns

Conscience autonoétique 12 derniers mois

4.5 (1.51)

3.14 (1.34)

ns

Conséquences de la consommation de cannabis chez des patients schizophrènesBoulanger, M. & Blairy, S.University of Liège, Department of Cognitive Sciences

Introduction

Il semble maintenant reconnu que la schizophrénie est une pathologie accompagnée par un déficit de la mémoire autobiographique. Cette perturbation prend la forme d’un style de récupération surgénéral. Une recherche antérieure a montré, que, chez les patients atteints de schizophrénie, la capacité à organiser l’information, de façon intentionnelle et stratégique, dans le but de se souvenir d’évènements spécifiques, était déficitaire (Rizzo et al.,1996). Ainsi, lorsqu’il est demandé aux patients de rappeler un évènement spécifique situé dans le temps et dans l’espace, ceux-ci ont tendance à rapporter un évènement étendu (par ex. « lorsque j’étais étudiant »), ou, un évènement qui s’est répété plusieurs fois (par ex. « tous les dimanches matins ») (Tamlyn et al., 1992; Wood et Brewin, 2006). Ce déficit en mémoire autobiographique est accompagné, généralement, d’une réduction de la conscience autonoétique (Danion et al., 1999). Une autre constatation a aussi été mise en évidence concernant cette population. En effet, les patients schizophrènes représentent la population clinique qui consomme le plus de substances addictives (entre 40% et 60%) (Cantor-Graae et al., 2001), et plus particulièrement, du cannabis (Potvin et al., 2004). Des auteurs ont relevé qu’une consommation chronique et élevée de cannabis entraîne des déficits cognitifs, entre autres, des déficits en mémoire épisodique (une entité de la mémoire autobiographique). Ces défaillances persistent aussi longtemps que les utilisateurs sont intoxiqués, et semblent être, ou ne pas être, réversibles après une abstinence prolongée au cannabis (Lundqvist, 2005). La présente étude tente d’évaluer les effets à long terme du cannabis sur la mémoire autobiographique et la conscience autonoétique chez des anciens consommateurs de cannabis affaiblis au niveau de ces composantes mémorielles.

  • Méthode

  • Les participants :Treize patients ont participé à l’étude. Six participants sont d’anciens consommateurs de cannabis qui ont arrêté leur consommation depuis plusieurs semaines, voire, plusieurs mois. Sept participants n’ont jamais consommé de cannabis. De plus, aucun sujet ne prenait de benzodiazépines au moment de l’étude, et, aucun d’entre eux n’avait jamais consommé d’alcool ou de drogues. Les participants recevaient tous des antipsychotiques atypiques ou typiques, et, certains d’entre eux, des médicaments antiparkinsoniens et/ou des antidépresseurs, au moment de l’étude. Les critères d’exclusion étaient les suivants : (1) problèmes actuels ou passés avec l’alcool ou d’autres drogues, (2) affection organique cérébrale, et, (3) la probabilité d’une modification du traitement médical durant l’étude. Le protocole a été approuvé par les comités d’éthique des différents hôpitaux où les patients étaient recrutés. En outre, après avoir décrit l’entièreté de l’étude aux participants, ceux-ci nous ont accordé leur consentement écrit concernant l’utilisation de leurs données pour des investigations et des communications scientifiques.

  • Les variables dépendantes :La spécificité de la mémoire autobiographique et la conscience autonoétique ont été évaluées à l’aide du TEMPau (Test Episodique de Mémoire du Passé lointain autobiographique) (Piolino, 2000). Le TEMPau évalue la mémoire autobiographique et la conscience autonoétique en fonction de quatre périodes de vie ( 0-9 ans, 10-19 ans, > 20 ans, et, les 12 derniers mois) et à travers trois thèmes différents (une rencontre, un voyage ou un déplacement, et, la famille). Il était donc demandé aux participants de récupérer des évènements spécifiques personnels suivant la période et le thème abordé. Ainsi, douze évènements spécifiques devaient être récupérés par les patients. Après chaque rappel, il était demandé aux participants d’indiquer leur niveau de conscience (« je me souviens », « je sais », ou, « je devine ») associé au contenu, au lieu et au temps de chaque souvenir (Danion et al., 2005). Un retest indicé était planifié 14 jours, plus ou moins 2 jours, après le test, afin de vérifier la véracité des souvenirs rappelés.

  • L’évaluation :Le score de la mémoire autobiographique a été mesuré en prenant en compte différents éléments tels que le lieu, le moment, les émotions et la spécificité du souvenir. Pour chaque élément présent, nous avons accordé un point. En ce qui concerne la conscience autonoétique, nous avons accordé un point lorsque le niveau de conscience du sujet pour les différents éléments (contenu, lieu et temps) était « je me souviens ». L’évaluation du TEMPau a été réalisée par deux évaluateurs indépendants à l’étude. Ceux-ci ne connaissaient pas la répartition des différents sujets au sein des groupes.

Résultats

Comparaison des résultats du groupe consommateurs de cannabis et du groupe non consommateurs

Discussion

Les présents résultats ne supportent pas l’idée que les consommateurs de cannabis rappellent moins de souvenirs spécifiques et ont un niveau plus bas de conscience autonoétique que les non consommateurs, excepté pour la période comprise entre 10 et 19 ans. Cette période semble correspondre à la période où trois participants ont débuté leur consommation de cannabis. Les déficits en mémoire autobiographique pourraient être associés au commencement de cette consommation, car, l’utilisation du cannabis démarre dans le courant de l’adolescence. Néanmoins, d’autres recherches ont besoin d’investiguer cette hypothèse.


  • Login