Malaise des classes populaires et Anomie politique
Download
1 / 16

Malaise des classes populaires et Anomie politique L’inquiétante alchimie sociale du 21 Avril 2002 - PowerPoint PPT Presentation


  • 71 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Malaise des classes populaires et Anomie politique L’inquiétante alchimie sociale du 21 Avril 2002 Louis Chauvel http://louis.chauvel.free.fr Maître de conférences des Universités Sciences-Po Paris.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha

Download Presentation

Malaise des classes populaires et Anomie politique L’inquiétante alchimie sociale du 21 Avril 2002

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


  • Malaise des classes populaires et Anomie politique

  • L’inquiétante alchimie sociale du 21 Avril 2002

  • Louis Chauvel

  • http://louis.chauvel.free.fr

  • Maître de conférences des Universités

  • Sciences-Po Paris


  • 2- Réalité contemporaine : objectivement, stagnation des revenus, incertitudes croissantes pour les classes populaires, risques accrus de marginalisation, mais, subjectivement, effacement continu de la conscience de classes

  • (voir : Chauvel L., 2001d, " Le retour des classes sociales ? ", Revue de l’OFCE, n°79, pp. 315-359 ; accès par site : http://louis.chauvel.free.fr )

  • L’« Accident » et le contexte de long terme de la dynamique sociale :

  • 1- Ancienne théorie « Trente Glorieuses » : moyennisationeffacement subjectif des classes, égalisation objective,...


Une contradiction nouvelle génératrice d’anxiété et d’instabilité, au centre du malaise des classes populaires


  • Trois éléments lourds, structurels des vingt dernières années :

1- La France, un pays objectivement égalitaire mais allergique aux inégalités : la légitimité problématique des élites

2- Les progrès de l’autonomie et les périls de l’individualisation : l’érosion de la « conscience de classes » et ses conséquences

3- Un capital social plus sélectif :

un risque pour l’intégration sociale des classes populaires

  • 3 éléments complémentaires d’un malaise croissant


1- Un pays objectivement égal mais subjectivement égalitariste

Faibles inégalités économiques

Fortes inégalités économiques

Fortes oppositions aux inégalités

90

Differences in income too large :

Strongly agree (ISSP 1999)

80

RUS RussiaD9/D1=9

SVK Slovakia

70

H Hungary

60

F France

CZ Czech Rep

IL Israel

50

SLO Slovenia

PL Poland

40

A Austria

E Spain

GB Great Britain

30

S Sweden

CDN Canada

N Norway

Ch Switzerland

20

AUS Australia

USA United States

D-W Germany West

NIRL North Ireland

Faibles oppositions aux inégalités

10

Inequality measure: D9/D1 (Lisproject)

0

2,5

3

3,5

4

4,5

5

5,5

6

Source : degré d’inégalité, données www.lisproject.org ; complété par données ISSP 1999


1- La France, un pays relativement égal, mais allergique aux inégalités

a- Aux Etats-Unis, l’inégalité est vue comme une rétribution méritée

b- En France, les riches sont suspects (corruption, détournement des règles du jeu, abus, etc.) : une France rousseauiste ?

c- Les populations des pays nordiques sont satisfaites de leurs faibles inégalités

La contradiction entre idéal démocratique d’égalité et réalités inégalitaires du capitalisme est plus difficile à gérer en France


2- Déclin de la conscience de classe, individualisme et autonomie

  • Sentiment d’appartenir à une classe sociale 1966-2002 (en  %)

69

67

65

63

61

59

57

55

1960

1965

1970

1975

1980

1985

1990

1995

2000

2005

Source : Source : IFOP en 1966 et SOFRES de 1976 à 1994 (Michelat et Simon, 1996) présenté dans Dirn (1998). Complété par "Panel Electoral Français 2002 » Cevipof.


2- L’expansion des individualismes et de l’autonomie

100

75

1988

50

2002

25

0

ouv. qual

artisans

prof. lib

industriels

ouv. spec.

ouv. agric

employes

agriculteurs

perso. service

commercants

contremaitres

prof. intermed

cadres prof. intel

Une convergence subjective des classes populaires et des classes moyennes

  • Sentiment d’appartenir à la “classe moyenne”, ou “supérieure”, ou “cadre” ou “bourgeoisie” ou encore aucune appartenance, NSP

Source : Enquête Cevipof 1988 et "Panel Electoral Français 2002 » Cevipof.


2- L’expansion des individualismes et de l’autonomie

a- La conscience de classe, qui était structurante, laisse place à une autonomisation des identités, et à leur fragmentation

b- Plus généralement, les grandes instances de régulation et les institutions régulatrices s’érodent

c- Les classes moyennes étaient préparées à ce changement bénéfique

Pour les classes populaires, c’est plus compliqué

Risques de l’individualisme sans les moyens de l’individualisme


3- Un capital social plus sélectif

3- Le capital social et les ressources collectives divergent

  • Classes populaires

    a- Désyndicalisation, implosion du PCF

    b- Fin des grandes unités de production, constitutives de la classe ouvrière

    c- Plus généralement, érosion des dispositifs de socialisation collective (éducation populaire, colonies de vacances, quartiers ouvriers, etc.)

  • Classes moyennes

    a- Développement associatif

    b- Accession au pouvoir dans les localités

    c- Développement des groupes de pression

    d- Engagements flexibles dans les réseaux de sociabilité


Synthèse : la complémentarité des facteurs

Capital social + : Ressources sociales et collectives élaborées

Hétéronomie : faible individualisation du choix, forte dépendance des comportements aux appartenances sociales, notamment de classe, de religion, etc.

Autonomie : émergence de comportements individualisés, éventuellement fragmentaires, lié aux allégeances changeantes

Capital social - : Ressources sociales et collectives limitées


Complémentarité des deux dimensions « autonomie » et « capital social »

Une traduction durkheimienne des deux axes

Intégration +

Intégration +

(capital social +)

Intégration hiérarchique

Intégration réticulaire

Régulation hiérarchique -

(Autonomie)

Régulation hiérarchique +

(Hétéronomie)

Foule solitaire

(anomie)

Régulation totalitaire

Intégration -

Intégration -

(capital social -)


Complémentarité des deux dimensions « autonomie » et « capital social »

L’autonomisation : un impact différent selon les classes

Classes moyennes 2002

Intégration +

(capital social +)

Associationnisme, participation politique locale, groupes de pression, etc.

Classes moyennes 1960

Classes Populaires 1960

Régulation -

(Autonomie)

Régulation +

(Hétéronomie)

Désyndicalisation, éclatement des grandes unités de production, etc.

Classes Populaires 2002

Intégration -

(capital social -)


Complémentarité des deux dimensions « autonomie » et « capital social »

a- Pour les classes moyennes, la plus grande autonomie permet

une meilleure intégration sociale et une participation accrue à la société civile

b- Sur les classes populaires pèse le risque d’être laissé sans encadrement

=> un phénomène social inattendu, porteur d’anomie (à la Durkheim)


Pour synthétiser

  • La population française a un rapport particulier aux inégalités :

    • exigence de plus d’égalité et suspicion à l’égard des élites.

  • L’identification croissante des classes populaires aux « classes moyennes » implique un risque de déstabilisation des identités :

    • contradiction entre les aspirations et le vécu objectif (1200€/mois).

  • Pour les classes populaires, l’extension de l’autonomie sans les moyens intégrateurs est un processus socialement dangereux :

    • autoritarisme, anti-libéralisme culturel, xénophobie, repli, populisme comme réponses perverses à une vraie question

Pour conclure


Pour conclure

  • Faute de réelle prise en compte par les élites politiques, la réponse des classes populaires pourrait poser problème (moindre participation, instabilité, tentations populistes, défiance vis-à-vis des partis de gouvernement, etc.)

  • Ouvriers + Employés = 60 %

  • Pour les partis de gouvernement, les conséquences sont plus complexes pour la gauche que pour la droite

  • Il faut passer devant le peuple des électeurs : plus compliqué en France et en Europe Continentale qu’aux Etats-Unis et au Royaume-Uni

  • L’« accident » du 21 avril pourrait connaître des répliques


ad
  • Login