L gionelle pneumophila la bact rie du scandale correspondants 2010
Download
1 / 30

L gionelle pneumophila : la bact rie du scandale correspondants 2010 - PowerPoint PPT Presentation


  • 137 Views
  • Uploaded on

Légionelle pneumophila : la bactérie du scandale correspondants 2010. Dr N.Lugagne Delpon Chef de service hygiène hospitalière CHR Nord . remerciements au Dr C.Simac CHR Sud . Légionellose . Maladie considérée comme prioritaire par l’OMS dans la lutte contre les fléaux mondiaux

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'L gionelle pneumophila : la bact rie du scandale correspondants 2010' - hao


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
L gionelle pneumophila la bact rie du scandale correspondants 2010

Légionelle pneumophila :la bactérie du scandalecorrespondants 2010

Dr N.Lugagne Delpon

Chef de service hygiène hospitalière

CHR Nord

remerciements au Dr C.Simac CHR Sud


L gionellose
Légionellose

  • Maladie considérée comme prioritaire par l’OMS dans la lutte contre les fléaux mondiaux

  • Sa surveillance en France concerne tous les secteurs recevant du public


Historique
Historique

  • 1976 : 56 ème congrès de l’American Legion à Philadelphie 221 cas( climatiseur) 24 DC

  • Bactérie isolée dès 1943 mais identifiée en 1977

  • Hôpital européen Pompidou Paris : 2001 12cas (ECS )5 DC

    mise en examen de l’APHP le 2 septembre 2009

  • Montpellier 2003 : 31 cas (TAR ) 4 DC

  • Poitiers 2003 : 24 cas (TAR )

  • Pas de Calais : 2004 86 cas (TAR ) 17 DC


Habitat
Habitat

  • Bactérie aquatique de l’environnement naturel :

    Eau douce : lacs, rivières, marais, terres humides

  • Colonisation secondaire des « eaux domestiques »

    • Système de production et stockage d’eau chaude

    • canalisations

    • robinets, douches (eau chaude)

    • Nébuliseurs, humidificateurs

    • Installations thermales , balnéothérapie

    • Tours aéro-réfrigérantes, climatiseurs, fontaines décoratives…..


Legionella pneumophila
Legionella pneumophila

  • Responsable de 90 % des Légionelloses

  • Sérogroupe 1 : le plus fréquent ?

  • Bacille peu visible au gram : défaut de diagnostic

  • Croissance difficile sur milieux synthétiques

  • pousse en 3 à 10 jours



3 conditions pour la maladie
3 conditions pour la maladie

  • Legionelles

  • Aérosols

  • Inhalation



La l gionellose
La légionellose

  • . La forme habituelle associe pneumopathie avec troubles digestifs, +/- troubles neurologiques: diagnostic difficile , souvent atypique

  • Facteurs de risque :

    • Âge > 50 ans

    • Sexe H > F

    • Éthylisme, tabagisme

    • Immunodépression, pathologies sous-jacentes

    • Insuffisance respiratoire chronique


Contamination
Contamination

Voie aérienne par inhalation.

Infestent les macrophages alvéolaires.

Pas de contamination interhumaine

Pas de transmission manuportée

Aucun isolement ne doit être prescrit pour un patient atteint : maladie non contagieuse


La l gionellose en france
La Légionellose en France

Maladie à DO

Augmentation depuis 1997

Augmentation de 24 % par an (meilleur signalement )

Incidence en France métropolitaine en 2002 : 1.7 cas / 100 000

Expositions à risque (2005):

Hôpital : 7 %

Autres ETS et MS :7 %

Hôtel, camping : 14 %

Travail : 3%



Traitement
Traitement

  • Par antibiotiques MAIS les ATB recommandés pour les pneumopathies en première intention n’agissent pas : pénicillines , augmentin …

  • Traitement efficace par fluoroquinolones ou certains macrolides



Le biofilm
Le biofilm

  • Interface surface du matériau / eau

  • Composé de bactéries, protozoaires, algues, débris végétaux, sels minéraux dans un gel.

  • protection contre les biocides , la dessication …

  • Les substances nécessaires à la croissance des legionelles : le fer et les sels minéraux de l’eau et les matériaux composant la canalisation

  • La corrosion favorise le biofilm

  • Le biofilm favorise la corrosion


Facteurs de croissance du biofilm
Facteurs de croissance du biofilm

  • Contamination externe :matières organiques

  • Stagnation

  • Matériaux

  • Température

  • Corrosion

  • Entartrage


Facteurs de prolif ration
Facteurs de prolifération

  • qualité de l’eau distribuée

  • présence d ’éléments interposés entre l’arrivée et l’utilisation

    • cumulus

    • adoucisseurs

    • fontaine…...

  • de leur entretien et de celui des postes d’utilisation


Facteurs de prolif ration1
Facteurs de prolifération

  • Circuits établis de façon anarchique au fil des ans et des demandes…

  • Matériaux disparates et parfois non conformes

  • Schéma de distribution non connu

  • Méconnaissance du problème

  • Sous estimation de l’importance


Facteurs de prolif ration2
Facteurs de prolifération

  • Liés aux réseaux :

    • Système de production d’eau (stockage)

    • La taille du réseau

    • Le débit et l’écoulement de l’eau

    • Présence de réservoirs et bras morts favorisant la stagnation

    • Existence d’interconnections avec réseaux potentiellement contaminés

    • Insuffisance ou absence d’entretien des réseaux


Facteurs de prolif ration3
Facteurs de prolifération

  • Liés aux canalisations :

    • Nature des matériaux (présence d’ions ferriques, zinc, aluminium…)

    • Corrosion et entartrage (réseaux et points de puisage)

    • Importance du biofilm


Facteurs de prolif ration4
Facteurs de prolifération

  • Liés à l’eau :

    • Température (35 à 45 °C) ++++

    • pH

    • Importance de la minéralisation

    • Importance de la charge en matières organiques

    • Teneur en O²

    • Absence de biocide

    • Présence d’autres micro-organismes comme les cyanobactéries ou les amibes libres


Pr vention les 3 r gles d or
Prévention : les 3 règles d’or

  • éviter la stagnation et assurer une bonne circulation de l’eau

  • lutter contre l’entartrage et la corrosion par une conception et un entretien adapté à la qualité de l’eau et aux caractéristiques de l’installation

  • maîtriser la température de l’eau dans les installations, depuis la production et tout au long des circuits de distribution.


Pr vention
Prévention

  • supprimer les défauts de conception

  • expertiser les installations de distribution

  • Recenser les points critiques des installations de distribution de l’eau


Points critiques de l ecs
Points critiques de l’ECS

  • les zones où l’eau stagne

    (ballons, réservoirs, bras morts, points d’usage non utilisés, etc)

  • les zones où la température de l’eau chaude est inférieure à 50°C (absence d’éléments de disconnexion adaptés, retour d’eau froide dans le réseau d’eau chaude, etc)

  • les zones particulièrement contaminées (vétusté des installations, corrosion, etc)


Pr vention dans l ecs
Prévention dans l’ECS

  • maîtrise de la prolifération d’autres types de germes dans les réseaux d’eau (Pseudomonas aeruginosa, mycobactéries)

  • Le respect de consignes de températures :

  • Eau froide <25°

  • eau chaude >50°mais < 55 °en distribution


Pr vention dans l eau froide
Prévention dans l’eau froide

  • Les réseaux d’eau froide intérieurs peuvent être colonisés si les canalisations sont anormalement réchauffées

    • par contact avec le réseau d’eau chaude,

    • en raison d’une température élevée deslocaux, ou par exposition au soleil

    • par arrivée d’eau chaude dans l’eau froide au niveau de mitigeurs d’eau.

      la température de l’eau froide doit rester < 20°C


Pr vention dans l ecs1
Prévention dans l’ECS

  • Corrosion : choix des matériaux ; traitement anti-corrosion

  • Stagnation : purge des bras morts ; taille du réseaux ; boucle ;

  • Biofilm : lutte contre l’entartrage ; nettoyage et désinfection des réservoirs, des canalisations neuves, filmogène précoce

  • Maintient de la température (>60°C pour la production ; 50°C pour la distribution)


Eaux et l gionelles les pr l vements
Eaux et légionelles : les prélèvements

circulaire DGS 98/771 du 31/12/98

  • au moins une fois/an dans :

    • tous les réservoirs

    • ballons d’eau

    • installations à risque

    • 2 points d’usage par tranche de 100 lits

  • 10 points minimum pour <500 lits


ad