Le partage d ’information
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 15

Le partage d ’information au chevet de l’hôpital PowerPoint PPT Presentation


  • 44 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Le partage d ’information au chevet de l’hôpital. Synthèse du Livre Blanc Etat de l’offre en matière de SIH. bernard thibault bthibault @infine.org. Le contexte. La loi du 13/08/04 sur la réforme de l ’assurance maladie instaure la mise en place du DMP pour le 01/07/07. Sont impactés

Download Presentation

Le partage d ’information au chevet de l’hôpital

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Le partage d information au chevet de l h pital

Le partage d ’information au chevet de l’hôpital

Synthèse du Livre Blanc

Etat de l’offre en matière de SIH

bernard thibault

[email protected]


Le contexte

Le contexte

  • La loi du 13/08/04 sur la réforme de l ’assurance maladie instaure la mise en place du DMP pour le 01/07/07. Sont impactés

    • la médecine de ville

    • les cliniques et établissements PSPH

    • les hôpitaux publics

  • Elle va induire la nécessité pour ces acteurs d’alimenter (et de consulter) un dossier patient électronique externe

    • rattaché à un identifiant patient fiable

    • suivant des modalités normalisées ou standardisées qui sont à clarifier

    • de façon parfaitement sécurisée

  • Ces acteurs producteurs d’informations nominatives de santé sont-ils en mesure de faire face à ces échéances ?


Constats objectifs

Constats - Objectifs

  • Les constats majeurs

    • les systèmes d ’information sont au cœur des enjeux auxquels sont confrontés les EPS

      • Le DMP certes, mais aussi

      • Loi du 4 Mars 2002, nouvelle gouvernance, CCAM, T2A, financement des hôpitaux, nouvelles modalités de gestion, sécurité et vigilances, …

    • un retard important des établissements de santé en terme de S.I. dont les causes majeures sont connues mais souvent ignorées

    • une situation préoccupante concernant le marché,

      • la persistance d ’une double offre publique / privée dans un contexte de concurrence ambiguë

      • une offre en terme de Système d ’information clinique à ce stade limitée


Les causes majeures du retard des h pitaux en mati re de syst me d information

Les causes majeures du retard des Hôpitaux en matière de système d’information

  • l’absence d’une politique claire et continue des pouvoirs publics

  • la faiblesse chronique des budgets consacrés aux systèmes d ’information

  • la difficulté persistante à considérer les projets de système d ’information comme stratégiques (direction et médecins)

  • la faiblesse constatée au sein des établissements en terme de gestion de projet face à des projets complexes

  • l ’absence d’une véritable démarche d ’accompagnement du changement

  • la dispersion des travaux en terme d’interopérabilité

  • la fragilité de l ’offre en terme de solutions du fait de la faible taille du marché accentuée par la présence considérable d’éditeurs publics


Absence d une politique claire et continue des pouvoirs publics en terme de sih

Absence d’une politique claire et continue des pouvoirs publics en terme de SIH

  • Du fait du poids majeur des pouvoirs publics, l’informatique hospitalière a été façonnée en grande partie par des circulaires qui ont amené à des atermoiements et une place excessive des pouvoirs publics dans la construction de l’offre

    • Octobre 70, Novembre 82, Novembre 89, Avril 91, Avril 99

  • De multiples rapports ont attiré l’attention des pouvoirs publics ces dix dernières années sur la situation des SIH

    • le Rapport de l ’IGAS de 95 qui mettait en exergue les raisons de l ’échec des circulaires de 89 et 91 et proposait des axes d ’évolution

    • le rapport du CSSIS de 98 sur le rôle de l’état et le cadre de développement de l ’offre publique

    • le rapport Beuscart de 2000 sur les enjeux de la société de l’information dans le domaine de la santé

    • le rapport Fieschi de Janvier 2003, qui proposait des modalités de développement du DMP et identifiait les conditions de la réussite notamment pour les EPS


Faiblesse chronique des budgets li s au s i

Faiblesse chronique des budgets liés au S.I.

  • Ce budget se situe aux alentours de 1,5%

  • Une situation alarmante au regard de la situation européenne (source HINE 2004)

    • la France est à l’avant dernier rang en terme de dépenses informatiques rapportées au budget des établissements

      • 15 % des EPS dépensent plus de 2% versus 30% de moyenne européenne et 95% aux Pays Bas

    • la France est à l’avant dernier rang en terme d ’accroissement prévisionnel des dépenses informatiques

    • en terme de SI Clinique : la France a le niveau d ’équipement le plus faible

    • l ’essentiel des solutions relève, en France, de développements internes

  • Absence de sources parfaitement fiables sur les budgets consacrés par les établissements


Taux d quipement h t rog n it et faiblesses sur la partie clinique

Taux d’équipement : hétérogénéité et faiblesses sur la partie clinique

  • Secteur administratif (source éditeurs)

    • GRH, Paie, GEF, Gestion patient, facturation taux proche de 100%

  • Médico technique (source éditeurs) : hétérogène

    • Laboratoires +80%

    • Pharmacie

      • Outil global de gestion de la pharmacie : 20%

      • Gestion des stocks (GEF) : 70%

      • circuit du médicament : 10%

    • Radiologie

      • Outil global de gestion de la radiologie :30%

      • PACS : inférieur à 5%

  • Unités de soins : contradictions suivant les sources

    HINE paraît la source la plus fiable

    • S.I. Cliniques départementaux(Clinical system)30%

    • Production de soins (care support system) : 15%

    • dossier médical (EPR) : 35%

    • Gestion automatisée des documents médicaux (hospital-wide system for medical management document)15%

    • demande d ’actes et retour des résultats : 30%

    • prescription des médicaments : moins de 10%


Fragilit du march en g n ral

Fragilité du marché en général

  • Fragilité liée à la faible taille du marché accentuée par la présence considérable d’éditeurs publics (SRIH)

  • L’absence de données fiables sur la répartition des parts de marché entre éditeurs privés et éditeurs publics

    • a conduit le SNIIS à mener une étude auprès de ses adhérents

    • sur un périmètre précis du système d’information à savoir le domaine administratif et la gestion des patients

      • Gestion des ressources humaines, Paie, Gestion économique et financière, Gestion administrative des patients, Facturation

    • Sur les établissements publics de santé (EPS), regroupés en catégories

      • PLM : APHP (Paris), HCL (Lyon), APHM (Marseille)

      • CHU/CHR (hors PLM)

      • Centres Hospitaliers (CH)

      • Centres Hospitaliers Spécialisés (CHS)

      • Hôpitaux Locaux (HL)

    • Au regard du nombre d’établissement et du nombre de lits court séjour


Parts de march diteurs priv s diteurs publics r sultats bruts d ensemble

Parts de marché éditeurs privés / éditeurs publics : Résultats bruts d ’ensemble


Part des diteurs priv s par cat gorie de progiciels

Part des éditeurs privés par catégorie de progiciels


Part des diteurs priv s par cat gorie d tablissement

Part des éditeurs privés par catégorie d ’établissement


R partition des parts de march par diteur priv

Répartition des parts de marché par éditeur privé


En conclusion une situation alarmante

En conclusion : une situation alarmante

  • Une situation alarmante

    • niveau d ’équipement des EPS très faible sur la composante clinique et médico-technique

    • niveau d ’investissement des EPS structurellement faible et sans perspective sérieuse d ’évolution favorable

    • situation de fragilité de l’offre qui trouve sa source

      • dans l ’absence de perspective de développement du marché

      • dans la part limitée de marché consentie aux éditeurs privés

    • Situation de fragilité à venir pour les hôpitaux

      • du fait de la faiblesse annoncée des éditeurs publics face à un marché qui s ’internationalise inéluctablement


En conclusion des propositions faites par les industriels

En conclusion : des propositions faites par les industriels

  • Situation qui nécessite de créer les conditions d ’un véritable marché

    • par une politique claire permettant de disposer d ’une vision à long terme

      • rôle des pouvoirs publics

      • intéropérabilité des S.I.

    • par la mobilisation des moyens nécessaires au niveau des EPS

      • prise en compte de l ’aspect stratégique du S.I par les directions et les médecins

      • budgets des hôpitaux à faire évoluer sur une moyenne de 2,5 à 3%

      • mise à disposition, mobilisation et formation de ressources internes de profil Gestion de projet et « métier »

      • mise en place d ’une véritable politique d accompagnement du changement visant à adapter les organisations aux nouveaux modes de gestion de l ’information

    • par une évolution progressive des activités des SRIH


Evolution progressive des srih

Evolution progressive des SRIH

  • Analyser les activités des SRIH et les réorienter

    • activités d’exploitation et d’administration pour le compte des établissements vers les structures concernées

    • activités d ’exploitation partagées par les hôpitaux (paie par exemple)

      • rentre dans le cadre des activités de coopération

      • préciser ces cadres de coopération

      • préciser les modalités d ’adhésion des établissements

      • mise en concurrence avec les acteurs privés spécialisés

    • activités de conseil (schémas directeurs, AMOA,...)

      • étude des évolutions possible dans un cadre concurrentiel

      • séparation des activités conseil et d’édition/diffusion de solutions

      • déploiement de personnel dans les établissements

      • pas de mise en péril des activités des acteurs privés

    • activités d ’édition et de diffusion de logiciels

      • transfert au secteur concurrentiel

      • étude particulière du volet social

      • étude de l ’évolution des relations établissements / fournisseurs

      • identification et lancement de procédures souples et transparentes

  • Concertation entre l’ensemble des acteurs concernés


  • Login