Maison Pagnon
Download
1 / 33

Maison Pagnon - PowerPoint PPT Presentation


  • 55 Views
  • Uploaded on

Maison Pagnon. 14 octobre 1824 le Chapitre général, tenu à Monistrol , élit le Frère Xavier sous directeur des frères et premier conseiller du Supérieur général; le Père Coindre demande que les frères gèrent leur temporel; en ce domaine frère Xavier sera d’un précieux secours.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Maison Pagnon' - gudrun


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Maison Pagnon

14 octobre 1824 le Chapitre général, tenu à Monistrol, élit le Frère Xavier sous directeur des frères et premier conseiller du Supérieur général; le Père Coindre demande que les frères gèrent leur temporel; en ce domaine frère Xavier sera d’un précieux secours


20 novembre 1824, frère Xavier, en la chapelle saint Louis , émet des vœux publics pour trois ans .Le Père Coindre qui les reçoit sera un appui constant pour « lebon frère Xavier » qui aura toute sa confiance.

« Ce que le frère Xavier a décidé, faites-le. »


La petite congrégation se développait et le Père André Coindre songeait à appeler les Frères à Blois, mais quelle tristesse pour le Frère Xavier de le voir partir si loin, et surtout quel déchirement d’apprendre le décès rapide de ce bon Père à qui il devait sa vocation. Personne plus que lui n’en mesura la perte. Il se fit une copie manuscrite de ses Lettres.


Le chapitre général des Frères réuni au Pieux Secours le 14 juin 1826, élit M. François Vincent Coindre Père Supérieur des Frères.

Le jeune Supérieur eut à cœur le succès de l’œuvre naissante. Trois mois plus tard Frère Xavier est nommé économe général. Mais l’exercice de cette charge va s’avérer bien délicate! Le Père François souhaita que les frères joignent leurs biens aux siens propres. Ils lui firent confiance et bien mal leur en prit, car le nouveau Supérieur se révéla vite mauvais administrateur!


1827 le 14 juin 1826, élit M. François Vincent Coindre Père Supérieur des Frères

Premiers vœux Perpétuels dont ceux du frère Xavier

Hyppolite Gondre arrive au Pieux Secours. Frère Xavier lui réserve un accueil bienveillant. Il est le quatrième du Champsaur!

Déjà Directeur à la Motte,

il est de suite nommé professeur au Noviciat.


La construction de la Chapelle sur ateliers est lancée… le 14 juin 1826, élit M. François Vincent Coindre Père Supérieur des Frères

Elle est payée par les frères et réalisée sur le terrain de M.Coindre!

Nuages à l’horizon

Le Noviciat de Monistrol éclate! Les sujets les plus aptes à l’enseignement sont envoyés à Vals et formés sur le tas!


A Lyon plusieurs des Novices sont employés comme ouvriers: la formation minimale de tous les frères n’est plus correctement assurée.

« Les plaies d’argent ne sont pas mortelles; mais le manque de formation des sujets amène des conséquences déplorables » Fr.Stanislas.


Malgré l’heureuse nomination du Frère Polycarpe comme Maître des Novices, peu de sujets des années fastes de 1826 à 1830 persévérèrent.

Toutefois la Retraite tenue à Vals en 1829 se termina par seize premières professions et cinq professions perpétuelles dont celle du Frère Polycarpe.

Et le Père François, en fondant à l’Argentière, obtint pour l’Institut la reconnaissance officielle du gouvernement.


COUP FUNESTE AVEC LA REVOLUTION DE 1830 Maître des Novices, peu de sujets des années fastes de 1826 à 1830 persévérèrent.

A lyon elle fut bien limitée et pourtant! Le Père François s’alarma outre mesure et décida de renvoyer les Novices, une trentaine, dans leurs familles. D’autres Frères se découragèrent alors!

Des balles arrivent jusqu’au Pieux Secours


De 1830 à 1839, sans argent, sans plan précis, sans réelle nécessité parfois, il se mit à entreprendre

« divers genres d’ouvrages»ruineux « jusqu’au point de s’apprêter à sacrifier les propriétés à ses créanciers. »

Y compris des maisons de rapport

« Et il l’aurait fait s’il ne s’était trouvé un pauvre garçon, c’était le frère Xavier, qui s’y opposa.»

La maladie de la pierre

Et la Grande maison de 1830-1836 ?


le Père François voyant que la congrégation allait périr et sentant que c’était de sa faute accepta la proposition du Frère Xavier , lui conféra tous les pouvoirs ,et promit de ne plus faire de dettes !

«  Si vous voulez nous remettre l’administration et cesser de bâtir , je prends sur moi de faire face à nos obligations »

Frère Xavier « sauveur » de l’Institut

Au départ du frère Borgia en 1836


Le Père François n’a pu tenir sa promesse plus d’un an!

Il entreprend une autre construction et provoque une nouvelle banqueroute. Il en fit une dépression sévère.

Le frère Xavier fit tout pour lui remonter le moral tout en se préoccupant de l’avenir de l’Institut:

« J’avais toujours présentes à l’esprit les instructions de notre père fondateur. Je voulais sauver son œuvre à quelque prix que ce fût. »


Il se confia au Frère Polycarpe et peut-être à quelques autres frères et ils envisagèrent de:

1. « Presser l’instruction des Novices" 

  • En 1836 Frère Polycarpe en reçoit une quinzaine à Vals,

  • En 1837, le Noviciat est officiellement rétabli au Pieux Secours ,

  • Et la même année frère Xavier fait commencer la construction d’un Noviciat à Paradis, Espaly.


2. Créer une société civile pour régler les intérêts des frères

  • (d’après ses statuts frère Xavier en est nommé gérant et administrateur.)

    Cela va lui permettre :

    °-l’achat du Pieux Secours, qui aura lieu après bien des retournements de situation;


« Monsieur Coindre voyant que le frère Xavier travaillait sérieusement à séparer les intérêts de la Congrégation des siens, il en fut choqué »

V

E

N

T

E

À

R

É

M

E

R

E

L

E

3

1

1

2

1

8

38

sur cinq ans

Mais acculé à la banqueroute il accepta la proposition du frèreXavier de vendre pour se tirer d’affaires; Il se limita aux bâtiments occupés par les frères et au tiers environ du terrain.


°-l’achat de la propriété de Paradis. sérieusement à séparer les intérêts de la Congrégation des siens, il en fut choqué »


«  Au lieu de payer ses dettes, M. Coindre se mit à construire sa grande maison…dès ce moment le frère Xavier perdit toute la confiance qu’il avait en lui…et crut devoir ne plus penser qu’à sauver la communauté et de vite assurer un local aux frères…et il solda Paradis »

( où l’on venait d’ouvrir le Noviciat et un petit Pensionnat )


« Mais les frères craignaient avec raison que les tribunaux les tiennent responsables de ses dettes car il était toujours leur Supérieur. Ils lui exposèrent leurs craintes. Il se rendit à l’évidence et donna sa démission le 20 août 1841.» fr. Stanislas

Le cardinal de Bonald, auquel le frère Xavier avait fait une visite, et l’aumônier de Paradis, l’y avaient encouragé.


Il tenta bien de vendre définitivement le Pieux Secours; mais ce fut en vain; il renonça alors à son droit de réméré ; le frère Xavier l’aida à rembourser ses dettes « les plus criardes. »

L’angélique

M et Mme Malligand

En 1843 Il fut nommé aumônier de la Providence des Religieuses de Jésus-Marie où pendant 14 ans « il prêta ses bons services à la communauté.» Il mourut dans sa maison, entouré des siens et des frères.


A Paradis ,le 13 septembre 1841, Frère Polycarpe est placé pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »

Ce fut sans doute l’un des jours les plus heureux du Frère Xavier et il se montrera un collaborateur fidèle

Une nouvelle ère commence pour le Pieux Secours et l’ensemble de l’Institut


Causes probables dans le contexte de crise de la soie rappelons nous

Evolutions au Pieux Secours pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »

et sa fin

Causes probables dans le contexte de crise de la soie: Rappelons-nous:

  • 1- En 1841 « Monsieur Coindre signifia au Frère Xavier de se retirer » des lieux ; à regret il dut « congédier les enfants. »

  • 2- En 1841 encore, une loi limite le travail des enfants ; mais cela avait déjà été anticipé au Pieux Secours .

  • 3-, «  on appliquera l’ enfant , comme par délassement, à un travail proportionné à ses forces, goûts et vues des parents. » Prospectus de 1838. (l’enseignement général y avait déjà pris le pas sur le travail)


Pour tout dire pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »: de la même manière qu’on avait voulu jeter au Rhône Mr. Jacquard parce que ses métiers modernes supprimaient du travail;


On accusa les pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »Providences où travaillaient des apprentis et des indigents d’exercer une concurrence déloyale!

1848

Ceux de l’Angélique et ceux que Frère Xavier conservait pour lui.


A l’automne 1842 Frère Xavier pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »« prit le parti d’élever un petit Pensionnat. Il communiqua ce projet au Frère Polycarpe qui le jugea très à propos »

« Ce n’était pas chose bien facile d’élever un pensionnat dans une maison qui venait d’être habitée par des ouvriers. Cependant comme le Frère Xavier ne comptait pas sur ses propres forces , mais bien sur la Providence (et ses amis), il ne désespéra pas de la réussite ».


Le premier pour cinq ans à la tête de l’Institut « afin que nous ayons nous-même un modèle qui nous montre le chemin. »directeur du pensionnat,d’abord établissement d’instruction primaire et professionnel,fut le Frère Alphonse, Jean-Baptiste Bernard; il sera également le directeur fondateur des Frères en Amérique. Pour tous il fut un ami, un modèle, un père.

.

27 octobre 1846 embarquement pour les Etats-Unis

Mobile , Alabama

En 1846 Frère Xavier fera office de Directeur jusqu’en 1851.


« La Congrégation commençait un peu à marcher…la confiance commençait à renaître… Il pria le Frère Polycarpe de lui envoyer quelques frères intelligents afin qu’il put les lancer dans les sciences »

« lui se chargeant de toutes les surveillances afin de leur donner plus de temps. »


Malheureusement vers 1846… « Mr. Arnaudon aumônier à Paradis craignait que tôt ou tard la maison de Lyon fit ombrage à celle du Puy, il porta (le Frère Polycarpe) à écrire au Frère Xavier de vendre cette maison.»

En s’opposant il sauve le pensionnat Sacré-Cœur, et il songe même à en faire une base de repli pour la Congrégation, ce qu’improuva le Frère Polycarpe qui le rappellera à Paradis.

« Celui-ci répondit que ce n’était pas possible, et que quand même il trouverait à la vendre, il ne le ferait pas parce que c’était leur maison-mère…»


Frère Xavier trouve un Paradis encore « 

tout neuf et déjà bien agrandi; et on est en train d’édifier la Chapelle avec sa jonction au bâtiment principal. Nul doute que comme économe il eut fort à faire !

Et ses forces commencèrent sans doute à décliner



Puis à « Chambost en Ardèche (la Mairie au fond de la rue est sans doute l’ancienne école)

Avant de revenir à Paradis pour l’ultime étape de sa vie terrestre.

Il y sera toujours regardé comme le premier des Frères


Grâce à son jugement sûr, à sa ténacité dans l’adversité et à sa détermination à faire respecter l’esprit du fondateur, « le bon Frère Xavier » participera à la sauvegarde et à l’extension de l’Institut; à sa mort survenue le 11 mai 1861 il rejoindra les dizaines de Frères qui l’ont précédé auprès du Père et en laissera près de cinq cents autres derrière lui.

Avec Frère Polycarpe, quels aînés ! quels modèles! et quels vrais fils du Père Coindre!


Deux géants de la route vers la sainteté l’adversité et à sa détermination à faire respecter l’esprit du fondateur,

150è

-11 mai 1861

16 avril1801- 11 mai 1861

Sur des chemins parallèles


D’un Paradis à l’Autre l’adversité et à sa détermination à faire respecter l’esprit du fondateur,

Heureux qui marche sur les chemins de

la fidélité, de l’humilité, de l’amour du travail et de la liberté d’esprit.


ad