La myologie
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 33

La myologie PowerPoint PPT Presentation


  • 431 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

La myologie. Prèsentè par le Dr.Makhlouf Alla eddine. La myologie est une partie de l' anatomie qui traite des muscles

Download Presentation

La myologie

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


La myologie

La myologie

Prèsentè par le Dr.Makhlouf Alla eddine


La myologie

La myologie est une partie de l'anatomie qui traite des muscles

  • les muscles possèdent la propriété mécanique de se contracter, c’est à dire de diminuer de longueur sous l’influence d’un stimulus ; par ailleurs ils sont élastiques et présentent un tonus.

  • Les caractéristiques

  • L’excitabilité

  • L'extensibilité

  • L'élasticité

  • La contractilité


La myologie

  • On distingue les muscles striés et les muscles lisses :Les muscles striés (nommés ainsi d'après leur aspect microscopique) sont sous contrôle du système nerveux central (système volontaire). Ils unissent en général des os entre eux (muscles du squelette) : ils permettent la motricité.

  • Les muscles lisses ne sont pas sous contrôle direct du système nerveux central, mais sous le contrôle du système nerveux autonome (système involontaire); par exemple l'estomac comporte deux couches de tissu musculaire lisse

  • Le myocarde (le cœur) est un cas particulier, car bien que ce muscle soit strié (microscopiquement parlant), il est muni d'un système propre de contractions, sensible aux stimulations hormonales, et il est difficile de le contrôler consciemment.


La myologie

  • Les muscles des membres sont striés, ces muscles sont les éléments moteurs de l’appareil locomoteur.

  • Il existe environ 600 muscles squelettiques chez l’homme (620 en tout) se répartissant en 100 muscles pour les membres thoraciques, 100 également pour les membres pelviens, 170 pour la tête et le cou, 200 pour le tronc, 50 pour les appareils et les organes.

  • Ce nombre est variable, inconstant; il y a des muscles accessoires.

  • Ils représentent environ 43% du poids du corps ( fonction de l’activité physique).


La myologie

  • Les muscles cumulent généralement plusieurs fonctions (exemple : flexion et pronation du coude par le muscle rond pronateur) sans pouvoir avoir deux fonctions opposées. Même le sphincter n'a que le pouvoir de fermer l'orifice, et l'arrêt de contraction ouvre l'orifice.Chaque muscle possède généralement un muscle antagoniste qui agit dans le sens opposé. (exemple : les muscle biceps brachial et muscle triceps brachial qui s'opposent pour la flexion / extension du coude). Les muscles antagonistes fonctionnent ensemble. Pour que l'un fléchisse, son antagoniste extenseur doit le laisser faire, sinon il n'y a pas de mouvement.


Situation

Situation

  • Du fait de leur situation ont distingue : les muscles superficiels, les muscles profonds ou sous aponévrotiques.

  • - Les muscles peauciers(superficiels), immédiatement sous la peau. Muscles réduits chez l’homme, surtout au niveau de la face, de la tête, du cou (le platysma) et de la paume de la main.

  • - Les muscles sous aponévrotiques, nombreux, situés sous le fascia superficiel, ils sont l’élément moteur de l’appareil locomoteur, ils peuvent dépendre des organes des sens (muscles moteurs de l’oeil, .....), en relation avec divers appareils, déglutition : langue, respiration : larynx, pharynx, reproduction : crémasters.


Forme

Forme

  • On décrit au niveau du muscle deux parties :

  • - Un corps, ventre, volumineux rouge et contractile

  • - Deux extrémités plus étroites, blanches, parties tendineuses et résistantes.

    La forme du corps permet de distinguer :

  • Des muscles longs

  • Des muscles plats

  • Des muscles courts

  • Des muscles annulaires (orbiculaire ou sphincter


Nomenclature

Nomenclature

  • Souvent le nom du muscle souligne un caractère morphologique entrevu au châpitre précédent ou un caractére fonctionnel, d’ou :

  • - La forme : trapèze .....

  • - Le nombre de chefs : biceps, triceps, quadriceps...

  • - La position des ventres : digastrique, multifide ...

  • - La localisation : inter-osseux ...

  • - L’action : élévateur de la scapula ...

  • - Les points de fixations : coraco-brachial, brachio-radial ...


Attaches des muscles

Attaches des muscles

  • Moyens de fixations du muscle aux extrémités par les tendons ou par une lame fibreuse large ou directement par le ventre au niveau d’un os, d’un cartilage, du derme ou d’une muqueuse.

  • Les deux attaches (insertions) du muscle pour les membres est pour l’une située en proximale, l’origine du muscle qui est la moins mobile ; l’autre insertion est distale, la terminaison du muscle qui est la plus mobile.


Anatomie fonctionnelle

Anatomie fonctionnelle

  • Les muscles transforment de l’énergie chimique en énergie mécanique.

  • Ils agissent sur le squelette en mobilisant les os selon les principes des bras de levier.

  • Physiologie musculaire : deux lois élémentaires,

  • - Le degré de racourcissement d’un muscle dépent de la longueur de ses fibres.

    Grâce à la contraction le tissu musculaire remplit trois fonctions principales :

    1-Le mouvement.

    2-Le maintien de la posture.

    3- Le dégagement de la chaleur.


Histologie des muscles

Histologie des muscles

  • le terme de tissu musculaire recouvre l'ensemble des cellules douées de propriétés contractiles et regroupées au sein de structures organisées, les muscles. Il existe 3 types de tissus et de cellules musculaires :

  • - le tissu musculaire strié qui permet les mouvements volontaires sous contrôle du système nerveux dit cérébro-spinal

  • - le tissu musculaire lisse qui permet les mouvements non volontaires sous contrôle du système nerveux dit autonome ou végétatif

  • - le tissu musculaire myocardique qui permet la contraction non volontaire du muscle strié cardiaque sous contrôle du système nerveux autonome.


La myocyte

La myocyte

  • Quel que soit leur tissu d'appartenance, les myoytes, c'est-à-dire les cellules musculaires encore appelées fibres musculaires, possèdent les caractéristiques suivantes :

  • a)le cytoplasmedes myocytes contient deux types de protéines filamentaires contractiles : les myofilaments d'actine et les myofilaments de myosine.

  • b)la membrane plasmiquecontient de nombreux recepteurs et transporteurs, notamment des transporteurs du glucose.

  • c) une membrane basalerecouvre les myocytes.

  • d) les myofilaments d'actinedes myocytes sont ancrés à la lamininede la membrane basale par un complexe protéique transmembranaire constitué entre autres d'une molécule de dystrophine.


Le tissu musculaire stri

le tissu musculaire strié

  • structure générale : le tissu musculaire strié comprend 4 composantes: musculaire, conjonctive, vasculaire et nerveuse.


A composante musculaire

a) composante musculaire :

  • Le corps du muscle strié est relié au squelette par les tendons. Il est formé de faisceaux de fibres musculaire (1 fibre musculaire = 1 cellule musculaire). Chaque cellule musculaire striée, encore appelée rhabdomyocyte, contient dans son cytoplasme des myofibrilles. Chaque myofibrille est formée par l'alignement d'unités contractiles élémentaires nommées sarcomères. La cellule musculaire striée à la forme d'un fuseau d'environ 50 microns de diamètre et pouvant atteindre 50 cm de long. Les rhabdomyocytes possèdent plusieurs centaines de noyaux situés en périphérie de la cellule, contre la membrane plasmique encore appelée sarcolemme. Au sein du cytoplasme, les myofibrilles confèrent un aspect strié aux muscles squelettiques du fait de l'alignement des sarcomères c’est-à-dire les unités élémentaires constituant les myofibrilles.


La myologie

  • En coupe longitudinale après coloration standard, cette striation est observable en microscopie optique et correspond à l’alternance de bandes sombres et de bandes claires.


La myologie

  • Entre les myofibrilles, le cytoplasme restant est nommé sarcoplasme et contient les organites et molécules suivantes :

  • - des mitochondries volumineuses alignées en file le long des myofibrilles et qui leur fournissent l'ATP nécessaire à la fonction contractile

  • - des grains de glycogène permettant le stockage du glucose.

  • - des molécules de myoglobine qui donnent leur coloration rouge au muscle et dont la fonction est de fixer l’oxygène et de le transmettre au mitochondries.

  • - des protéines du cytosquelette (filaments intermédiaires de desmine et microtubules) assurant la cohésion des faisceaux de myofibrilles

  • - d’autres protéines telles que la créatine et la créatine phospho-kinase (CPK) qui permet le catabolisme de la créatine en créatinine (la créatininémie est corrélée à la masse musculaire ; par ailleurs, la clearance de la créatinine est reflet de la fonction rénale)

  • - des poches de réticulum endoplasmique lisse encore appelé réticulum sarcoplasmique qui forment un réseau participant au système dit sarcotubulaire ou système T.


B composante conjonctive

b) composante conjonctive :

  • Les fibres musculaires striées (c'est-à-dire les cellules musculaires) sont groupées en faisceaux et sont réunies et entourées par un tissu conjonctif formant plusieurs tuniques. L'épimysium revêt le muscle dans son entier, le périmysium entoure chaque faisceau et l'endomysium est le nom donné au tissu conjonctif entourant chaque fibre musculaire.


La myologie

On reconnaît trois types de fibres musculaires stries selon leurs structures et leurs fonctions :

  • Les ,fibres rouges à contraction rapide.

  • Les fibres rouges à contraction lente.

  • Les fibres blanches à contraction rapide.

    NB:La couleur est basé sur le teneur en myoglobine (pigment rougeâtre voisin à l’hémoglobine sanguin)


C composante vasculaire

c) composante vasculaire :

  • Des vaisseaux sanguins (artérioles et veinules) circulent dans les cloisons conjonctives du périmysium et forment un réseau capillaire artérioveineux au niveau de l'endomysium. Ce réseau entoure chaque fibre musculaire.


D composante nerveuse

d) composante nerveuse :

Innervation motrice :

Innervation sensitive :


2 le sarcom re

2) le sarcomère :

  • Chaque sarcomère localisé entre 2 stries Z est constitué de myofilaments parallèles à son grand axe et qui se répartissent en 2 contingents : les myofilaments épais et les myofilaments fins. Le disque sombre ou disque A contient des myofilaments fins et des myofilaments épais ce qui lui confère son aspect anisotrope. Le disque I ou disque clair ne contient que des myofilaments fins ce qui lui confère son caractère isotrope. Ces myofilaments fins s’arriment aux myofilaments fins des sarcomères voisins au niveau des stries Z. Au sein du disque A, la zone centrale appelée bande ou disque H ne contient que des myofilaments épais dont les extrémités se font vis à vis au niveau de la bande M. Les parties latérales du disque A sont les zones ou les myofilaments fins et épais se chevauchent et établissent des contacts nommés ponts d’union.


Les cellules satellites

les cellules satellites

  • Les cellules satellites sont des cellules souches musculairespermettant:

  • la croissance,

  • le renouvellement

  • la régénérescence du tissu musculaire.

    Avant d'aborder la morphologie, le phénotype et les fonctions des cellules satellites, nous commencerons par quelques généralités sur les cellules souches.


La myologie

  • fonctions : les cellules souches permettent le renouvellement constant de tous les tissus et, en cas de besoin, assurent la réparation tissulaire. L'activité des cellules souches est principalement régulée par le microenvironnement qui forme la niche des cellules souches.


La myologie

1-Le stimulus liminalest le plus faible stimulus capable de provoquer une contraction.

2-Un stimulus incapable d'amorcer une contraction est un stimulus subliminal.

3. Les fibres d'une même unité motrice se contractent au maximum ou ne se contractent pas du tout.

« C’est la loi du tout ou rien »


La myologie

Le tissu musculaire lisse est:

- Involontaire

  • - Non strié

  • - Ses fibres sont plus petites que celles du tissu musculaires strié(une fibre mesure 5Mm à 10Mm de diamètre et de 30Mm à 200Mm de longueur

  • - La fibre est uninucléée (noyau au centre).

  • - Les myofilaments épais et fin sont plus long que ceux des fibres musculaires striées

  • - Les myofilaments sont disposés en réseaux (désordonnées).

  • - Leurs proportions de chevauchement entre fins et épais:

  • 10/1 à 15/1,le rapport est de 2/1dans fibres musculaires striées.

  • - En outre des filaments intermédiaires sont associés reliés à des structures appelées lysosomes(dispersées dans le sarcoplasme,d’autres s’attachent aux sarcolemme).

  • - Les cavéoles :petites vésicules internes qui s’ouvrent à la surface des fibres lisses.

  • Leur fonction semble comparable aux tubules transverses des


La myologie

Merci de votre attention

[email protected]

www.professionalhealthcare.yolasite.com


  • Login