Membres de la table ronde
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 22

Membres de la Table ronde PowerPoint PPT Presentation


  • 88 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

a. e. e. e. Membres de la Table ronde. Solange MAYEUX , inspectrice départementale experte, et ayant participé à la rédaction du guide, Valérie LEGENDRE , inspectrice départementale, en charge notamment des questions d’évaluation,

Download Presentation

Membres de la Table ronde

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Membres de la table ronde

a

e

e

e


Membres de la table ronde

Membres de la Table ronde

  • Solange MAYEUX, inspectrice départementale experte, et ayant participé à la rédaction du guide,

  • Valérie LEGENDRE, inspectrice départementale, en charge notamment des questions d’évaluation,

  • Emmanuel FAURY, avocat associé chez CMS Bureau Francis Lefebvre Lyon,

  • Eddy BLOY, responsable du master « évaluation et transmission d’entreprises » à Lyon 2 et expert auprès de la Cour d’Appel de Lyon,

  • Alain MARION, Professeur à Lyon 3, et expert judiciaire (diagnostic d’entreprise).


Membres de la table ronde

A3E

  • Création A3E Paris en 1973

  • Création A3E Lyon en 1978

  • Partenaire de LPFT depuis sa création

  • 40 membres d’horizons divers, mais tous impliqués dans une problématique liée à l’évaluation (experts indépendants, analystes, conseils en investissement financier, sociétés de capital risques, universitaires, entreprises,…)


Objectifs de a3e

Objectifs de A3E

3 objectifs principaux:

  • mener une réflexion commune sur les méthodes de diagnostic et d’évaluation des entreprises,

  • faciliter, à partir d’une culture commune, l’harmonisation des pratiques et les échanges entre les experts de différentes formations,

  • assurer la diffusion des travaux et faire reconnaître l’évaluation.


Un contexte de plus en plus favorable

Un contexte de plus en plus favorable

  • Développement du champ d’action des évaluateurs:

    • Tests de dépréciation et affectation du GW (PPA),

    • Expertises indépendantes dans le cadre d’offres publiques,

    • Transmissions,

    • Arbitrages,


Activit s de a3e

Activités de A3E

  • 6 enquêtes sur le thème « de la valeur au prix », depuis 1993,

  • Conférences –débat (TRI, justification du prix d’achat, l’impact des IFRS sur l’analyse financière et l’évaluation, le goodwill se justifie-t-il?…), en partenariat avec d’autres organisations (LPFT, EM Lyon, DFCG, CCI,…),

  • Présentations / échanges dans le cadre de réunions

    bi-mestrielles (évaluation des brevets, des marques, démarche d’évaluation des entreprises –CEGID, SPIE Batignolles,..),


Membres de la table ronde

Conférence débat du 17-12-2007

« Le nouveau guide d’évaluation de l’administration fiscale (1), vers une convergence avec les pratiques des évaluateurs? »

(1): L’évaluation des entreprises et des titres de sociétés


Activit s de a3e1

Activités de A3E

  • Etudes (notes sur les tests de sensibilité, la méthode des comparables, des DCF,…)

  • Rédaction d’articles (Les Cahiers des Echos, Option Finance, Net Management,…)

  • Réflexions / échanges sur des thèmes d’actualité (tests de dépréciation, attestations d’équité, évaluation des start-up,…),

  • Participation à des groupes de travail au niveau national (Académie des Sciences,…),


1 re partie

1ère partie

Présentation du guide de l’évaluation des entrepriseset des titres de sociétés

par Solange MAYEUX et Valérie LEGENDRE

9


2 me partie table ronde

2ème partie: table ronde

Q1: Différentes mesures ont été prises par l’administration fiscale pour diminuer l’impact de l’imposition dans différents contextes (donation, ISF, cession à titre onéreux,…).

Le guide garde-t-il dans ce contexte un intérêt pratique important?

33


2 me partie table ronde1

2ème partie: table ronde

Q2: Le guide est-il opposable à l’administration fiscale, notamment dans le cadre d’un contentieux fiscal?

34


2 me partie table ronde2

2ème partie: table ronde

Q3: Le guide correspond-il à la pratique antérieure de l’administration fiscale, ou introduit-il des principes très novateurs, qui se rapprochent de la pratique des évaluateurs?


Membres de la table ronde

2ème partie: table ronde

Q4: L’administration fiscale a fait un pas en avant en matière de prévisions en admettant qu’il est possible « d’envisager les perspectives d’avenir ». Cependant, :

-la prise en compte des prévisions n’est pas considérée comme une méthode privilégiée par le guide, car l’administration ne peut elle-même déterminer des prévisions de croissance,

-seules les perspectives d’avenir de la société à évaluer existant au jour du fait générateur de l’impôt devraient être prises en compte.

L’administration fiscale reconnaît-elle les prévisions établies par la société de manière rigoureuse (études de marché, processus de gestion budgétaire,…) ?


2 me partie table ronde3

2ème partie: table ronde

Q5: La méthode des flux de trésorerie actualisés (DCF) a été « introduite dans la comptabilité» en principes IFRS et français en tant que méthode permettant de réaliser des tests de dépréciation. Cette méthode d’évaluation est devenue une méthode d’évaluation très pratiquée, voire incontournable dans de nombreux cas.

Or le guide reconnaît les DCF comme une « approche de cohérence », qui peut être utilisée pour « affiner ou ajuster éventuellement les valeurs dégagées ».

Par ailleurs, les provisions pour dépréciation sur fonds de commerce calculées par rapport à des DCF ne sont pas déductibles fiscalement.

L’administration fiscale est-elle prête à admettre la méthode des DCF en tant que méthode prépondérante ?

A quand la déductibilité des provisions constatées sur la base de DCF ?


2 me partie table ronde4

2ème partie: table ronde

Q6:Comment l’administration fiscale prend-elle en compte les écarts entre la valeur et le prix ?

(exemple de situation : valeur en N de 100 déterminée sur la base d’un rapport d’expert dont la démarche est conforme au guide ; cession en N+1 pour 200 (logique part de marché et investissement stratégique pour l’acquéreur) ?


2 me partie table ronde5

2ème partie: table ronde

Q7: Beaucoup de valeurs d’entreprises sont déterminées par rapport à des valeurs globales et non pas par rapport à la sommation des valeurs individuelles.

Des difficultés pratiques se posent souvent sur la ventilation du prix, notamment au niveau de la valorisation des marques. Exemple : difficulté de ventilation entre la marque et la clientèle ?

Quelle est la démarche proposée par le guide sur ce sujet ?


2 me partie table ronde6

2ème partie: table ronde

Q8:Les décotes représentent une part parfois significative de la construction d’une valeur (décote de holding, décote d’illiquidité, décote de taille,…).

Comment en pratique le guide les reconnaît-il / les accepte-t-il?


2 me partie table ronde7

2ème partie: table ronde

  • Q9: Prise en compte d’un coût moyen pondéré du capital :

  • -pourquoi prendre en compte un taux d’actualisation déflaté ?

  • pourquoi proposer une grille « figée » pour les béta ?

  • pas de prise en compte de certains effets (taille et structure financière).


2 me partie table ronde8

2ème partie: table ronde

Q10:Pourquoi la fiscalité différée n’est pas prise en compte, sauf cas exceptionnels (effet d’impôt sur les actifs hors exploitation) ?


Merci de votre attention

Merci de votre attention


2 me partie table ronde9

2ème partie: table ronde

Q11: Utilisation des comptes consolidés dans la valorisation (cas des leasings,…)?


Membres de la table ronde

a

e

e

e


  • Login