Tout ce que vous vouliez savoir sur asthme et allergie sans oser le demander l.jpg
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 15

Tout ce que vous vouliez savoir sur ASTHME et ALLERGIE sans oser le demander PowerPoint PPT Presentation


  • 171 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Tout ce que vous vouliez savoir sur ASTHME et ALLERGIE sans oser le demander. Asthme et allergie. Prévalence : plus de la moitié des asthmes ont une origine allergique (100% chez l’enfant, 45% chez l’adulte)

Download Presentation

Tout ce que vous vouliez savoir sur ASTHME et ALLERGIE sans oser le demander

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Tout ce que vous vouliez savoir sur ASTHME et ALLERGIE sans oser le demander


Asthme et allergie

  • Prévalence : plus de la moitié des asthmes ont une origine allergique (100% chez l’enfant, 45% chez l’adulte)

  • Les autres causes sont : le R.G.O. (surtout à partir de 45 ans), l’effort, le stress, les irritants (pollutions, tabac).

  • mais… « il faut être doué pour être asthmatique » !


« Il faut être doué pour être asthmatique »

  • Car, à des facteurs déclenchants externes variés,

  • avecune réponse immunologique particulière, (voir diapo suivante)

  • s’associe une hyperréactivité bronchique (génétique ?).


Allergie et asthme : mécanisme

  • Phénomène immunologique, déclenché par un Ag, ici appelé allergène, entraînant la production d’Ac.

  • Dans les voies aériennes la réponse est surtout à IgA.

  • Certains sujets, pour des raisons indéterminées, dévient leur réponse vers les IgE.

  • Caractéristique réponse IgE : durée dans le temps.

  • Contact avec l’allergène => réaction inflammatoire. L’asthme est une maladie inflammatoire


L’allergie :

  • Conséquences :

    • locales sur le lieu de rencontre avec allergène lorsqu’elles sont modérément intenses,

    • pouvant se généraliser à tout l’organisme, si plus intenses, de type anaphylactique.

  • Suivant le lieu les réactions observées peuvent être :

    • cutanées : urticaire

    • pulmonaires : bronchospasmes

    • ORL : rhinite, coryza

    • cardiovasculaires : œdème de Quincke, voire choc.

  • L’intensité n’est pas complètement proportionnelle à l’exposition (loi du tout ou rien).


Quels allergènes dans l’asthme ?

  • Théoriquement, il s’agit de pneumallergènes, protéines présentent dans l’air

  • En réalité il s’agit surtout :

    • des déjections d’acariens dans la poussières de maison, et la literie. (75%? des cas).

    • des pollens

    • des poils d’animaux (salive)

  • Très rarement, l’asthme peut être déclenché par un trophallergène (par exemple l’aspirine).


La clinique 

Elle donne des éléments d’orientation :

  • atopie personnelle : rhinite allergique, urticaire, eczéma, œdème de Quincke..

  • atopie familiale : peu discriminante étant donné la fréquence…

  • et surtout unité de temps (période dans l’année) et unité de lieu du phénomène allergique.


Le diagnostic (1)

Test de provocation :

  • Mettre le nez sur le chat, abandonné car danger +++

    Prick test :

  • Test par injection intradermique (type Tubertest®) d’une faible dose quantifié des allergènes les plus fréquents et ceux auxquels sont exposé le patient (interrogatoire)

  • Par médecins formés

  • Test au sérum physio pour les dermographismes…

  • Fiable et sans danger


Le diagnostic (2)

  • IgE totales : aucune spécificité

  • IgE spécifiques : positifs si l’allergie n’est plus localisé. Donc risque de faux négatifs si allergie purement pulmonaire. Cher et inutile

  • Phadiatop® : pool de plusieurs allergènes, liste non connue . Risque de faux neg. Moins cher que IgE ; aucun intérêt pour la prise en charge.


Intérêt du diagnostic :

  • rassure le patient sur l’origine de son asthme; lui donne un « ennemi à combattre »

  • permet d'éventuelles mesures thérapeutiques

  • Limites : la découverte d'allergène(s) responsable(s) ne sous entend pas qu'il(s) soi(en)t le(s) seul(s) facteur(s) en cause.


Le traitement spécifique1 : la fuite (poliment dit l’éviction !)

Pas simple pour un effet le plus souvent modeste

  • Egorger le chat ou chien : radical, mais problème affectif et puis…

  • Pollen d’arbres : plus facile de déplacer un homme qu’un arbre. Le vent apporte du sable du Sahara jusqu’à Paris, alors …

  • Acariens : limiter l’humidité de la pièce (ventiler, déshumidificateur)

  • Housse de matelas et oreillers anti-acariens sont d'efficacité douteuse pour un coût important

  • Aspirateur, y compris literie :40 minutes = 20 % d’acariens en moins…

  • Laver couettes sans plume, peluches et oreillers une fois par semaine

  • Eviter moquettes , tapis pour sol en dur

  • Acaricides totalement inefficaces et potentiellement dangereux


Le traitement spécifique2 : la cohabitation

= la désensibilisation :

  • Injecter une dose croissante d’allergène sans déclencher la maladie afin de favoriser la fabrication d’anticorps bloquants.

  • Très contraignante : seulement en injection sous cutané, une fois par semaine, pendant plusieurs mois

  • Dangereuse : obligation d'une surveillance d’une demie heure après l'injection par un médecin ayant de l’oxygène et de l’adrénaline à porter de mains en cas de choc.

  • Efficacité modeste : seulement pour certains allergènes (pollen) et que pour les rares patients mono allergiques. Efficacité à long terme non connue.

  • Abandonnée dans les pays Anglo-saxons.


Le problème de l’asthme professionnel

  • Si un asthme se développe dans le cadre du travail, l’identification de la cause est impérative :

    • aménagement du poste de travail si possible

    • déclaration de maladie professionnelle

  • Elle suppose une collaboration entre médecin du travail, médecin traitant et pneumologue

  • Pour le médecin traitant, il faut faire une déclaration de maladie professionnelle (même document que pour les accidents de travail).

  • Il n’y a pas nécessité pour le médecin traitant de démontrer un lien de causalité mais il faut signaler et décrire le cas aussi précisément que possible.

  • Pour certaines professions l’asthme est reconnu comme maladie professionnelle par la S.S. Si la situation n’est répertoriée par la S.S., alors bon courage !


Asthmes professionnels

  • 20% chez les boulanger/pâtissiers : farines + enzymes + acariens/blattes

  • 10% chez les personnels soignants : latex + aldéhydes + ammoniums quaternaires

  • 8% chez les coiffeurs : persulfates alcalins (décolorants)

  • 8% chez les peintres : isocyanates

  • 5% chez les ébénistes : allergènes multiples

  • 5% chez les personnels de nettoyage : allergènes multiples


  • Login