Comment parler de dysfonction rectile lors d un entretien
Download
1 / 26

Comment parler de dysfonction rectile lors d un entretien - PowerPoint PPT Presentation


  • 103 Views
  • Uploaded on

Comment parler de dysfonction érectile lors d’un entretien ?. Le constat. Les patients attendent trop longtemps avant de consulter !. Echantillon national d’hommes de 40 ans et plus – 1004 interviewés. Moins d’1 an 17,1 % 2-5 ans 42 % 6 à 10 ans 26 %

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Comment parler de dysfonction rectile lors d un entretien ' - fay


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Comment parler de dysfonction rectile lors d un entretien

Comment parler de dysfonction érectile lors d’un entretien ?

M.Biedzinski - C.Gilet


Le constat

Le constat entretien ?

M.Biedzinski - C.Gilet



Echantillon national d hommes de 40 ans et plus 1004 interview s
Echantillon national d’hommes de 40 ans et plus – 1004 interviewés

  • Moins d’1 an 17,1 %

  • 2-5 ans 42 %

  • 6 à 10 ans 26 %

  • 11 ans et plus 14,5 %

    La proportion de patients ayant attendu 6 ans ou moins pour consulter est de 59,5%

M.Biedzinski - C.Gilet


Pourquoi
Pourquoi ? interviewés

  • 71% pensent que la DE ne sera pas considérée comme un problème médical !!!

  • 68% pensent que parler de sexualité gênera leur médecin (Marvic 2000)

M.Biedzinski - C.Gilet


Enqu te sur la pr valence de de et leur prise en charge chez les patients risque en mg leriche 2000
Enquête sur la prévalence de DE et leur prise en charge chez les patients à risque en MG ( Leriche 2000)

  • 1 patient sur 4 a bénéficié d’une prise en charge

  • 2/3 souhaitent que c’est le médecin qui aborde le sujet

  • 4 sur 5 s’estiment capable d’en parler

M.Biedzinski - C.Gilet


Décalage entre les besoins ressentis par les patients chez les patients à risque en MG ( Leriche 2000)

et la réponse qui leur est apportée par le corps médical

M.Biedzinski - C.Gilet


Corps m dical et patients des appr hensions partag es tude pistes
Corps médical et patients : des appréhensions partagées – étude : « PISTES »

  • 56,7% n’osent pas en parler

  • 21,7% ne savent pas à qui s’adresser

  • 13,1 % leur médecin n’avait pas répondu à leur demande

  • 6% croient que il n’y a pas de solution à leur problème

M.Biedzinski - C.Gilet


Enqu te de l afd
Enquête de l’AFD

  • ¾ des patients interrogés ayant un problème de DE souhaite une aide

  • ¾ estiment que l’information et la prise en charge par le corps médical sont insuffisantes

  • à la question : « Pensez vous que le corps médical doit régulièrement poser la question( de l’existence de DE) aux diabétiques ? » : 99 % de réponses sont positives !!

M.Biedzinski - C.Gilet


Les 3 types d aide demand es par les patients
Les 3 types d’aide demandées par les patients

  • Une simple information

  • Un traitement spécifique

  • Un traitement spécifique + sexotherapie

M.Biedzinski - C.Gilet


Cas clinique 1

Patient de 52 ans, DT2 connu depuis 8 ans

HTA, surcharge pondérale, dyslipidemie

Traité par le schéma « bed time » depuis 4 ans

Diabète correctement équilibré HbA1c-6,8 %

Les FRCV contrôlés par 1 Sartan et 1 Statine

Se présente en consultation avec une jeune femme (c’était sa fille !)

Cas clinique : 1

M.Biedzinski - C.Gilet


Cas typique d’un patient qui ne demande rien, même pas des informations concernant la DE. On ne sait pas comment il est arrivé à la consultation !

M.Biedzinski - C.Gilet


Cas clinique 2
Cas clinique 2 des informations concernant la DE. On ne sait pas comment il est arrivé à la consultation !

  • Homme de 58 ans , DT2 depuis 15 ans

  • HTA, Dyslipidémie,

  • En échec des ADO

  • Consulte en 2005 – mise en place de schéma « bed time »

  • Revient en cs il y a quelques jours

  • Les injections d’insuline sont faites de façon occasionnelles

  • Glycémie capillaire lors de la cs : 1,89 g/L

  • HbA1c du mois d’octobre : 9,8 %

    Déprimé, pense que sa vie est terminée

M.Biedzinski - C.Gilet


Son médecin traitant lui prescrit des IIC « brut » des informations concernant la DE. On ne sait pas comment il est arrivé à la consultation !

Le patient tout seul était incapable de faire une injection

M.Biedzinski - C.Gilet


Maintenant voici quelques pistes pour r aliser un entretien

Maintenant, voici quelques pistes pour réaliser un entretien

M.Biedzinski - C.Gilet


1er condition requise

1er condition requise entretien

Le soignant doit avoir des connaissances sur le sujet

 Permet d’être plus « à l’aise » lors de l’entretien

M.Biedzinski - C.Gilet


Comment conduire l entretien
Comment conduire l’entretien ? entretien

Partir d’un diagnostic éducatif, c’est-à-dire :

  • Qui est le patient ?

  • Que sait-il ?

  • Que fait-il ?

  • Comment vit-il sa maladie ?

  • Quels sont ses attentes et son projet?

    ( P-Y Traygnard)

M.Biedzinski - C.Gilet


La connaissance du patient
La connaissance du patient entretien

  • Son âge

  • Son ancienneté de diabète et type de diabète

  • Sa situation familiale et professionnelle

  • L’équilibre du diabète

M.Biedzinski - C.Gilet


Ses connaissances
Ses connaissances entretien

  • Connaissance par rapport à la prise en charge de son diabète

  • Connaissances des complications

     Moment propice pour aborder le sujet

M.Biedzinski - C.Gilet


Question charni re la premi re question
Question charnière: entretienLa première question 

Par exemple

  • Et sur le plan de votre sexualité, est-ce que tout va bien ?

  • Au niveau de votre activité sexuelle , il n’y a aucun souci ?

  • Sur le plan de vos relations intimes avec votre épouse, est-ce que tout va bien ? 

  • Désirez-vous en parler ou avez-vous déjà aborder le sujet avec quelqu’un ?

M.Biedzinski - C.Gilet


  • Si la réponse est non à la 1ere question, 2 choix : entretien

  • on ne continue pas l’entretien dans cette voie

  • on lui dit par exemple :Vous me dites que tout va bien sur le plan sexuel, tant mieux, parce que ,vous savez, les hommes qui présentent une HTA comme vous peuvent avoir des petits troubles d’érection

    On l’informe du risque potentiel

  • Si la réponse est oui, on peut poursuivre.

M.Biedzinski - C.Gilet


Suite de l entretien
Suite de l’entretien entretien

  • Pensez-vous que c’est du à un problème d’envie ? (soucis, déprime …)

  • Vos rapports sont-ils d’une qualité satisfaisante ?

  • Quel est le rythme auquel vous désireriez avoir des rapports?

M.Biedzinski - C.Gilet


Et surtout
Et surtout entretien

Pensez-vous pouvoir être aidé ?

M.Biedzinski - C.Gilet


Des questions fondamentales
Des questions fondamentales entretien

  • Est-ce que vous avez des difficultés dans vos relations sexuelles ?

  • Pensez-vous que c’est dû à cause d’un problème de désir ou physique ?

  • Avez-vous des soucis dans votre couple?

  • Pensez-vous que ce problème disparaîtrait avec un autre partenaire?

  • Comment le ressentez-vous?

M.Biedzinski - C.Gilet


Difficult s rencontr es par le soignant
Difficultés rencontrées par le soignant entretien

  • Entretien avec le couple

  • Besoin de temps pour aborder ce sujet

  • Bonne connaissance du patient, climat de confiance

  • Sexe, âge du soignant

  • Avons-nous le droit d’entrer dans l’intimité de la personne ?

M.Biedzinski - C.Gilet


Suite
suite entretien

  • Le lieu doit être approprié

  • Choix du moment important

  • Tenir compte des représentations du patient et du soignant

  • Empathie ++++

M.Biedzinski - C.Gilet


ad