Usage des temps pass s
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 43

USAGE DES TEMPS PASSÉS PowerPoint PPT Presentation


  • 40 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

USAGE DES TEMPS PASSÉS. Comment donner du rythme à la narration ?. Amadou Hampâté Bâ Amkoullel l’enfant peul mémoires (1) Actes Sud, 1991. Né vers 1900 à Bandiagara (Mali), il est mort le 15 mai 1991 à Abidjan.

Download Presentation

USAGE DES TEMPS PASSÉS

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Usage des temps pass s

USAGE DES TEMPS PASSÉS

Comment donner du rythme à la narration ?


Amadou hamp t b amkoullel l enfant peul m moires 1 actes sud 1991

Amadou Hampâté BâAmkoullel l’enfant peulmémoires (1)Actes Sud, 1991

Né vers 1900 à Bandiagara (Mali), il est mort le 15 mai 1991 à Abidjan.

Au conseil exécutif de l’Unesco où il siégeait, comme à travers ses différents ouvrages consacrés à la tradition et aux civilisations africaines,

il s’est rendu célèbre par son combat inlassable au service

des cultures orales et du dialogue entre les hommes.


Les diff rents temps pass s

LES DIFFÉRENTS TEMPS PASSÉS

  • L’imparfait

  • le passé composé

  • le passé simple

  • le plus-que-parfait

  • le passé antérieur


L imparfait

L’IMPARFAIT

  • Un temps qui décrit une situation, un contexte, un décor, au passé

  • Un temps imparfaitement passé

  • qui décrit une action d’unedurée indéfinie

  • qui exprime la répétition d’une action au passé

  • qui exprime la continuation d’une action par rapport à d’autres actions finies


Usage des temps pass s

LA FORMATION DE L’IMPARFAITVerbe Être : racine du verbe + terminaison de l’imparfait

Être

J’ét

Tu ét

Il ét

Elle ét

Nous ét

Vous ét

Ils ét

Elles ét

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient


La formation de l imparfait partir de la congugaison de nous au pr sent

Nous finiss

Je finiss

Tu finiss

Il finiss

Elle finiss

Nous finiss

Vous finiss

Ils finiss

Elles finiss

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient

LA FORMATION DE L’IMPARFAITÀ partir de la congugaison de “nous” au présent :

Finir (présent)

Je finis

Tu finis

Il finit

Elle finit

Nous finissons

Vous finissez

Ils finissent

Elles finissent

(Imparfait)


Usage des temps pass s

LA FORMATION DE L’IMPARFAITVerbes du Premier et du troisième Groupes (en “er” et “re”)

Nous jouons

Nous vendons

Je jou

Tu jou

Il jou

Elle jou

Nous jou

Vous jou

Ils jou

Elles jou

Je vend

Tu vend

Il vend

Elle vend

Nous vend

Vous vend

Ils vend

Elles vend

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient


Usage des temps pass s

LA FORMATION DE L’IMPARFAITAvoir et Aller

Nous avons

Nous allons

J’av

Tu av

Il av

Elle av

Nous av

Vous av

Ils av

Elles av

J’all

Tu all

Il all

Elle all

Nous all

Vous all

Ils all

Elles all

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient


Usage des temps pass s

LA FORMATION DE L’IMPARFAITVerbes dont la dernière syllabe commence par “r”

Di re

Fai re

Croi re

Je fai

Tu fai

Il fai

Elle fai

Nous fai

Vous fai

Ils fai

Elles fai

Je di

Tu di

Il di

Elle di

Nous di

Vous di

Ils di

Elles di

s

s

s

s

s

s

s

s

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient

s

s

s

s

s

s

s

s

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient

Je cro

Tu cro

Il cro

Elle cro

Nous cro

Vous cro

Ils cro

Elles cro

y

y

y

y

y

y

y

y

ais

ais

ait

ait

ions

iez

aient

aient


Usage des temps pass s

USAGE DE L’IMPARFAIT

Faire une description, peindre un décor, mettre en scène... au passé

Après le dîner, mes camarades et moi nous rendions parfois à la grande place de Kérétel où les jeunes gens et les jeunes filles se réunissaient le soir pour bavarder, chanter ou danser au clair de lune...

Si un jeune homme était en verve poétique, il venait chanter ses improvisations. On les retenait de mémoire et, si elles étaient belles, dès le lendemain, elle se répandaient à travers toute la ville. C’était là un aspect de cette grande école orale traditionnelle où l’éducation populaire se dispensait au fil des jours.


Usage de l imparfait exprimer la r p tion d une action au pass vous maintenant

USAGE DE L’IMPARFAITExprimer la répétion d’une action au passé : À vous maintenant...

Le plus souvent, je (rester) après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées (être) une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne (se limiter) pas à narrer des contes, il (être) également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il (s’agir) de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait exprimer la r p tion d une action au pass vous maintenant1

USAGE DE L’IMPARFAITExprimer la répétion d’une action au passé : À vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées (être) une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne (se limiter) pas à narrer des contes, il (être) également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il (s’agir) de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait exprimer la r p tion d une action au pass vous maintenant2

USAGE DE L’IMPARFAITExprimer la répétion d’une action au passé : À vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées étaient une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne (se limiter) pas à narrer des contes, il (être) également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il (s’agir) de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait exprimer la r p tion d une action au pass vous maintenant3

USAGE DE L’IMPARFAITExprimer la répétion d’une action au passé : À vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées étaient une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne se limitait pas à narrer des contes, il (être) également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il (s’agir) de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait vous maintenant

USAGE DE L’IMPARFAITÀ vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées étaient une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne se limitait pas à narrer des contes, il était également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il (s’agir) de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait vous maintenant1

USAGE DE L’IMPARFAITÀ vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées étaient une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne se limitait pas à narrer des contes, il était également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il s’agissait de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes (pouvoir) aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Usage de l imparfait vous maintenant2

USAGE DE L’IMPARFAITÀ vous maintenant...

Le plus souvent, je restais après le dîner chez mon père Tidjani pour assister aux veillées. Pour les enfants, ces veillées étaient une véritable école vivante, car un maître conteur africain ne se limitait pas à narrer des contes, il était également capable d’enseigner sur de nombreuses autres matières, surtout lorsqu’il s’agissait de traditionalistes confirmés comme Koullel, son maître Modibo Koumba ou Danfo Siné de Bougouni. De tels hommes pouvaient aborder presque tous les champs de la connaissance d’alors.


Pass compos pass simple

PASSÉ COMPOSÉ & PASSÉ SIMPLE

  • Ce sont des temps parfaitement passés

  • Ils expriment des actions d’une durée limitée

  • On les utilise pour raconter une histoire au passé

  • Ils contrastent avec l’imparfait

  • Le passé composé est le temps de l’oral

  • Le passé simple est un temps littéraire


Formation du pass compos

FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ

  • Il se compose de deux parties :

    • Le verbe lui-même est transformé en participe passé

    • On conjugue un verbe auxiliaire


Le participe pass un verbe transform en adjectif

Jouer

Finir

Vendre

Être

Avoir

Aller

Faire

Pouvoir

Mettre

joué

fini

vendu

été

eu

allé

fait

pu

mis

Le participe passé: Un verbe transformé en adjectif


Le verbe avoir est l auxiliaire normal

J’ai

Tu as

Il a

Elle a

Nous avons

Vous avez

Ils ont

Elles ont

eu

joué

fini

vendu

mis

pu

fait

dit

Le verbe avoir est l’auxiliaire normal

(avoir)

(jouer)

(finir)

(vendre)

(mettre)

(pouvoir)

(faire)

(dire)


Le verbe tre est l auxilaire quand le participe pass d crit le sujet du verbe

Je suis

Tu es

Il est

Elle est

Nous sommes

Vous êtes

Ils sont

Elles sont

(aller)

(sortir)

(partir)

(naître)

(arriver)

(rentrés

(mourir)

(venir)

Le verbe être est l’auxilaire quand le participe passé décrit le sujet du verbe

allé

sorti

parti

née

arrivés

rentrés

morts

venues


Usage du pass compos le temps de la narration orale

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de la narration orale

« Depuis un long moment nous discutons en vue de comprendre pourquoi les Français nos maîtres, et les Allemands que nous ne connaissons pas, sont entrés en guerre. Pour les uns, c’est une question de femmes, pour les autres, c’est une question de champs. » ....

« La vérité est tout autre. Nous constituons, pour les « peaux allumées » un bien matériel très important : aux uns, ils ont enseigné leur langue, aux autres leur façon de cultiver, à d’autres encore le métier de la guerre et ainsi de suite. Pourquoi tout cela ? »


Usage du pass compos le temps de l oral

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs (venir) nous envahir, pourquoi (nous capturer) et (domestiquer) ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, (faire) des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe (se déclarer) la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral1

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi (nous capturer) et (domestiquer) ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, (faire) des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe (se déclarer) la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral2

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi nous ont-ils capturés et (domestiquer) ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, (faire) des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe (se déclarer) la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral3

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi nous ont-ils capturés et domestiqués ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, (faire) des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe (se déclarer) la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral4

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi nous ont-ils capturés et domestiqués ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, avons fait des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe (se déclarer) la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral5

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi nous ont-ils capturés et domestiqués ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, avons fait des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe se sont-ils déclarés la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français (entrer) en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Usage du pass compos le temps de l oral6

USAGE DU PASSÉ COMPOSÉ Le temps de l’oral

« Pourquoi les toubabs sont-ils venus nous envahir, pourquoi nous ont-ils capturés et domestiqués ? Uniquement pour se servir de nous en cas de besoin, ... Pour les aider à travailler ou à combattre leurs ennemis. Cela n’a rien d’étonnant. Nous aussi, jadis, avons fait des captifs par la guerre avant de le devenir nous-mêmes. »

« Et pourquoi les toubabs d’Europe se sont-ils déclarés la guerre ? Mes frères, je vais vous le dire : les Français sont entrés en guerre pour nous conserver... et les Allemands pour nous avoir. »


Formation du pass simple

FORMATION DU PASSÉ SIMPLE

  • Un temps simple

  • Une conjugaison irrégulière

  • Radical + terminaisons


Formation du pass simple trois formes possibles

Je donn

Tu donn

Il donn

Elle donn

Nous donn

Vous donn

Ils donn

Elles donn

1. - donner

FORMATION DU PASSÉ SIMPLETrois formes possibles

2. - finir

3. - être

ai

as

a

a

âmes

âtes

èrent

èrent

Je fin

Tu fin

Il fin

Elle fin

Nous fin

Vous fin

Ils fin

Elles fin

is

is

it

it

îmes

îtes

irent

irent

Je f

Tu f

Il f

Elle f

Nous f

Vous f

Ils f

Elles f

us

us

ut

ut

ûmes

ûtes

urent

urent


Formation du pass simple trois formes possibles1

J’ all

Tu all

Il all

Elle all

Nous all

Vous all

Ils all

Elles all

aller

FORMATION DU PASSÉ SIMPLETrois formes possibles

faire

pouvoir

ai

as

a

a

âmes

âtes

èrent

èrent

Je f

Tu f

Il f

Elle f

Nous f

Vous f

Ils f

Elles f

is

is

it

it

îmes

îtes

irent

irent

Je p

Tu p

Il p

Elle p

Nous p

Vous p

Ils p

Elles p

us

us

ut

ut

ûmes

ûtes

urent

urent


Formation du pass simple trois formes possibles2

Je pens

Tu pens

Il pens

Elle pens

Nous pens

Vous pens

Ils pens

Elles pens

penser

FORMATION DU PASSÉ SIMPLETrois formes possibles

devoir

dire

Je d

Tu d

Il d

Elle d

Nous d

Vous d

Ils d

Elles d

us

us

ut

ut

ûmes

ûtes

urent

urent

Je d

Tu d

Il d

Elle d

Nous d

Vous d

Ils d

Elles d

is

is

it

it

îmes

îtes

irent

irent

ai

as

a

a

âmes

âtes

èrent

èrent


Usage du pass simple le temps de la narration litt raire

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Le temps de la narration littéraire

Kadidja apprit la mort de son grand frère Bokari Pâté. Elle décida de rejoindre immédiatemnt Bandiagara. Elle fit son entrée à Bandiagara comme une riche marchande revenant de voyage. Elle distribua beaucoup de tissus et de bibelots aux parents, aux amis, aux notables de la ville...

Après avoir rendu ses devoirs à la mémoire de son frère, elle liquida sa succession. Kadidja vendit une cinquantaine de boeufs pour faire face aux frais du voyage de retour.


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja (passer) environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule (être) donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère (accepter) de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui (conseiller) de renoncer à son voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y (faire) ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple1

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule (être) donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère (accepter) de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui (conseiller) de renoncer à son voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y (faire) ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple2

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule fut donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère (accepter) de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui (conseiller) de renoncer à son voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y (faire) ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple3

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule fut donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère accepta de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui (conseiller) de renoncer à son voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y (faire) ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple4

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule fut donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère accepta de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui conseillait de renoncer à son voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y (faire) ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple5

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule fut donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère accepta de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui conseillait de renoncer à sons voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y fit ! « Mon mari a besoin de moi, (répondre)-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


Usage du pass simple alternance imparfait pass simple6

USAGE DU PASSÉ SIMPLE Alternance imparfait -passé simple

Kadidja passa environ deux mois à Bandiagara au milieu des siens. Pendant ce temps, une jeunne fille peule fut donnée par ses parents en mariage à Tierno Kounta. Ma mère accepta de l’emmener avec elle à Bougouni. Tout le monde lui conseillait de renoncer à sons voyage en raison de son état de grossesse avancée. Rien n’y fit ! « Mon mari a besoin de moi, répondait-elle. Ma place est à Bougouni, après de mon époux. »


L alternance des temps pass s

L’alternance des temps passés

Donne du rythme à la narration.


  • Login