Facult  de m decine d Alger les jeudis p dagogiques 1 Mars 2007  Maladies inflammatoires chroniques de l intestin MICI

Facult de m decine d Alger les jeudis p dagogiques 1 Mars 2007 Maladies inflammatoires chroniques de l intestin MICI PowerPoint PPT Presentation


  • 296 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

PLAN DE LA CONFERENCE. CHAPITRE INTRODUCTIF.DISCUSSION D'UN CAS CLINIQUE.MISE AU POINT.DISCUSSION D'UN CAS CLINIQUE.. CHAPITRE INTRODUCTIF. La RCH a

Download Presentation

Facult de m decine d Alger les jeudis p dagogiques 1 Mars 2007 Maladies inflammatoires chroniques de l intestin MICI

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


1. Faculté de médecine d’Alger les jeudis pédagogiques 1 Mars 2007 Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin MICI Pr M.BENAMER Clinique de Medecine Interne (Pr M.ARRADA) CHU MUSTAPHA

2. PLAN DE LA CONFERENCE CHAPITRE INTRODUCTIF. DISCUSSION D’UN CAS CLINIQUE. MISE AU POINT. DISCUSSION D’UN CAS CLINIQUE.

3. CHAPITRE INTRODUCTIF La RCH a été découverte en 1859. La MC a été découverte en1932 par Crohn et Oppenheimer. Ces deux maladies ont une étiologie commune: Théorie environnementale. Support génétique (Card16). Un déséquilibre de la flore endogène. Un terrain immunologique.

4. CHAPITRE INTRODUCTIF L’age de survenue est identique; deuxième et troisième décade. Performances des moyens diagnostiques, endoscopiques et radiologiques (imagerie numérisée). Des manifestations extra-intestinales identiques augmentation de la participation vasculaire. Efficacité des thérapies biologiques anti-TNF alpha.

5. DISCUSSION CLINIQUE Une femme de 32 ans présente des nodules dermo-hypodermiques rouges sensibles siégeant au niveau des membres inférieurs avec oedème donnant un aspect luisant à la peau . Il s’agit (réponse juste): érythrodermie. Érysipèle. Phlébite des membres inférieurs. Érythème noueux.

6. DISCUSSION CLINIQUE Dans le bilan étiologique de cette manifestation clinique les examens suivants sont pratiqués (réponse fausse): IDR à la tuberculine. Dosage des ASLO. Radio centrée sur les sacro-iliaques. Calcémie. Recherche médicamenteuse.

7. DISCUSSION CLINIQUE Un traitement à base d’AINS est prescrit associé au repos, une diarrhée glairo-sanglante apparaît accompagnée d’une fièvre chiffrée à 38°C, un pouls à 110ppm, une arthrite de la cheville droite, douleur abdominale diffuse. La VS est à70 mm la 1ère heure. il s’agit (réponse fausse): Poussée dysentérique. Colite médicamenteuse. Colite du collagène. Poussée de rectite. révélation d’une colite préexistante

8. DISCUSSION CLINIQUE Une rectoscopie faite jusqu’à 20 cm retrouve une muqueuse granitée fragile saignant spontanément et au contact parsemée de multiples ulcérations extensives . il s’agit (réponse fausse) : Rectite idiopathique hémorragique. Rectite amibienne. Rectite médicamenteuse. Rectite inflammatoire.

9. DISCUSSION CLINIQUE Il s’agissait d’une rectite inflammatoire distale.les éléments suivants font partie des critères diagnostiques (réponse fausse) : Vitesse de sédimentation. Le pouls. Fréquence de la diarrhée. Taux d’hémoglobine. Dosage de la CRP.

10. DISCUSSION CLINIQUE Les éléments déjà mentionnés permettent de classer la poussée (réponse juste) : minime. Moyenne. Sévère. Suraiguë

11. DISCUSSION CLINIQUE Des biopsies sont pratiquées. Quels sont les éléments histologiques en faveur de la RCH (réponse fausse) : Infiltrat inflammatoire. Fissure trans-murale. Abcès intra cryptique. Décollement épithélial et vacuolisation du pôle basal.

12. DISCUSSION CLINIQUE Après ces résultats confirmant une RCH il est décidé de (réponse fausse) : Pratiquer une coloscopie totale. Faire une mucographie colique. Rechercher une localisation extra intestinale. Faire un bilan hépatique. Faire un fond d’œil.

13. DISCUSSION CLINIQUE L’examen clinique et para clinique ont permis d’objectiver les manifestations extra intestinales suivantes (réponse fausse) : sacro-iliite bilatérale. Thrombose veineuse profonde. Glomérulo-néphrite extra membraneuse. Uvéite antérieure. Aphtose buccale.

14. DISCUSSION CLINIQUE La coloscopie objective une forme gauche de rectocolite hémorragique; la poussée est classée sévère (classification de Witts and Trulove modifiée). Il est prescrit (réponse fausse) : Antibiothérapie en perfusion. Corticothérapie en IV. Mésalazine. Ciclosporine. Anti TNF alpha.

15. DISCUSSION CLINIQUE Après échec de la prise en charge où il est noté une aggravation de l’état clinique une intervention chirurgicale est décidée. le geste consiste en (réponse juste) : Une résection colique segmentaire. Une mucosectomie endoscopique. Une coloprotectomie avec anastomose iléo anale. Coloprotectomie avec anastomose iléo rectale.

16. LA RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE

17. DEFINITION La rectocolite hémorragique (RCH) figure avec la maladie de Crohn (MC) dans le cadre nosologique des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) Cause inconnue Surtout les adultes jeunes Atteint constamment la muqueuse rectale et peut s'étendre, dans le sens contraire du transit intestinal, de façon homogène et continue, vers le cæcum, en épargnant l'intestin grêle Affection de longue durée Alternance de poussées entrecoupées de rémissions

18. EPIDEMIOLOGIE Incidence et prévalence variables selon les pays et plus grandes dans l'hémisphère Nord. En Algérie les statistiques des MICI sont parcellaires, il semblerait que l’incidence de la MC est en augmentation par contre celle de la RCH note un déclin. Pas de différence d'incidence entre les deux sexes Age moyen au moment du diagnostic : 28 ans

19. PHYSIOPATHOLOGIE FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX >NON INFECTIEUX  - Tabac - Œstro-progestatifs - Facteurs alimentaires - Evénements de vie, stress   >INFECTIEUX  - Agents infectieux spécifiques· Bactériens : Mycobacterium paratuberculosis · Viraux - Agents infectieux non spécifiques· Flore intestinale endogène

20. PHYSIOPATHOLOGIE Prédisposition génétique Formes familiales : 8 à 40 % selon les études Facteurs ethniques Jumeaux Rareté des formes conjugales Susceptibilité génétique commune à RCH et MC Risque relatif de survenue d'une RCH x 14, pour un parent au premier degré d'un sujet atteint Deux gènes de susceptibilité ont été déterminés sur les chromosomes 12 et 16

21. PHYSIOPATHOLOGIE Etude des cytokines Elles sont classées selon leurs fonctions en :  inflammatoires IL-1, IL-6, IL-8, TNF alpha anti-inflammatoires IL-10, IL-1RA, TGF bêta immunorégulatrice - De type 1 : IL-2, IFN gamma, IL-12- De type 2 : IL-4, IL-5, IL-13 Activation anormale du système immunitaire muqueux intestinal

22. ANATOMIE PATHOLOGIQUE RÔLE DE L'ANATOMIE PATHOLOGIQUE MACROSCOPIE : Explique et complète les données de l'endoscopie, de la radiologie et de l’Histologie (sur pièce d'exérèse ou biopsies). Assoit ou suggère le diagnostic· Fournit certains facteurs pronostiques (dysplasies…) DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL Atteintes inflammatoires d'origine infectieuse Atteintes ischémiques (athérosclérose des vaisseaux mésentériques,lésions post-radiques.…) :· Lésions segmentaires, surtout coliques gauches· Pas d'hyperplasie lymphoïde ni granulome· Possibilité d'une fibrose sténosante

23. ANATOMIE PATHOLOGIQUE Atteinte inflammatoire ulcéreuse, aiguë ou chronique, épargnant l'iléon, affectant en continuité le rectum et le côlon gauche, parfois tout le côlon. MACROSCOPIE - 1er épisode :· Muqueuse hyperémiée et granitée · Discrètes érosions et enduit mucosanguinolent   - A un stade plus évolué :· Larges ulcérations longitudinales, peu profondes, bordées de pseudo polypes · Microrectie, voire microcolie

  • Login