Langage la maternelle vers la syntaxe
Download
1 / 40

Langage la maternelle: vers la syntaxe. - PowerPoint PPT Presentation


  • 103 Views
  • Uploaded on

Langage la maternelle: vers la syntaxe. M.de Monsabert octobre 2012. Le langage est une pratique sociale. 1. Théoriciens du langage. Piaget : l’apprentissage par l’action Vygotski : la double fonction du langage Bruner : le format, l’attention conjointe l’étayage.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Langage la maternelle: vers la syntaxe.' - duena


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Langage la maternelle vers la syntaxe

Langage la maternelle: vers la syntaxe.

M.de Monsabert

octobre 2012



1 th oriciens du langage
1. Théoriciens du langage

Piaget : l’apprentissage par l’action

Vygotski : la double fonction du langage

Bruner : le format, l’attention conjointe

l’étayage


2 les chercheurs didacticiens
2. Les chercheurs/didacticiens

  • L.Lentin : la syntaxe

  • A.Florin: les groupes de parleurs

  • P.Boisseau : la syntaxe et le lexique

  • J-F Simonpoli : l’interaction entre pairs prime


3 apprendre parler et penser
3. Apprendre à parler et à penser

  • Apprendre à penser, à parler penser devant les autres et avec les autres.

  • C’est par la sollicitation du maitre dans les échanges langagiers que l’activité intellectuelle leur permet d’interroger, de réfléchir, d’émettre des hypothèses, de douter, de généraliser, de hiérarchiser


4 1 sp cificit s du langage oral
4 .1.Spécificités du langage oral

Une hiérarchie d’informations différente :

Oral « moi tu sais ! / mon vélo rouge !// eh ben hier ! j’ l’ai cassé ! »

Écrit : Hier, j’ai cassé mon vélo rouge.

Oral« moi mon chat ! Les croquettes il les mange pas !

Écrit : Mon chat ne mange pas de croquettes.


4 2 sp cificit s du langage oral
4.2 Spécificités du langage oral

Les modes d’enchainement implicites :

  • Oral « ah mince alors ! / ah non c’est pas d’chance ! il pleut / on va pas pouvoir faire notre pique-nique ! / ah non c’est trop bête ! on n’a plus qu’à le faire dans le salon !! »

  • Ecrit Il pleut. Le pique-nique est annulé. Maman décide d’installer la nappe à carreaux dans le salon.


4 3 sp cificit s du langage oral
4.3Spécificités du langage oral

  • Oral « Ah ben aujourd’hui c’est pas comme avant hein !// Avant il fallait tout faire à la main ! par n’importe quel temps ! /Maintenant on a les machines/ c’est moins dur hein ! Mais quand c’est en panne ! ça nous pose d’autres problèmes aussi: et puis c’est cher ! / Mais bon au quotidien ! c’est quand même un avantage !»

  • Ecrit Autrefois, la vie des paysans était très pénible. Aujourd’hui, les machines agricoles assurent la plupart des travaux.


5 le langage de l cole
5.Le langage de l’école

  • Le langage « premier » est le langage pratique qui s’apprend dans le quotidien.

  • Le langage à l’école va devenir au fil du temps et du cycle, un langage plus scriptural en s’enrichissant au fur et à mesure des pratiques de l’écrit un langage « second », grâce à une pratique de plus en plus décontextualisée.

  • À condition de ne pas sauter trop d’étapes surtout pour les enfants qui éprouvent des difficultés!


6 quelles difficult s pour le pe
6.Quelles difficultés pour le PE ?

  • Travail qu’on ne peut mener de front avec toute la classe , en impliquant chacun comme à l’écrit.

  • Grande variabilité des compétences selon les individus.

  • Peu reconnu : quelles traces laisser des progrès ?


7 1 quelles conditions pour un r el apprentissage
7.1.Quelles conditions pour un réel apprentissage ?

  • différencier les dispositifs que l’on peut employer selon l’objectif langagier,

  • varier l’étayage à l’intérieur d’un même dispositif

  • Faire en sorte que le groupe ,prenne en charge la cohérence de l’échange collectif (plus que de chercher la correction linguistique)


7 2 l attitude de l enseignant
7.2.L’attitude de l’enseignant

  • Être clair sur les enjeux de la situation

  • Employer un langage précis

  • Avoir une attitude bienveillante loin du laxisme

    et loin de la surnorme.

  • Reformuler

  • Éviter les questions fermées

  • Considérer l’enfant comme un véritable interlocuteur


7 3 dispositifs en grand groupe
7.3.Dispositifs en grand groupe

  • conseils de classe : expliquer, argumenter, débattre

  • lectures d’albums ou vidéos: écouter, regarder, comprendre, restituer

  • ateliers philo: expliquer, argumenter

  • projets: anticiper, expliquer

  • récits : narrer


7 4 dispositifs en petit groupe
7.4.Dispositifs en petit groupe

  • décrire, expliquer, argumenter en sciences, en arts visuels,

  • raconter autour d’un album ou du cahier de vie, d’EPS

  • prendre, demander, donner, ordonner, questionner, argumenter, au coin cuisine

    À condition que:

  • la situation langagière et la tâche soient comprises.

  • l’enfant soit vraiment interlocuteur




9 1 quelques exemples de supports
9.1.Quelques exemples de supports

  • Les cahiers d’EPS

  • Les cahiers de sciences

  • Les albums-échos

  • Les oralbums

  • Les albums

  • Les imagiers

  • Les vidéos


9 2 quelques situations
9.2.Quelques situations

  • Toute situation propice aux interactions (accueil, ateliers)

  • - jeux avec commandes

  • - Les marionnettes

  • - les images de toute sorte

  • - les comptines

  • - coin écoute(comptines, oralbum, albums échos)


9.4.Pratique du langage décontextualisé

Avec le cahier d’EPS

  • Décrire, expliquer, partager les critères de réalisation après la séance d’EPS


9 6 un support pour la syntaxe le cahier de sciences
9.6.Un support pour la syntaxe , le cahier de sciences

  • E1-«ils ont marché sur les feuilles, ils ont glissé.»

  • E2-« dessous, y avait de la colle quand ils marchaient»

  • E3-«mais non, c’est de l’eau parce que les escargots, ils aiment ça l’eau»

  • E1-« ça ressemble à de l’eau qui sortait, mais c’est pas de l’eau »

  • E 4- « oui, parce que ça s’appelle de la bave »


9 7 un support pour la syntaxe le cahier de sciences
9.7.Un support pour la syntaxe, le cahier de sciences

  • E1 -on a dessiné les œufs des escargots dans le terrarium.

  • E2 – mais non, c'est les cailloux dans le fond du terrarium !

  • E3 – i’ lave le terrarium, le monsieur

  • E4 -et ben non, il leur donne de l'eau

  • E2 -oui, parce qu'ils aiment ça l'eau, aussi parce qu'ils ont soif

  • E1 – y ‘en a un qu’est différent des autres

  • E3 – oui, y’ en a même un d’escargot, il a pas des cornes

  • E1- c'est pas des cornes. c'est des tentacules ! et on les voit pas parce qu’il les a rentrées


9 8 les albums parler de l lentin
9.8.Les albums à parler de L.Lentin


9 9 des jeux
9.9. Des jeux


9 10 des comptines
9.10. Des comptines

  • Textes à emporter


9 11 les ouvrages de brissiaud et ouzoulias
9.11 Les ouvrages de Brissiaud et Ouzoulias


10 les albums chos prioritairement pour la syntaxe
10.Les albums échos : prioritairement pour la syntaxe.

  • A partir des photos des enfants en action dans des situations :EPS, cuisine, coins-jeux

  • Sur la base des réactions spontanées des enfants à leurs photos, on établit des échos de leurs tentatives, un peu au delà-de leurs capacités syntaxiques et lexicales du moment.

  • Les interactions adulte-enfant qui s’instaurent autour de tels albums, composés de photos accompagnées de ces échos, aident l’enfant à progresser en syntaxe orale.


Comment observer les progr s
Comment observer les progrès ?

  • Cibler chaque jour un enfant dans une activité ritualisée.

  • enregistrer, écouter , retranscrire.

  • Noter à l’aide de grille (Boisseau), ou noter une phrase


Album cho individuel 1
Album écho individuel 1

Je saute accroché.

C’est moi Naim,

Je saute pour m’accrocher à la barre.


Album cho individuel 11
Album écho individuel 1

C’est dur, avec les bras.

C’est dur d’avancer avec les bras.


Album cho individuel 12
Album écho individuel 1

J’ balance, j’ arrive à l’échelle, ch uis pas tombé.

ça y est, je suis arrivé à l’échelle en me balançant, sans tomber.


Album cho individuel 13
Album écho individuel 1

J’ saute haut dans le tremplin, j’attrape le foulard

Je saute très haut sur le tremplin pour attraper le foulard.


Album cho individuel 14
Album écho individuel 1

On a fini le sport, je joue à mosaïque

On a fini le sport, je peux jouer à faire une mosaïque.


Album cho individuel 2
Album écho individuel 2

En t’ain de mache


Album cho individuel 21
Album écho individuel 2

En tain d’mont escaliers


Album cho individuel 22
Album écho individuel 2

En tain de saut’


Album cho individuel 23
Album écho individuel 2

Là, quand fais topocan


11 1 les albums en syntaxe adapt e
11.1.Les albums en syntaxe adaptée

  • Livres à parler

  • Textes réécrits dans une syntaxe qui permet à l’élève de comprendre et de s’approprier une histoire

  • La restituer tout en se situant à un niveau immédiatement supérieur à ses possibilités

  • Choisir le niveau: PS,MS,GS

  • Identifier les objectifs syntaxiques

  • Noter l’oral de la version adaptée

  • Préciser le vocabulaire activé


11 2 les oralbums de boisseau
11.2 Les oralbums de Boisseau


12 1 l valuation pourquoi si difficile
12.1.L évaluation: pourquoi si difficile ?

  • La pratique de l’oral est transversale

  • L’oral est difficile à observer et analyser

  • L’ oral implique l’ensemble de la personne

  • L’oral est marqué par les pratiques sociales

  • L’oral ne laisse pas de traces

  • L’évaluation nécessite beaucoup de temps


Mots cl s
Mots clés

  • Dialogue et interaction

  • L’oral ne précède pas l’écrit

  • Statut d’interlocuteur


ad