Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 40

B-III Loi de Laplace PowerPoint PPT Presentation


  • 191 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

B-III Loi de Laplace. B-III.1 Charges en mouvement dans un champ magnétique. Considérons une charge électrique q en mouvement à la vitesse dans un champ d’induction magnétique . Cette charge est soumise à la force dite force de Lorentz

Download Presentation

B-III Loi de Laplace

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

B-III Loi de Laplace

B-III.1 Charges en mouvement dans un champ magnétique

Considérons une charge électrique q en mouvement à la vitesse dans un champ d’induction magnétique .

Cette charge est soumise à la force dite force de Lorentz

La force de Lorentz est perpendiculaire à la vitesse, donc elle ne travaille pas.

Il en résulte que l’énergie cinétique se conserve sous le seul effet de cette force.

Donc le module de la vitesse se conserve également, ce qui veut nullement dire que le vecteur vitesse soit constant.


Slide3 l.jpg

z

O

xo

t=0, Mo

y

x

Orientation de la force : donnée par le produit vectoriel

Exemple N°1 : Mouvement dans un champ magnétique uniforme

Pour une charge q > 0 (pour fixer les dessins) de vitesse la force de Lorentz dans un champ choisi sur

Posons rayon position complexe projetée dans le

plan xy. L’équation du mouvement devient

Soit aussi

Mouvement suivant donc suivant

Vitesse constante et mouvement de translation uniforme

Mouvement dans le plan xy

En notations complexes


Slide4 l.jpg

z

y

Mo

x

x

A t = 0 nous avons r = xo et il vient

Calculons l’équation de la trajectoire dans le plan xy à partir du module de

Soit équation d’un cercle de centre et de rayon

Le module de la vitesse projetée dans le plan xy est constant


Slide5 l.jpg

y

x

z

+ + + + + + + + + + + +

I

-e

a

d

- - - - - - - - - - - -

Exemple N°2 : Effet Hall

Voici un exemple important utilisé pour le mesure du champ magnétique. Un conducteur métallique de type parallélépipède rectangle est soumis dans la direction de sa faible dimension (y) à un champ magnétique uniforme

Sur les électrons mobiles associés au courant injecté dans le sens de la longueur (x), la force de Lorentz donne un déplacement suivant z et pour les sites lacunaires positifs un déplacement opposé. Il apparaît un champ électrique croissant en z qui crée une force opposée à celle de Lorentz. Le champ électrique en z croît jusqu’à l’égalité en module des deux forces, les charges se déplaçant alors en ligne droite.

La différence de potentiel dans la direction z de dimension d est la tension Hall donnée par

Le champ électrique est donné par l’égalité des forces soit

Le courant est relié à la vitesse par la relation de la densité de courant soit

La tension Hall s’écrit

Elle permet des mesures de , de même que la détermination de la densité de porteurs n.

n = densité de porteurs


Slide6 l.jpg

Axe du champ

Ceinture de Van Allen Interne

Ceinture de Van Allen Externe

Distance à la Terre en Rayons terrestres

Exemple N°3 : Ceinture de Van Allen


Slide7 l.jpg

Particules chargées venant du Soleil entrant dans le champ magnétique terrestre

Protons piégés dans la ceinture interne

Pôle Nord

Pôle Sud

Électrons piégés dans la ceinture externe

Exemple N°3 : Ceinture de Van Allen


Slide8 l.jpg

Exemple N°3 : Ceinture de Van Allen


Slide10 l.jpg

B-III.2 La force de Laplace

Si la charge q appartient à une famille de charges en mouvement dans un conducteur, charges contribuant à l’existence d’un courant I, il est possible de relier la force de Lorentz à la force qu’un champ magnétique crée sur un élément de courant.

Soit n la densité de charges participant au courant électrique, animées d’une vitesse moyenne .

Pendant le temps δt, la quantité de charges δq qui passe une section du fil est soumise à la force totale

Si on écrit il vient

Le résultat précédent constitue la loi de Laplace qui donne la force exercée par un champ magnétique sur un élément de courant (pris dans un circuit fermé qui n’est pas représenté à ce stade de la présentation)


Slide11 l.jpg

  • Propriétés de la force de Laplace

  • Direction normale aux deux vecteurs courant et champ

  • Sens donné par l’orientation du produit vectoriel qui la définit (toute les méthodes d’orientation de la force sont bonnes si justes)

  • L’intensité de la force est proportionnelle à l’intensité du courant et à la valeur du champ

  • L’intensité de la force est donnée par le module du produit vectoriel dont on rappelle l’expression


Slide12 l.jpg

B-IV Loi des actions électrodynamiques d’Ampère

B-IV.1 Définition

Après avoir constaté l’existence des charges électriques, nous avons mis l’interaction entre ces charges en tête du cours d’électrostatique, la fameuse loi de Coulomb.

Se pose maintenant le problème de l’interaction entre les courants que nous allons développer grâce aux éléments de courant.

Remarque: Nous avons vu dans le cours de S1 consacré aux Concepts de la Physique qu’il n’existait qu’une seule Interaction Fondamentale Électromagnétique: la force de Coulomb. La loi de force que nous allons introduire en Magnétostatique n’est pas une force supplémentaire mais une émanation de la force de Coulomb lorsque l’espace-temps est relativisé.

La loi des actions électrodynamiques d’Ampère exprime la force d’un circuit filiforme C1 parcouru par un courant I1 sur un autre circuit filiforme C2 parcouru par un courant I2.

Circuit filiforme 1

C1

I1

Circuit filiforme 2

C2

I2


Slide13 l.jpg

  • Considérons, pris dans ces deux circuits, deux éléments de

  • courant de C1 au point M1 et de C2 au point M2.

  • Le vecteur qui les joint est

  • Par définition la force que l’élément de courant exerce sur

  • l’élément de courant est donnée par

  • Cette force élémentaire est mathématiquement plus compliquée que la force de Coulomb

  • Cette force élémentaire n’a pas de réalité physique. En effet la troisième loi de Newton (vue au Lycée), loi de l’action égale à la réaction, stipule que la force que l’élément de courant

    exerce sur l’élément de courant est donnée par l’opposée

    de la précédente, soit

    Or il est facile de montrer qu’il n’en est pas ainsi.

Circuit filiforme 1

C1

I1

M1

C2

I2

Circuit filiforme 2

M2

Avec et il faudrait avoir

Par exemple pour le deuxième membre est nul, ce qui n’implique pas la nullité du premier.


Slide14 l.jpg

  • Bien que la force élémentaire ne soit pas physique elle reste valable tant qu’elle ne prétend pas représenter une réalité physique. La seule réalité physique ici est la force entre les deux circuits dans leur entier. Nous n’y sommes pas encore.

  • Calculons la force que l’ensemble du circuit C1 parcouru par I1

  • crée sur l’élément de C2 .

  • Arrivé à ce stade on reconnaît

  • D’une part le champ magnétique créé par la spire (C1, I1) au point M2

  • La force de Laplace que ce champ magnétique crée sur l’élément du circuit C2

Circuit filiforme 1

C1

I1

M1

C2

I2

Circuit filiforme 2

M2


Slide15 l.jpg

Circuit filiforme 1

C1

I1

M1

C2

I2

Circuit filiforme 2

M2

Une deuxième sommation nous donne la force que l’ensemble du circuit C1 crée sur le circuit C2 .

Soit aussi avec l’expression du champ magnétique

C’est sous cette forme que la force répond aux exigences des principes physiques et en particulier à la troisième loi de Newton. Il faut que

Bien que l’expression de la force ne semble pas donner aux deux circuits des rôles symétriques, cette expression satisfait au principe de Newton.


Slide16 l.jpg

  • Propriétés de la force entre deux circuits

  • C’est une loi déduite de résultats expérimentaux (Ampère), loi de base de la Magnétostatique

  • L’intensité de la force varie globalement comme l’inverse du carré des distances

  • L’intensité de la force est directement proportionnelle à chacun des courants des circuits

  • Son orientation dépendant de la géométrie globale, celle des deux spires comme de leur relative disposition, elle n’est pas directement observable dans un cas quelconque.

  • Elle satisfait la troisième loi de Newton.

    Montrons cette dernière propriété.

    Considérons la relation entre trois vecteurs quelconques

    Appliquée dans l’expression de la force elle donne

    Considérons le premier terme écrit sous la forme

    Dans cette expression l’intégrale porte sur la fonction continue intégrée sur un

    contour fermé ce qui donne un résultat nul


Slide17 l.jpg

A’

B’

q

r

d

q

q

A

B

La force entre les deux circuits se trouve maintenant écrite sous la forme antisymétrique par échange

des deux circuits

B-IV.2 La force de Lorentz-Laplace est-elle une nouvelle force

Ce qui suit n’a pas prétention à démonstration rigoureuse, mais cherche simplement à montrer que la seule force de Coulomb, moyennant quelques aménagements, fait apparaître une composante supplémentaire en tous points conforme à la force de Lorentz. Un calcul rigoureux devrait se faire dans le cadre de la Relativité Restreinte.

Soit deux particules chargées, identiques, q > 0 pour fixer la figure, se déplaçant à la même vitesse sur des trajets parallèles espacés de d. A l’instant t = 0 elles sont en A et B. Si on suppose, et c’est là une hypothèse non contenue dans la loi de Coulomb, que l’interaction électrique ne se propage pas à une vitesse infinie mais à la vitesse de la lumière c, l’action issue de la charge A sur la charge B ne sera ressentie qu’en position B’, à une distance r et non d.


Slide18 l.jpg

B’

d

A’

q

q

Le temps de parcourt entre A et B’ pour l’action est le même que le temps de parcourt entre B et B’ pour la charge qui va subir l’action.

La force de Coulomb modifiée peut s’écrire en module, force répulsive

Nous reconnaissons, dans le premier terme, la force de Coulomb classique où les interactions sont

supposées instantanées ayant parcouru une distance d

Le deuxième terme peut prendre avec la relation la forme

Nous savons que la quantité est assimilable à un élément de courant

Le terme n’est autre que le champ magnétique créé en

B’ par la charge A’ en mouvement avec le sens donné par la figure. Apparaît alors une force dont le module correspond bien au deuxième terme de la force de Coulomb modifiée et dont le sens est tel qu’il donne bien le signe négatif, deux courants de même sens s’attirent, alors que deux charges de même signe se repoussent.


Slide19 l.jpg

(Dû à ia)

B-IV.3 Force entre deux fils parallèles – Définition de l’Ampère

A la distance d le fil (a) très long parcouru par un courant ia crée à la distance d un champ magnétique

perpendiculaire au fil (b) de module

Soit une force sur la longueur L du fil (b)

La force par unité de longueur est

Soit la définition de l’Ampère qui a prévalu pendant de très nombreuses années:

« L’ampère est le courant qui traverse deux fils parallèles très longs situés à 1m l’un de l’autre et qui exercent entre eux une force de 2.10-7 N par mètre »

Si les courants sont dans le même sens la force est attractive, répulsive dans le cas inverse.


Slide20 l.jpg

Circuit filiforme

C

I

M

Sources de

B-V Circuit dans un champ magnétique

B-V.1 Retour sur la loi de force

Nous avons à notre disposition une loi de force entre les circuits, loi des actions électrodynamiques d’Ampère, que nous n’avons pas beaucoup exploitée jusqu’à maintenant. La difficulté mathématique qu’elle porte justifiant cela.

Soit un champ magnétique créé en tout point M par un ensemble de sources non précisé, si ce n’est que ces sources ont des propriétés indépendantes du circuit C , courant et position . La force que cet ensemble de sources crée sur le circuit C parcouru par le courant I est une résultante de la sommation de la loi de Laplace

Au même titre que la loi de force de Coulomb peut être mise en évidence expérimentalement par la balance de Coulomb, la balance de Cotton permet de mesurer (entre autres dispositifs) la force qu’un champ magnétique provoque sur un circuit parcouru par un courant.

Balance de Cotton


Slide21 l.jpg

Circuit filiforme

C

I

Sources de

I

C

I

C

B-V.2 Énergie potentielle magnétique d’un circuit dans un champ créé par des sources extérieures

Pour que le circuit C parcouru par un courant I soit à l’équilibre il faut lui appliquer une autre force due à

un observateur mécanique extérieur avec

Afin d’estimer l’énergie potentielle du circuit (C , I), calculons le travail de l’observateur qui est condamné à déplacer le circuit depuis un endroit très éloigné (nous pouvons dire l’infini), là où les sources exercent une force jugée négligeable, jusqu’à un endroit où les actions en question sont appréciables.

Effectuons d’abord un déplacement infinitésimal du circuit

Sur l’élément du circuit (C , I) s’exercent les forces

avec un travail pour le déplacement

expression qui peut prendre la forme


Slide22 l.jpg

C

C

C

C

Sources de

Sources de

I

I

I

I

La quantité représente le vecteur surface élémentaire dont la norme est la surface infinitésimale balayée par l’élément du circuit C lors du déplacement . Ainsi

Si on introduit le flux élémentaire coupé par lors du déplacement , il vient

Si on considère le travail de l’observateur pour le déplacement infinitésimal de l’ensemble du circuit C

, expression dans laquelle est le flux coupé par tout le circuit C .

Considérons maintenant le déplacement du circuit depuis une zone éloignée des sources de . Lors de ce déplacement le

circuit coupe un certain flux et

C

C

I

Si on considère la surface fermée constituée des deux surfaces s’appuyant sur C à  et en position finale Sf et par la surface latérale balayée, le flux à l’infini étant nul il reste que


Slide23 l.jpg

I

Sf

Sur cette surface fermée la normale extérieure pour la surface finale Sf est inverse à celle de l’orientation conventionnelle. On en déduit que

La quantité étant le flux à travers la surface S du circuit dans sa position finale avec la normale correctement orientée.

L’énergie potentielle du circuit (C , I) dans le champ des sources extérieures est donnée par le travail de l’observateur, donc :

En notations simplifiées

A condition que l’on sache de quoi l’on parle


Slide24 l.jpg

B-V.3 Actions sur un circuit dans un champ créé par des sources extérieures

  • L’expression de l’énergie potentielle du circuit dans le champ magnétique créé par un ensemble de sources nous permet de calculer les éléments d’action de ces sources sur le circuit.

  • Force qu’un ensemble de sources de champ magnétique crée sur un circuit

  • étant connu en chaque point du circuit il est possible de calculer directement la force avec l’expression intégrée

  • L’autre méthode consiste à prendre les variations de l’énergie potentielle

    Moment des forces dans la rotation autour d’un axe

  • Soit par un calcul direct en prenant la somme des moments des forces élémentaires

  • Soit en faisant une variation de l’énergie potentielle


Slide25 l.jpg

b

A

D

dX

X

I

x

B

C

Exemple d’application du calcul des actions sur un circuit

Un cadre rectangulaire ABCD, parcouru par un courant I est placé dans le champ magnétique créé par un fil très grand, placé dans le plan du cadre, parallèle à AB = a et parcouru par un courant I’. Le repère géométrique est celui de la figure avec dans le plan du cadre qui est le plan de la figure perpendiculaire.

Le champ magnétique créé par le fil à la distance X est

Son flux sur la bande de surface élémentaire de largeur dX

est attention à l’orientation de la

surface du circuit. Le flux total est donné par avec x > 0

L’énergie potentielle prend la forme

Le calcul de la force à partir de cette expression donne

I’

a


Slide26 l.jpg

x+b

b

A

D

I

a

x

B

C

X

Calcul direct de la force

Le côté AB du circuit est placé dans l’induction constante

La force s’écrit directement

On en déduit la force

Les deux forces sur BC et DA s’annulent par symétrie.

Il reste pour la force totale

Expression conforme avec celle trouvée par l’énergie.


Slide27 l.jpg

Pour calculer le moment des forces de rotation du cadre il faut le sortir du plan qu’il faisait avec le fil. Soit donc un axe parallèle au fil, passant au milieu de BC et DA autour duquel le cadre peut tourner. Un dessin vu du dessus n’est pas inutile en complément du dessin en perspective.

d

D

b

A

C,D

c

dc

a

r

I

I’

d

A,B

C

Dans cette configuration le champ magnétique varie en norme et en direction à la surface du circuit. Suivant la figure

et

B

Nous avons les relations géométriques et

Il vient alors


Slide28 l.jpg

Il vient pour le calcul du flux l’expression suivante obtenue en intégrant en c le long du cadre

L’énergie potentielle s’écrit

Le calcul du moment des forces donne

Il est possible de retrouver cette expression par un calcul direct du moment des forces (exercice à faire).

Tracé avec : d = 1 et b = 1

W


Slide29 l.jpg

Tracé avec : d = 1 et b = 1.8

W


Slide30 l.jpg

z

S

C

y

O

x

C

B-VI Dipôle Magnétique

Nous avons vu le dipôle électrique comme une entité physique constituée de deux charges électriques opposées ±q situées à une très courte distance l’une de l’autre. Un dipôle électrique est caractérisé par son moment dipolaire

Un dipôle magnétique est schématisé par une petite boucle de courant C parcourue par un courant i, caractérisée par un moment magnétique

On montre que l’intégrale de surface est indépendante de la surface qui s’appuie sur C.

Considérons l’identité

Valable pour toute surface S s’appuyant sur C .

Si maintenant nous prenons il est facile de démontrer que

Nous obtenons une nouvelle expression du moment magnétique


Slide31 l.jpg

M

z

y

O

x

i

C

M’

Potentiel magnétique vecteur

Cherchons le potentiel magnétique vecteur créé à grande distance par une boucle de courant de petite dimension, dans les conditions

suivantes Par définition

Nous pouvons écrire le développement

Il vient pour le potentiel magnétique vecteur

La première intégrale est nulle puisque sur un parcours fermé

Le potentiel magnétique vecteur peut alors s’écrire

Considérons l’identité pour toute fonction dérivable f. Dans notre cas nous avons


Slide32 l.jpg

Champ magnétique

Nous y avons accès par la relation soit

Le rotationnel se calcule au point M, extrémité de , lieu qui ne concerne pas .

Utilisons l’identité générale avec

Soit puisque

Il vient

Énergie potentielle d’un dipôle magnétique dans un champ magnétique extérieur.

Nous connaissons l’énergie potentielle magnétique d’un circuit parcouru par un courant i, placé dans un champ magnétique extérieur qui produit dans le circuit un flux Ф

Dans le cas du dipôle magnétique, de très petite dimension par rapport à l’échelle de grandeur de variation de , ce champ peut être considéré comme pratiquement constant sur la surface du dipôle

Soit l’énergie potentielle recherchée

M


Slide33 l.jpg

z

y

O

x

C

M

i

Action d’un champ magnétique extérieur sur un dipôle magnétique

Expression de la force

Comme pour un circuit fermé quelconque, la force dans un champ magnétique uniforme est nulle.

Pour un champ localement non uniforme Transformons cette expression avec

Comme le moment magnétique est un vecteur constant et que en l’absence de densité de

courant locale la force prend une forme plus commode

Moment des forces en un point O

M

En transformant les produits vectoriels

Pour peu variable sur la petite spire du dipôle la deuxième intégrale donne avec sortie de quasiment constant

Nous avons rencontré l’expression dans le calcul de


Slide34 l.jpg

S1

Circuit filiforme 1

C1

I1

M1

M

S2

C2

I2

Circuit filiforme 2

M2

B-VI Deux circuits filiformes en interaction

B-VI.1 Coefficients d’inductance mutuelle

Cherchons à exprimer le flux que le circuit (C1, I1) envoie dans le circuit C2. En un point M de l’espace le champ créé par (C1, I1) est

Le flux au travers d’une surface S2 qui s’appuie sur C2 est

Soit en combinant les deux expressions

Nous voyons que le flux envoyé par le circuit (C1, I1) dans le circuit C2ne dépend électriquement que du courant I1 les autres paramètres étant géométriques. Nous pouvons écrire le coefficient M12 étant l’inductance mutuelle existant entre le circuit C1 et le circuit C2 .

Ce coefficient M12 a une forme compliquée

Si on cherche à calculer le flux que le circuit (C2, I2) envoie dans le circuit au travers de la surface S1 on trouve une expression

équivalente avec

W


Slide35 l.jpg

Symétrie des coefficients d’inductance mutuelle (complément)

Les formes trouvées pour les coefficients M12 et M21 ne permettent pas de voir directement que M12 = M21

Procédons autrement en utilisant le potentiel magnétique vecteur jusqu’à présent peu mis en œuvre.

La potentiel magnétique vecteur créé par le circuit (C1, I1) au point M est

Le flux du champ magnétique créé par (C1, I1) au travers de la surface S1 portée par C2 est

Soit avec la relation de définition

L’introduction de l’expression de dans cette dernière expression donne

Une forme symétrique de M12 est déductible de cette formule

L’inversion des indices ne souffrant d’aucune difficulté.

Hormis les difficultés mathématiques du calcul des coefficients d’inductance mutuelle, la formule de Neumann ci-dessus ne souffre pas de définition de principe. Il n’en va pas de même pour le calcul direct de ce que l’on appelle l’inductance propre d’un circuit, que ce dernier soit filiforme ou pas. Il est malheureux de trouver dans de nombreux ouvrages des définitions erronées qui, voulant faire simple, masquent totalement la réalité des difficultés posées à la mise en équation de l’auto-induction. Nous ne chercherons pas à définir trop hâtivement le fameux coefficient L d’un circuit sachant que son calcul n’a rien de trivial, bien que son usage soit très répandu.


Slide36 l.jpg

I’

b

A

D

I

x

B

C

Exemple du fil et du cadre

Nous avons trouvé que le flux envoyé par le fil dans le cadre est

Soit un coefficient d’inductance mutuelle

Le fil étant refermé à l’infini, il est moins évident d’en calculer le flux reçu par le cadre pour prouver la symétrie des coefficients.

Il est toutefois possible de retrouver ce résultat moyennant quelques calculs élémentaires mais laborieux (voir le complément qui suit)

a


Slide37 l.jpg

c

I’

c

b

D

A

I

I

a

x

B

C

c

Coefficient d’inductance mutuelle entre cadre et fil (complément)

Le fil est considéré comme le côté d’un cadre rectangulaire se refermant à l’infini. Avant de passer à l’infini, considérons un grand cadre de côtés c et 2c placé dans le même plan que le cadre ABCD (voir figure). Il est possible de calculer le flux envoyé par le cadre ABCB dans ce grand cadre. Il est facile de se convaincre que le flux du champ créé par les deux segments symétriques BC et DA est nul. Pour les deux autres segments des intégrales classiques donnent

avec f(c) =

Un passage à la limite c (excellent exercice pour des étudiants de premier cycle) redonne le coefficient d’inductance mutuelle entre le fil et le cadre.

Expression dans laquelle e = a/2


Slide38 l.jpg

Courant total I uniformément réparti

Rayon a

r

M

B-VII Circuit dans son propre champ

L’étude d’un circuit filiforme dans son propre champ n’est pas sans poser problème puisque dans l ’approximation d’un fil de section négligeable, portant un courant fini, le champ créé au voisinage du fil n’est pas défini. D’autre part si le circuit est de section non nulle, il sera impossible de lui associer une surface définie pour y en calculer le flux.

Par exemple nous savons que le champ à la distance r d’un fil rectiligne très grand parcouru par un courant I

est en norme quantité qui diverge lorsque r tend vers 0.

Il est donc nécessaire de considérer des fils de section finie lorsqu’il faut se rapprocher d’eux.

B-VII.1 Champ créé par un très grand fil de section finie

  • Pour r > a l’application du théorème d’Ampère sur un cercle de rayon r, passant par M, et centré sur l’axe du fil,

    donne directement soit

  • Pour r < a la même application du théorème d’Ampère

    Donne soit

    La variation du champ en fonction de r est donnée sur la courbe suivante


Slide39 l.jpg

B

r

0

a

Ce calcul est important car il montre que le champ ne diverge pas au voisinage du fil et tend vers zéro au centre du fil.


Slide40 l.jpg

Se pose alors le problème du calcul du flux propre créé par un circuit, non filiforme.

Comme il n’est pas possible de définir une surface S qui s’appuie sur ce circuit puisqu’il n’est pas réductible à une seule courbe, nous ne chercherons pas à définir le flux propre à un circuit donné.

Nous reviendrons sur cette question par une méthode énergétique pour définir le coefficient d’inductance propre L d’un circuit.


  • Login