Troubles anxieux troubles n vrotiques chez l enfant et l adolescent l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 15

Troubles anxieux, troubles névrotiques chez l’enfant et l’adolescent PowerPoint PPT Presentation


  • 475 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Troubles anxieux, troubles névrotiques chez l’enfant et l’adolescent. Cours Orthophonie Dr S. Viaux. Plan . Généralités et psychopathologies Les manifestations anxieuses Définition Clinique Crise d’angoisse aiguë Anxiété chronique Les manifestations névrotiques Conduites phobiques

Download Presentation

Troubles anxieux, troubles névrotiques chez l’enfant et l’adolescent

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Troubles anxieux troubles n vrotiques chez l enfant et l adolescent l.jpg

Troubles anxieux, troubles névrotiques chez l’enfant et l’adolescent

Cours Orthophonie

Dr S. Viaux


Slide2 l.jpg

Plan

  • Généralités et psychopathologies

  • Les manifestations anxieuses

    • Définition

    • Clinique

      • Crise d’angoisse aiguë

      • Anxiété chronique

  • Les manifestations névrotiques

    • Conduites phobiques

    • L’inhibition

    • Conduites obsessionnelles

    • Conduites hystériques

  • Principes thérapeutiques des troubles névrotiques de l’enfant et de l’adolescent

Dr S. VIAUX


G n ralit s et psychopathologies l.jpg

Généralités et psychopathologies

  • Anxiété : entre normal et pathologique

  • Critères pathologiques :

    • Intensité

    • Durée

    • Fréquence

    • Vécu de souffrance

    • Retentissement

    • Temporalité développementale

  • Anxiété pouvant être «transformée, convertie» en tr névrotique

Dr S. VIAUX


Les th ories tiopatog niques l.jpg

Théorie psychanalytique (S. Freud)

Aménagement défensif face à l’angoisse.

Le symptôme est un signe d’appel d’un conflit inconscient

Le S est le produit d’un déplacement inconscient du conflit à rechercher et analyser pour lever la symptomatologie

Théorie de l’apprentissage (Pavlov)

Le symptôme est la conséquence d’un apprentissage déviant

Conditionnement

Travail thérapeutiques sur les mécanismes de renforcement des conditionnements

Théorie Neuro-biologique

Les théories étiopatogéniques

Dr S. VIAUX


Particularit s chez l enfant l.jpg

Particularités chez l’enfant

  • Complexité de la notion de symptôme chez l’enfant

    • Consultation sur impulsion des parents ou des enseignants

    • L’enfant souffre souvent plus du retentissement, que du S lui-même

    • Persistance du S par présence de bénéfices secondaires

    • S peut témoigner d’un dysfonctionnement familial : le fonctionnement familial s’organise autour du S de l’enfant pour éviter de se confronter à ses conflits profonds

  • Aspect développemental

    • Expressions cliniques banales à certains âges (anxiété de séparation..)

    • S peuvent correspondre à des moments adaptatifs

    • Contexte environnemental à intégrer (pérennisation des S)

  • Pathologies présentant une continuité à l’âge adulte :

    • Phobies simples

    • L’inhibition anxieuse

    • L’anxiété de séparation évoluant sous forme de phobie scolaire, puis tr panique

Dr S. VIAUX


Troubles anxieux l.jpg

Anxiété : Sentiment confus (à la différence de la peur), peur sans objet, crainte d’un danger imprécis sans manifestations somatiques

Angoisse : sensation de malaise intense, crainte sans objet associée à des manifestations somatiques

Anxiété Chronique

Tension quasi permanente

Anxiété d’anticipation

Présentation : enfant hypersensible, d’humeur labile, nécessité de réassurance permanente

Expression : par le langage, plaintes somatiques, décharges motrices (tics), indirectement dans ses rêves, ses jeux, ses dessins

Troubles anxieux

Dr S. VIAUX


Crise d angoisse aigu l.jpg

Début imprévisible et spontané, très rapidement maximale (moins de 10 minutes)

Développemental : évolution de l’expression anxieuse du somatique, au langage, aux pathologies de l’agir (fugues, hétéro agressivité)

Manifestations subjectives de la crise : impression de malaise interne, de catastrophe imminente, accompagnée de peur (de mourir, de devenir fou, de perdre le contrôle de soi même)

Manifestations somatiques souvent au premier plan chez le très jeune enfant :

Cardiaques :Tachycardie avec palpitations, douleurs précordiales, une oppression thoracique

Digestifs : nausée, douleurs abdominales, crise diarrhéique ou polyurique à la sédation de la crise

Pulmonaires : Sensation d’étouffement, striction pharyngée, hyperventilation Neurologiques : paresthésies, céphalées, tremblements, crampes, sensations d’étourdissement, de vertiges, parfois évanouissement

SNA : hypersudation, bouffées de chaleur, froideur des extrémités

Crise d’angoisse Aiguë

Dr S. VIAUX


Manifestations phobiques l.jpg

De « phobos » : crainte soudaine, effroi, peur irréfléchie, irrationnelle d’une situation ou d’un objet ne présentant pas de caractère objectivement dangereux

Peur disparaissant en dehors de l’objet ou de la situation

L’enfant au développement cognitif suffisant est conscient du caractère excessif et irrationnel de sa peur

Anxiété anticipatoire

Stratégies défensives

Objet coontra-phobiques

évitement

Développement :

Eléments phobiques physiologiques : peur du noir à 2, 3 ans, des gros animaux, des ogres à 3 ans

Angoisses de séparation avec rituels du coucher…

Dysmorphophobie : phobies du corps et de son apparence à l’adolescence

Pathologiques si : se prolongent, intensité inhabituelle, souffrance morale, retentissement sur la vie quotidienne

Phobies scolaires : refus scolaire anxieux

Manifestations phobiques

Dr S. VIAUX


Trouble obsessionnel comppulsif l.jpg

Trouble Obsessionnel Comppulsif

  • Latin, « obsessio » : siège, action d’assiéger

  • Obsession : pensée assiégée par des idées dont le patient va tenter de se défendre par des actions

  • Obsessions idéatives (folie du doute) : Ruminations obsédantes, incoercibles portant sur une idée, une image, un nom, un chiffre ou une pensée abstraite.

    • Rituels de vérifications

  • Obsessions phobiques : Craintes obsédantes, assiégeant l’esprit et concernant un objet ou une situation (même en dehors de leur présence contrairement à la phobie), Thème ++ : maladies, microbes, saleté (folie du toucher)

    • Défenses secondaires : compulsions de lavage ou de vérification

  • Obsessions impulsives ( phobies d’impulsions) : Crainte angoissante et assiégeante d’être amené de façon irrésistible et contre sa volonté à réaliser un acte ridicule, répréhensible ou immoral

    • Importante lutte anxieuse, grande culpabilité, mais passage à l’acte exceptionnel

  • Dr S. VIAUX


    Toc 2 l.jpg

    Compulsions

    Actes répétitifs qui s’imposent au sujet et qu’il ne peut s’empêcher d’accomplir

    Lutte anxieuse (-) intense en partie soulagée par l’acte, mais intense si l’acte ne peut pas être effectué

    Rituels

    Formes plus élaborées, plus complexes d’actes compulsifs, valeur quasi magique de l’acte (annulation)

    Séquences d’actes élémentaires, portant sur des actions quotidiennes, que le sujet s’oblige à effectuer :

    Rituels intériorisés ; effectuer des calculs mentaux, arythmomanies

    Rituels extériorisés : lavage, habillage, rangements, vérifications

    Développement :

    Selon le niveau de dvpt reconnaît le caractère égodystonique des troubles : honte, peut masquer les S.

    L’enfant plus jeune : manifestations non spé d’agitation, de colère, de repli, difficultés scolaires

    Rituels physiologiques :

    Faire tomber des objets de manières répétitives, jeux d’apparition et disparition

    Rituels de l’apprentissage sphinctérien

    Rituel du coucher

    Critères pathologiques :

    Apparition tardive, angoisse, mal-être si rituel incomplet, retentissement sur la vie de l’enfant et de sa famille

    TOC (2)

    Dr S. VIAUX


    L inhibition n vrotique 1 l.jpg

    L’inhibition Névrotique (1)

    • Limitation plus ou moins intense de l’expression intellectuelle, verbale et motrice, touchant autant les conduites externes et socialisées que les conduites mentalisées.

    • À ne pas confondre avec une carence des potentiels ou de l’efficience intellectuelle.

    • Normal dans certaines situations (confrontation à l’inconnu, la nouveauté, contrôle…) et à certaines périodes du développement (puberté…)

    • La persistance de ce trouble peut perturber le développement intellectuel de l’enfant, son épanouissement et sa scolarité.

    Dr S. VIAUX


    L inhibition n vrotique 2 l.jpg

    L’inhibition Névrotique (2)

    • Inhibition intellectuelle

      • difficulté à penser, crainte de se tromper, difficulté de participation, impression de « niaiserie »

    • Inhibition à fantasmer

      • pauvreté imaginaire (dans le jeu, les dessins…), difficulté à témoigner de ses émotions

    • Inhibition relationnelle

      • difficulté à nouer des relations avec les pairs, repli sur soi, isolement. Enfants trop calmes, trop sages…

    • Corporellement

      • Gestes empruntés, raideur, pauvreté de la mimique, ralentissement.

    Dr S. VIAUX


    Trouble conversif 1 l.jpg

    Trouble conversif (1)

    • Manifestations cliniques d’allure somatique et d’origine psychogène.

    • Critères des symptômes conversifs

      • Absence de systématisation organique

      • Absence de simulation, ni pathomimie

      • La suggestibilité

      • La labilité, la variabilité dans le temps, réversibilité du symptôme

      • Existence de facteurs déclenchants, le symptôme n’est pas choisi par hasard (en rapport avec le conflit sous-jacent)

      • Bénéfices primaires

      • Bénéfices secondaires

      • La « belle indifférence » par rapport à ces symptômes

    Dr S. VIAUX


    Trouble conversif 2 l.jpg

    Manifestations aiguës : crises tétaniformes, pseudo-convulsives, à caractère spectaculaire

    Manifestations durables : paralysies, contractures, mvts anormaux, tr sensoriels, mutisme, tr mnésiques

    Troubles de la conscience : états seconds ou crépusculaires, amnésies, fugues

    Tjs éliminer une pathologie somatiques

    Théorie psychanalytique :

    Transformation inconsciente du conflit intrapsychique source d’angoisse en spt somatique avec anéantissement de l’angoisse

    Chez l’enfant le conflit concerne svt un des proches et peut avoir valeur communicationnelle et induire des bénéfices secondaires

    Abord familial imp

    Stress collectifs : « épidémies» de spt conversifs dans les écoles

    Trouble conversif (2)

    Dr S. VIAUX


    Principes th rapeutiques l.jpg

    Principes thérapeutiques

    • Examen clinique et paraclinique

    • Abord familial

    • Abord individuel

    • Parfois : chimiothérapie type anxiolytique ou anti-obsessionnel, voire hospitalisation

    Dr S. VIAUX


  • Login