Diagnostic anténatal d’une polykystose rénale à transmission autosomale dominante
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 1

Diagnostic anténatal d’une polykystose rénale à transmission autosomale dominante PowerPoint PPT Presentation


  • 64 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Diagnostic anténatal d’une polykystose rénale à transmission autosomale dominante. Ben Temime.R, Ben Ghrib R, Zouari.S, Mathlouthi.N, Attia.L, Makhlouf.T, Chechia.A, Koubaa.A Service de gynécologie Obstétrique « A » Hôpital Charles Nicolle Tunis.

Download Presentation

Diagnostic anténatal d’une polykystose rénale à transmission autosomale dominante

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Diagnostic ant natal d une polykystose r nale transmission autosomale dominante

Diagnostic anténatal d’une polykystose rénale à transmission autosomale dominante

Ben Temime.R, Ben Ghrib R, Zouari.S, Mathlouthi.N, Attia.L, Makhlouf.T, Chechia.A, Koubaa.A

Service de gynécologie Obstétrique « A » Hôpital Charles Nicolle Tunis

Introduction: La polykystose rénale autosomique dominante (ADPKD) est une maladie génétique survenant chez un nouveau-né sur 1000 faisant de cette affection la forme héréditaire la plus fréquente d’atteinte rénale et représente jusqu’à 10 % des causes totales d’insuffisance rénale chronique terminale.

Objectif :Etudier l’apport de l’échographie au diagnostic prénatal de la polykystose rénale et recueillir les éléments du pronostic.

Observation

Mme BA âgée de 36 ans aux antécédents familiaux de grand-mère, de tante maternelle et de cousines maternelles atteintes de polykystose rénale; aux antécédents personnels d’insuffisance rénale chronique secondaire à une polykystose rénale au stade d’hémodialyse depuis 2004. Patiente primigeste nullipare ayant obtenu une grossesse spontanée après une infertilité primaire de 3 ans, admise dans notre unité de grossesse à risque pour bilan de retentissement d’une hypertension artérielle avec découverte à l’échographie morphologique à 22 semaines d’une polykystose rénale fœtale associées a un hydramnios.

Le diagnostic d’une polykystose type III a été évoqué étant donné les ATCD familiaux de cette pathologie déjà connus chez la mère et les cousines maternelles ainsi que chez la grand-mère.

Une amniocentèse a été proposée mais devant le terrain (grossesse précieuse / diminution de la fértilité) et l’hydramnios (Risque de RPM) on a renoncé à la faire

L’évolution était marquée par la stabilisation des chiffres tensionnels sous traitement antihypertenseur et l’augmentation du nombre des séances d’hémodialyse de 5 à 6 séances/semaine. . Une surveillance échographique a été préconisée qui a montré de une stabilisation de l’hydramnios avec absence de retard de croissance. La patiente a accouché prématurément à 35 semaines par césarienne pour souffrance fœtale aigue d’un bébé de sexe masculin, transféré en néonatologie. Un avis de néphropédiatrie a été envisagé.

La diurèse fœtale et la fonction rénale sont actuellement conservées.

Discussion

Prévalence

La fréquence de la ADPKD est estimé entre 1/500 à 1/1000 naissance(1,2)

Autosomique dominante avec une pénétrance compléte du géne muté (PKD1: chromos 16) et (PKD2: chromos4).

PKD1 développent une défaillance rénale plus précocément, 10 à 15 ans avant (3)

Classification de Potter

Type I. Polykystose infantile autosomique récessive.

Type II. Dysplasie rénale (obstructive).

Type III. Polykystose adulte, autosomique dominante.

Type IV. Reins kystiques liés à une obstruction plus tardive.

Diagnostic

Echographie +++ Diagnostic anténatal très rare.

Manifestation clinique tardive (40 - 50 ans)

Diagnostic prénatal discutable.

Sémiologie échographique:

Néphromégalie bilatérale modérée

Différenciation cortico-médullaire absente

Liquide amniotique normal

Doppler: atteinte vasculaire

Un examen échographique négatif chez une personne jeune aux antécédent familiaux de ADPKD n’exclut pas le diagnostic

Tdm+ irm: +sensibles mais coûteux

Analyse DNA:non de pratique courante mais réservée aux donneurs de rein ayant des ATCDs de ADPKD (4)

Evolution

Involution rénale au dépend de la croissance des kystes

( personnalisé) (3)

Le volume rénal sur IRM: élément pronostic++

Clinique

Majorité:asymptomatique, diagnostic fait du fait des ATCDs familiaux

Minorité: infection des voies urinaires ( pfs à ECBU négatif), hématurie, douleur abdominale

HTA:la plus sérieuse des complications

Manifestatins extra rénales Polykystose hépatique(découverte fortuite) évolue plus rapidement chez la femme(grossesse et tt hormonal)

Hernies abdominales ou inguinales, diverticulose

Valvulopathie mitrale et tricuspide (5,6)

Traitement

Règles hygièno diététiques:

Contrôle de la pression artérielle.

Contrôle des facteurs de risque: tabac, dyslipidémie, diabéte, obésité

Intervention: réduction du volume des kyste

Conclusion

Diagnostic anténatal difficile et rare

Antécédents familiaux attirent l’attention

Pronostic : Insuffisance rénale tardive et HTA secondaire

En cas de polykystose rénale vérifier les reins chez le couple

Références

1. Rossetti S, Consugar MB, Chapman AB, et al. Comprehensive molecular diagnostics in autosomal dominant polycystic kidney disease. J Am Soc Nephrol. 2007;18:2143–2160.

2 Chaumoitre K, Brun M, Cassart M, Maugey-Laulom, Eurin D, Didier F, et al. Differential diagnosis of fetal hyperechogenic cystic kidneys unrelated to renal tract anomalies: A multicentre study. Ultrasound Obstet Gynecol. 2006;28:911–7.

3. Grantham JJ, Torres VE, Chapman AB, et al. Volume progression in polycystic kidney disease. N Engl J Med. 2006;354:2122–2130.

4. Huang E, Samaniego-Picota M, McCune T, et al. DNA testing for live kidney donors at risk for autosomal dominant polycystic kidney disease. Transplantation. 2009;87:133–137.

5. Wilson PD. Polycystic kidney disease. N Engl J Med. 2004;350:151–164.

6. Torres VE, Harris PC, Pirson Y. Autosomal dominant polycystic kidney disease. Lancet. 2007;369:1287–1301.


  • Login