Interactions de
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 47

Interactions de faible énergie PowerPoint PPT Presentation


  • 68 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Interactions de faible énergie. Les forces de Van der Waals : manifestations. Etude des gaz. • le gaz parfait :molécules sans interaction entre elles P.V=R.T (1 mole) • le gaz réel :molécules avec interaction entre elles. Terme répulsif à très courte distance. Terme attractif

Download Presentation

Interactions de faible énergie

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Interactions de faible nergie

Interactions de

faible énergie


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : manifestations

Etude des gaz

• le gaz parfait :molécules sans interaction entre elles

P.V=R.T (1 mole)

• le gaz réel :molécules avec interaction entre elles

Terme répulsif

à très courte distance

Terme attractif

à courte distance


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : manifestations

Etude des gaz

• le gaz parfait :molécules sans interaction entre elles

P.V=R.T (1 mole)

• le gaz réel :molécules avec interaction entre elles


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : manifestations

Etude des gaz

• le gaz parfait :molécules sans interaction entre elles

P.V=R.T (1 mole)

• le gaz réel :molécules avec interaction entre elles

Terme répulsif

à très courte distance

Terme attractif

à courte distance


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : manifestations

Etude des solides

Existence de cristaux formés de la juxtaposition tridimensionnelle de molécules :

• faible température de fusion : H2 (s) : Tfus = - 259 °C

• facilité de sublimation : I2 (s)

Il existe des forces de faible intensité entre les molécules,

à l’état gazeux ou condensé

Ce sont les interactions de Van der Waals entre les molécules


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : manifestations

Etude des solides

Existence de cristaux formés de la juxtaposition tridimensionnelle de molécules :

• faible température de fusion : H2 (s) : Tfus = - 259 °C

• facilité de sublimation : I2 (s)

Il existe des forces de faible intensité entre les molécules,

à l’état gazeux ou condensé

Ce sont les interactions de Van der Waals entre les molécules


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle permanent (Keesom)

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif ou répulsif ?


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle permanent (Keesom)

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif ou répulsif ?


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle permanent (Keesom)

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif ou répulsif ?


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle permanent (Keesom)

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle induit (Debye)


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle induit (Debye)


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle induit (Debye)


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle induit (Debye)


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle permanent / dipôle induit (Debye)

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle instantané / dipôle instantané (London)

Deux molécules sans dipôle permanent peuvent interagir grâce à leurs moments dipolaires instantanés

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle instantané / dipôle instantané (London)

Deux molécules sans dipôle permanent peuvent interagir grâce à leurs moments dipolaires instantanés

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : nature

Interaction dipôle instantané / dipôle instantané (London)

Deux molécules sans dipôle permanent peuvent interagir grâce à leurs moments dipolaires instantanés

Energie potentielle d’interaction moyennée :

(électrostatique + agitation thermique)

Terme attractif


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : comparaison

Sauf pour les molécules très polaires (ex : H2O), le terme d'attraction de London est prépondérant


Interactions de faible nergie

Les forces de Van der Waals : comparaison

Sauf pour les molécules très polaires (ex : H2O), le terme d'attraction de London est prépondérant


Interactions de faible nergie

Liaison de Van der Waals

On modélise la répulsion entre les nuages électroniques externes des différentes entités par un terme répulsif :

On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif :

Energie potentielle d’interaction totale

prédomine à grande distance

prédomine à courte distance


Interactions de faible nergie

Liaison de Van der Waals

On modélise la répulsion entre les nuages électroniques externes des différentes entités par un terme répulsif :

On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif :

Energie potentielle d’interaction totale

prédomine à grande distance

prédomine à courte distance


Interactions de faible nergie

Liaison de Van der Waals

On modélise la répulsion entre les nuages électroniques externes des différentes entités par un terme répulsif :

On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif :

Energie potentielle d’interaction totale

Quel terme prédomine à courte distance ?


Interactions de faible nergie

Liaison de Van der Waals

On modélise la répulsion entre les nuages électroniques externes des différentes entités par un terme répulsif :

On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif :

Energie potentielle d’interaction totale

prédomine à courte distance


Interactions de faible nergie

Liaison de Van der Waals

On modélise la répulsion entre les nuages électroniques externes des différentes entités par un terme répulsif :

On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif :

Energie potentielle d’interaction totale

prédomine à grande distance

prédomine à courte distance


Interactions de faible nergie

Création d’une liaison de Van der Waals


Interactions de faible nergie

de est de l'ordre de 3 à 5 Å (300 à 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm)

Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 à 10 kJ.mol-1. (nettement plus faible que l'énergie de dissociation des liaisons covalentes (≈ 300 kJ.mol-1)

On a interprété l'existence d'une liaison de faible énergie entre des molécules ou atomes


Interactions de faible nergie

de est de l'ordre de 3 à 5 Å (300 à 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm)

Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 à 10 kJ.mol-1. (nettement plus faible que l'énergie de dissociation des liaisons covalentes (≈ 300 kJ.mol-1)

On a interprété l'existence d'une liaison de faible énergie entre des molécules ou atomes


Interactions de faible nergie

de est de l'ordre de 3 à 5 Å (300 à 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm)

Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 à 10 kJ.mol-1. (nettement plus faible que l'énergie de dissociation des liaisons covalentes (≈ 300 kJ.mol-1)

On a interprété l'existence d'une liaison de faible énergie entre des molécules ou atomes


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

Tfus(X2) pour X : F, Cl, Br, I

Tfus(H2X) pour X = O, S, Se, Te


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

Tfus(X2) pour X : F, Cl, Br, I

Tfus(H2X) pour X = O, S, Se, Te


Interactions de faible nergie

n  polarisabilité de X  terme attractif de London (majoritaire)  Liaisons VdW  Tfus

La liaison hydrogène

Tfus(X2) pour X : F, Cl, Br, I

Tfus(H2X) pour X = O, S, Se, Te


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

Tfus(X2) pour X : F, Cl, Br, I

Tfus(H2X) pour X = O, S, Se, Te


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

Tfus(X2) pour X : F, Cl, Br, I

Exceptions dues à la

liaison hydrogène

Tfus(H2X) pour X = O, S, Se, Te


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

On a une liaison hydrogène si un atome d'hydrogène est lié de façon covalente à un atome A très électronégatif, et s'il est à proximité d'un autre atome B électronégatif, porteur de un ou plusieurs doublets non liants, et impliqué dans un moment dipolaire permanent.


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

On a une liaison hydrogène si un atome d'hydrogène est lié de façon covalente à un atome A très électronégatif, et s'il est à proximité d'un autre atome B électronégatif, porteur de un ou plusieurs doublets non liants, et impliqué dans un moment dipolaire permanent.


Interactions de faible nergie

La liaison hydrogène

Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents élevés ( terme de Keesom prédominant devant le terme de London).


Interactions de faible nergie

Liaison hydrogène = liaison de Van der Waals particulière, et plus forte que les liaisons de Van der Waals habituelles :

de ≈ 2 Å  de 10 à 30 kJ.mol-1

La liaison hydrogène

Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents élevés ( terme de Keesom prédominant devant le terme de London).

H étant un petit atome, il peut s'approcher près de B. L'interaction est d'autant plus attractive.


Interactions de faible nergie

Liaison hydrogène = liaison de Van der Waals particulière, et plus forte que les liaisons de Van der Waals habituelles :

de ≈ 2 Å  de 10 à 30 kJ.mol-1

La liaison hydrogène

Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents élevés ( terme de Keesom prédominant devant le terme de London).

H étant un petit atome, il peut s'approcher près de B. L'interaction est d'autant plus attractive.


Interactions de faible nergie

Les cristaux moléculaires

Par définition, le motif des cristaux moléculaires est formé de molécules simples dans lesquels les atomes sont liés par covalence. La stabilité du cristal, est assurée par des interactions de Van der Waals ou des liaisons hydrogène.

◊ non conducteurs.

◊ faibles températures de fusion.

◊ faibles énergies de sublimation


Interactions de faible nergie

Environnement tétraédrique d’une molécule de H2O

AX2E2


Interactions de faible nergie

Environnement tétraédrique d’une molécule de H2O

AX2E2


Interactions de faible nergie

Chaque O est au centre d’un tétraèdre généré par 4 autres O


Interactions de faible nergie

Liaisons hydrogène intra ou intermoléculaires


Interactions de faible nergie

Exercices


Interactions de faible nergie

Exercices


Interactions de faible nergie

Exercices


  • Login