Le management environnemental des travaux
Download
1 / 51

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DES TRAVAUX - PowerPoint PPT Presentation


  • 98 Views
  • Updated On :

Atelier national sur la gestion environnementale et sociale des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011. LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DES TRAVAUX. Ing. Basile NIKIEMA Spécialise en gestion environnementale et sociale du PST. IMPACTS DU CHANTIER.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DES TRAVAUX' - cili


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Le management environnemental des travaux l.jpg

Atelier national sur la gestion environnementale et sociale des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DES TRAVAUX

Ing. Basile NIKIEMA

Spécialise en gestion environnementale et sociale du PST


Impacts du chantier l.jpg

IMPACTS DU CHANTIER des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

Emprise des installations de chantier

Mouvement des matériaux de construction

Mouvement des terres

Nuisances des engins et des camions

Eaux usées de chantiers


Eaux usees des chantiers l.jpg
EAUX USEES DES CHANTIERS des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Eaux de ruissellement :

  • Pollution minérale (érosion)

  • Transport et entretien des engins (hydrocarbures)

  • Eaux usées domestiques (installations sanitaires des baraquements)

  • Risques pollution accidentelle (pollution du sol et des eaux souterraines)


Matriaux par km d autoroute l.jpg
MATRIAUX PAR KM D’AUTOROUTE des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Graves de fondation et matériaux concassés

    * normal 22 000m3 : 3 000 camions

    * N1 fribourgeois 102 000 m3 : 15 000 camions

  • volumes à évacuer

    * Plan-les-Ouates 320 000 m3 46 000 camions


Types d eaux l.jpg
TYPES D’EAUX des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Eaux de ruissellement de la chaussée

  • Eaux de ruissellement du reste du bassin versant

  • Eaux de drainage captées

  • Eaux de lavage de tunnels ou tranchées couvertes


Transport des materiaux l.jpg
TRANSPORT DES MATERIAUX des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Piste de chantier : destruction d’arbres, tassement du sol, bruit et poussières

  • Pollution de l’air : émissions de 20 à 50% du trafic futur de l’autoroute selon les divers polluants

  • Affaissements des bas-côtés des routes

  • Destruction de biotopes de valeur (marais, coteaux, ruisseaux, vallons, etc.)


Eaux de ruissellement de la chaussee l.jpg
EAUX DE RUISSELLEMENT DE LA CHAUSSEE des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Pollution chronique : dépassement des normes pour les MES et le TOC, cas isolés pour les métaux lourds et les hydrocarbures

  • Pollution saisonnière (salage hivernal)

  • Pollution accidentelle :

  • Acides et bases : 2%

  • Hydrocarbures et solvants pétroliers 88%

  • Produits de toxicité aiguë : 2%

  • Hors catégorie : 8%


Poussieres l.jpg
POUSSIERES des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Pour un vent de 4,3m/s

  • * >100μm 6 à 9 mètres du bord de la route

  • * 30-100μm 30 à 50 mètres du bord selon la turbulence de l’atmosphère

  • * <30μm selon la turbulence de l’atmosphère


Impact sur les eaux de surface l.jpg
IMPACT SUR LES EAUX DE SURFACE des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Modification de la circulation des eaux de surface (effet d’obstacle)

  • Augmentation des eaux de ruissellement par l’imperméabilisation du sol (volume, débit de pointe et vitesse d’évacuation)

  • Pollution des eaux de surface par les eaux de ruissellement ou par les déversements accidentels de substances polluantes.


Impacts sur les eaux souterraines l.jpg
IMPACTS SUR LES EAUX SOUTERRAINES des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Modification des perméabilités par tassement des remblais (effet de barrage)

  • Modification de l’écoulement par les déblais et les tranchées

  • Diminution des eaux d’infiltration et augmentation des eaux de ruissellement

  • Pollution des eaux souterraines (mélange des eaux de surfaces aux eaux souterraines et déversements accidentels


Impact sur la nature l.jpg
IMPACT SUR LA NATURE des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Modifications directes des milieux naturels

  • destruction de milieux situés sur l’emplacement de la construction

  • ouverture de trouées en milieu boisé et reconstitution progressive de nouveaux écotones

  • perturbations dues à la proximité de l’ouvrage et du trafic routier (bruit, pollution, vibrations, etc).


Impact des polluants atmospheriques l.jpg
IMPACT DES POLLUANTS ATMOSPHERIQUES des projets d’infrastructures routières, Burkina Faso du 17 au 19 février 2011

  • Effets locaux pour les habitants le long des voies de circulation-toxicologie et bien être

  • Effets régionaux : formation d’ozone (à l’échelle d’une agglomération urbaine) et pluie acides (à l’échelle des continents)

  • Effet mondial : effet de serre par le dioxyde de carbone


1 pourquoi s interesser a la phase travaux dans les procedurs de respect de l environnement l.jpg
1- POURQUOI S’INTERESSER A LA PHASE TRAVAUX DANS LES PROCEDURS DE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT ?


Slide14 l.jpg

1.1- PROCEDURS DE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT ?Une démarche globale dès l’amont du projetLa phase de travaux d’un projet est la conséquence directe d’une importante quantité d’études qui se sont déployées sur plusieurs années. Elle est donc l’aboutissement et la concrétisation de nombreux efforts sociaux, environnementaux, techniques et financiers.Afin de respecter les étapes amont, qu’elles soient afférentes aux procédures antérieures ou postérieures à la déclaration d’utilité publiques (DUP), la phase d’exécution se doit d’être fidèle à la démarche des études qui ont précédé.


Slide15 l.jpg

Les procédures de prise en compte de l’environnement dans les aménagements se sont largement étoffées depuis la loi de protection de la nature (1976), mais elles ont été presque exclusivement structurées au profit des phases amont d’évaluation stratégique (Évaluation environnementale des plans et programmes) ou d’évaluation des projets (études d’environnement, étude d’impact, etc.)


Slide16 l.jpg

Le contexte réglementaire encadrant la phase travaux est dispersé : - autorisations de défrichement, - police de l’eau, - réglementation sur les déchets de chantiers, - législation sur les installations classées (ICPE), - commodité de voisinage (bruit, air, …) - découvertes archéologiques.


Slide17 l.jpg

La prise en compte des enjeux d’environnement au cours de l’exécution d’un chantier, en dehors du cadre règlementaire, est une préoccupation relativement récente (15 ans) à l’initiative de sociétés concessionnaires d’autoroute et d’EGIS, sur différentes opérations.Cette démarche a abouti à la mise en place d’un processus, le Plan de Respect de l’Environnement (PRE), dont l’objectif est d’anticiper, pour les limiter, les risques d’effets directs ou indirects à caractère temporaire ou irréversible de la période de travaux.


Slide18 l.jpg

UN DES OBJECTIFS RECHERCHES EST LE PRINCIPE DE CONTINUITE. l’exécution d’un chantier, en dehors du cadre règlementaire, est une préoccupation relativement récente (15 ans) à l’initiative de sociétés concessionnaires d’autoroute et d’EGIS, sur différentes opérations.Dans le cadre d’une démarche de prise en compte de l’environnement complète et aboutie, la phase des travaux représente un enjeu considérable.


Slide19 l.jpg

1.2- l’exécution d’un chantier, en dehors du cadre règlementaire, est une préoccupation relativement récente (15 ans) à l’initiative de sociétés concessionnaires d’autoroute et d’EGIS, sur différentes opérations.La phase des travaux présente quelques entrants réglementaires - traités dans l’étude d’impact (attention à l’échelle !!!) - issus du dossier police de l’eau - ICPE (carrières, installations de chantier, stockage, … - déchets de chantier - bruits de chantier


Slide20 l.jpg

1.3- l’exécution d’un chantier, en dehors du cadre règlementaire, est une préoccupation relativement récente (15 ans) à l’initiative de sociétés concessionnaires d’autoroute et d’EGIS, sur différentes opérations.Aujourd’hui une vraie demande socialeL’environnement est devenu aujourd’hui un point de focalisation d’une forte demande sociale de qualité de vie. A ces fins, les phases amont de la plupart des projets sont enrichies de nombreuses étapes de consultation du public et de concertation.La période des travaux est une « période de réveil » de certains riverains qui voient là, se matérialiser l’évidence d’un aménagement les concernant, et pourtant resté encore flou, tant ils n’avaient pas envie d’y croire !


Slide21 l.jpg

La démarche de management environnemental en phase travaux, n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.


2 les questions strategiques l.jpg
2- LES QUESTIONS STRATEGIQUES n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.


Slide23 l.jpg

2.1- n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.Quand ?Dès les études amont du projet, la maîtrise de la connaissance des incidences du chantier et l’expérience du concepteur, sont indispensables à une conception raisonnée et pertinente du projet.Le management environnemental en phase travaux pèse fortement dans la programmation et le phasage de l’opération ; donc dans l’évaluation et la gestion des risques et par voie de conséquence dans sa programmation financière.


Slide24 l.jpg

2.2- n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.Qui ?Le maître d’ouvrage qui doit expliciter sa demande et ses engagements (programme du maître d’ouvrage)Le maître d’œuvre qui est au cœur du processus de conception du projet ; il est le garant de la démarche, en accord avec le programme du maître d’ouvrage.L’entreprise qui doit exécuter les travaux dans le respect du programme.


Slide25 l.jpg
2.3- n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.Comment ?Le maître d’ouvrage doit se donner les moyens de financer son programme dans des conditions réalistes.


Slide26 l.jpg

Le maître d’œuvre n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation. doit maîtriser toutes les interfaces de la technique, de l’économie et de l’environnement. Il doit détenir le savoir-faire de l’intégration des enjeux environnementaux dans la conception du projet : il doit être doté des compétences internes nécessaires sur toute la durée de sa mission.


Slide27 l.jpg

L’entreprise n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation., (ou l’entreprise mandataire en cas de groupement) ; devrait maîtriser les procédures environnementales grâce à l’intégration dans l’équipe, d’un coordonnateur environnement.Il sera préférentiellement rattaché à la direction de travaux de l’entreprise mandataire et donc hiérarchiquement indépendant de la production du chantier.


3 les outils l.jpg
3- LES OUTILS n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.


Slide29 l.jpg

LA NOTICE ENVIRONNEMENT n’est qu’une étape de la démarche globale, née dès l’amont du projet. Mais devant la diversité des enjeux, des tâches et des réglementations, elle apparaît comme un outil fondamental du suivi et du respect des prescriptions annoncées comme mesures de suppression ou de réduction des impacts négatifs lors des études de conception, ou comme réponse à la démarche sociale, détectée au cours des différentes étapes de la concertation.Pièce non contractuelle du dossier de consultation des entreprises ; elle est rédigée par le maître d’œuvre et synthétise les principaux enjeux d’environnement dont les entreprises devront tenir compte dans leur offre et qui sont de nature à conditionner certains choix techniques.


Slide30 l.jpg

Une pièce indispensable pour l’entreprise au stade de l’offre pendant toute la durée du chantierObjectifs : - exposer la politique du maître d’ouvrage - sensibiliser l’entreprise au contexte environnemental du projet - exposer les principaux enjeux environnementaux du projet - rappeler les principales procédures et engagements du maître d’ouvrage (DUP, loi sur l’eau, concertation, …)Un document synthétique et pédagogique : privilégier une bonne cartographie.


Slide31 l.jpg

Le SOPRE l’offre pendant toute la durée du chantier (Schéma Organisationnel du Plan de Respect de l’Environnement)Pièce contractuelle (lors de la consultation) de l’offre de l’entreprise, au travers de laquelle elle doit démonter et convaincre la personne responsable du marché de son aptitude au management environnemental en phase travaux et de son organisation.


Slide32 l.jpg

Objectifs : Inciter les entreprises à une réflexion sur une démarche de prise en compte des enjeux environnementaux au stade de l’offreLe SOPRE est un critère de choix de l’analyse des offresComposition d’un SOPRE : - engagement de l’entreprise à fournir un PRE - engagement de l’entreprise à désigner un coordonnateur environnement et sa position dans un organigramme - mesures envisagées de réduction des impacts prévisibles sur l’environnement


Slide33 l.jpg

Le PRE, une démarche de prise en compte des enjeux environnementaux au stade de l’offreÉlaboré lors de la période de préparation, c’est un véritable tableau de bord de la conduite environnementale du chantier, c’est également le fruit d’un moment privilégié de la réflexion de l’entreprise sur ses modes opératoires.


Slide34 l.jpg

Les fiches techniques du PRE une démarche de prise en compte des enjeux environnementaux au stade de l’offre - la fiche de visite de chantier ; - la fiche d’incident ; - la fiche d’anomalie ; - la fiche de levée de point d’arrêt ; - le journal de chantier, qui comporte un paragraphe spécifique à l’environnement.Pièces matérialisant la prise en compte de l’environnement au quotidien sur le chantier et qui témoignent des difficultés rencontrées : elles sont largement utilisées dans les bilans environnementaux.


Slide35 l.jpg

PLAN DE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT POUR LA CONDUITE DU CHANTIERObjet :Pour l’entreprise (ou le groupement) titulaire du marché, il vient à la suite du dossier de consultation des entreprises et du schéma organisationnel qui en sont les fondements.Il est l’outil évolutif de management environnemental pendant la phase de construction du projet.Il se doit d’anticiper la mise en œuvre de chacune des tâches de l’entreprise, en décrivant les risques d’impact par tâche et les dispositions à instaurer pour supprimer ou limiter les incidences négatives.Il est fondé sur les enjeux identifiés au cours des phases d’études amont.Le plan implique des compétences et des moyens pour s’assurer de la bonne exécution des travaux du point de vue de l’environnement.


Slide36 l.jpg

Qui met en œuvre ? CHANTIERC’est l’entreprise titulaire du marché qui rédige le plan, et plus précisément son coordonnateur environnement.Dans le cas d’un groupement d’entreprise, c’est le mandataire principal qui en assume la responsabilité.Le coordonnateur environnement a la compétence requise, par sa formation et sa connaissance technique des tâches à exécuter. Il est indépendant hiérarchiquement du directeur du chantier.


Slide37 l.jpg

Quand ? CHANTIERPendant la période de préparation du chantier. Il doit être visé par le maître d’œuvre avant le démarrage des travaux. Le plan trouve ses racines au moment de la consultation des entreprises. En effet dans leurs offres, elles doivent produire un schéma organisationnel du plan d’assurance environnement (SOPRE) qui fait partie intégrante de l’offre, l’entreprise annonce son intention en terme d’organisation du management environnemental du chantier, de compétences mobilisées et de moyens (des prix unitaires doivent figurer dans le bordereau des prix).


Slide38 l.jpg

Les rôles : CHANTIER Celui du maître d’œuvreLors de la consultation des entreprises, il met à la disposition de celle-ci, une notice environnementale qui synthétise les enjeux du site.Il agrée le coordonnateur environnement de l’entreprise.Il contrôle et vise le PRE ainsi que ses mises à jours au fil du déroulement du chantier, en s’assurant que les incidences des travaux, tâche par tâche, ont bien été correctement évaluée. Il veille au bon positionnement de points d’arrêt du chantier, qui requièrent le visa du maître d’œuvre.Il suit l’application concrète du plan sur le chantier grâce à l’implication de personnel compétent.


Slide39 l.jpg

CHANTIERCelui de l’entrepriseL’entreprise intègre la dimension environnementale dès la remise de son offre.Elle désigne un coordonnateur environnement pour toute la durée du chantier.Ce coordonnateur rédige le plan, le fait appliquer et évoluer par des versions nouvelles selon les besoins et les difficultés rencontrées (éventualité de tâche nouvelles en cours de travaux). Le cas échéant, il rédige les fiches de non-conformité. Il établit un document de synthèse à l’issue des travaux.


Slide40 l.jpg

CHANTIERLe contenuLe plan est un document propre à chaque chantier. Il est un exercice privilégié de réflexion sur les meilleures techniques utilisables au meilleur coût. La trame de contenu qui suit est indicative, elle doit susciter de nombreuses adaptations.


Slide41 l.jpg

1- Déclaration d’engagement de la direction : CHANTIERObjectifs généraux, engagement de nommer un coordonnateur environnement2- Présentation des données de base :Concept environnementSensibilité du siteOrganisation du chantierContraintes environnementales, administratives, de communication, …


Slide42 l.jpg

3- Organisation : CHANTIERResponsables et responsabilitésInterfaces4- Identification des nuisances :Tâches  Impacts  Mesures à prendre  Procédures  Fiches  Suivi


Slide43 l.jpg

5- Vérification de la mise en œuvre des mesures : CHANTIERContrôle interne et externeTraitement des non-conformitésActions correctives6- Formation du personnelSensibilisation, conceptsConnaissances du plan


Slide44 l.jpg

7- Évaluation de l’application et de l’efficacité des dispositions mises en œuvre :AuditsAnalyse des non-conformités et actions correctivesSynthèse


Slide45 l.jpg

8- Évolution des dispositions à mettre en œuvre dispositions mises en œuvre :Proposition du coordonnateur environnementCorrections, modificationsCompléments (procédures, moyens humains, matériels, formation, …) approuvés par la direction du chantier et décision de mise en œuvre.


Slide46 l.jpg

9- Gestion du plan dispositions mises en œuvre :Établissement – Approbation – DiffusionInterfaces avec le Plan d’Assurance Qualité et le Plan d’Hygiène et de SécuritéMise à jour continue


4 l organisation l.jpg
4- L’ORGANISATION dispositions mises en œuvre :


Slide48 l.jpg

La mise en place et la pérennité des processus indispensables à une intégration réussie d’une projet repose sur une politique affirmée du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre ainsi que sur une réelle stratégie de pôle de compétences diversifiées.Elle impose aux acteurs de l’environnement impliqués dans les projets, du stade amont jusqu’à la mise en service, une forte aptitude au dialogue et à la formation des acteurs techniques et économiques, ainsi qu’une dose non mesurée de conviction et de déontologie personnelle.


Slide49 l.jpg

LA RÉMUNÉRATION indispensables à une intégration réussie d’une projet repose sur une politique affirmée du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre ainsi que sur une réelle stratégie de pôle de compétences diversifiées.Un prix global et forfaitaire n’est pas efficace et n’est plus acceptable (par exemple les installations de chantier)Nécessité d’intégrer des prix spécifiques concernant la gestion de l’environnement comprenant notamment : - la rémunération du coordonnateur environnement - la production et l’évolution du PRE pendant les travaux - la surveillance du respect des prescriptions du PRE - des prix particuliers (exemple de l’assainissement provisoire)


Slide50 l.jpg

LES PÉNALITÉS indispensables à une intégration réussie d’une projet repose sur une politique affirmée du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre ainsi que sur une réelle stratégie de pôle de compétences diversifiées.Prévoir des pénalités ciblée et significatives (élevées) en cas de : - manquement délibéré aux clauses environnementales du marché, - non respect des engagements pris dans le PRE, - pollution de chantier caractérisée.


Merci pour votre attention l.jpg
MERCI POUR VOTRE ATTENTION! indispensables à une intégration réussie d’une projet repose sur une politique affirmée du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre ainsi que sur une réelle stratégie de pôle de compétences diversifiées.


ad