Pr vention des itss aupr s des harsah se r seauter pour mieux intervenir
Download
1 / 31

Prévention des ITSS auprès des HARSAH : Se réseauter pour mieux intervenir - PowerPoint PPT Presentation


  • 117 Views
  • Uploaded on

Prévention des ITSS auprès des HARSAH : Se réseauter pour mieux intervenir. ITSS chez les HARSAH Épidémiologie. France Janelle, médecin-conseil Vendredi 21 septembre 2012. Objectifs de la présentation. Connaître l’évolution des principales ITSS-MADO déclarées en Montérégie.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Prévention des ITSS auprès des HARSAH : Se réseauter pour mieux intervenir' - chesna


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Pr vention des itss aupr s des harsah se r seauter pour mieux intervenir

Prévention des ITSS auprès des HARSAH :Se réseauter pour mieux intervenir

ITSS chez les HARSAH

Épidémiologie

France Janelle, médecin-conseil

Vendredi 21 septembre 2012


Objectifs de la présentation

  • Connaître l’évolution des principales ITSS-MADO déclarées en Montérégie.

  • Connaître les ITSS qui affectent davantage les HARSAH.


ITSS-MADO

Infections transmissibles sexuellement et par le sang qui sont à déclaration obligatoire par les médecins et par les laboratoires (Loi sur la santé publique – chap. VIII et ses règlements - déclaration nominale)

  • Infection à Chlamydia trachomatis

  • Gonorrhée

  • Syphilis

  • Hépatites virales (A, B et C)

  • ITS rares (LGV- granulome inguinal - chancre mou)


Infection par le VIH et SIDA

Infections qui ne sont pas à déclaration obligatoire* mais qui font l’objet d’un programme de surveillance sous la responsabilité du Bureau de surveillance et de vigie (BSV) de l’INSPQ (non-nominal)

* Sauf si la personne infectée a donné ou reçu du sang, des tissus ou des organes. (Déclaration par le médecin seulement pour des fins d’hémovigilance - déclaration nominale)


ITSS –MADO

  • ITSS comptent pour une proportion importante des cas de MADO déclarés au Québec.

  • Les ITSS représentent près des 2/3 des cas de MADO déclarés en Montérégie.

  • L’infection par Chlamydia trachomatis est de loin la plus fréquente des ITSS-MADO.

Source : Registre central MADO, exportation 26 juin 2012


1.Épidémiologie de l’infection à Chlamydia

  • Québec :

  • 73 % des cas depuis 2002 – 19 191 cas en 2011

  • > 2/3 des cas en 2011 : femmes

  • Montérégie :

  • de 114 % des cas depuis 2002 - 2842 cas en 2011

  • 71 % des cas en 2011 : femmes

  • 15-24 ans : ¾ cas féminins et ½ des cas masculins

Source : Registre central MADO, exportation 26 juin 2012


1. Épidémiologie de l’infection à Chlamydia(suite)

Nombre de cas et taux d’incidence par 100 000 de l’infection à Chlamydia trachomatis selon le sexe (Montérégie, 2000 à 2011)

Source : Registre central MADO, exportation 17 juillet 2012


2. Épidémiologie de la gonorrhée

  • Québec

  • 114 % depuis 2002 - 1884 cas en 2011

  • Près 2/3 cas en 2011 : hommes

  • Montérégie

  • de 144 % depuis 2002 - 235 cas en 2011

  • 12 % des cas déclarés au Québec(stable depuis 5 dernières années)

  • 61 % des cas en 2011 : hommes

Source : Registre central MADO, exportation 26 juin 2012


2. Épidémiologie de la gonorrhée (suite)

Nombre de cas et taux d’incidence par 100 000 de l’infection à Neisseria gonorrhoeae selon le sexe (Montérégie, 2000 à 2011)

Source : Registre central MADO, exportation 17 juillet 2012


Taux d’incidence par 100 000 de l'infection gonococcique chez les hommes selon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011)

Source : Registre central MADO, exportation 17 juillet 2012


Principales caractéristiques chez les hommes selon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011)Cas de gonorrhée déclarés chez les hommesen 2011 en Montérégie

Principaux facteurs d’exposition rapportés parmi les cas enquêtés en 2011 (ceux pour qui l’information est disponible) :

  • HARSAH - Proportion des hommes qui disent être HARSAH : 44 % (46/104)

  • Recrutement de partenaires au sauna* : 14/39 (36 %)

  • Recrutement de partenaires via Internet (site de rencontre, réseaux sociaux, application mobile, etc.) : 20/73 (27 %)

  • Partenaires multiples : 35/101 (35 %)

  • ATCD d’ITSS : 41/107 (38 %)

  • Partenaires à risque : 50/93 (54 %)

* Question posée aux HARSAH seulement

Source : Registre central MADO, exportation 24 août 2012


3. Épidémiologie de la syphilis chez les hommes selon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011) infectieuse

  • De 1992-2000 : maladie pratiquement disparue au Québec(3 cas en 1998 à > 600 cas en 2011)

  • Présence de cas d’abord à Montréal (près de 2/3 des cas) puis dans toutes les régions du Québec

  • En Montérégie : rares cas déclarés entre 1992-2002 (entre 0 et 4 cas). Augmentation du nombre de cas à partir de 2003 (14 cas)

  • Apparition récente de cas chez les femmes (2009) et les jeunes (depuis 2011)


La syphilis infectieuse chez les hommes selon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011)

  • Québec (2011) :

  • 646 cas déclarés (incidence 8.1/100 000) - 18 % p/r 2010

  • 96 % (621/646) : hommes

  • 39 % (251/646) des cas : 25 - 39 ans

  • 19 % (124/646) des cas : 15 - 24 ans

Source : Registre central MADO, exportation 26 juin 2012


La syphilis infectieuse chez les hommes selon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011)

  • Montérégie (2011) :

  • 63 cas déclarés (incidence 4.3/1000 000) - 26 % p/r 2010

  • 94 % (59/63) : hommes

  • 29 % (18/63) : 25-39 ans

  • 22 % (14/63) : 15-24 ans

Source : Registre central MADO, exportation 26 juin 2012


Nombre de cas et taux d’incidence par 100 000 de la syphilis infectieuse selon le sexe (Montérégie, 2000 à 2011)

Source : Registre central MADO, exportation 17 juillet 2012


Taux d’incidence par 100 000 de la syphilis infectieuse chez les hommesselon différents groupes d'âge (Montérégie, 2000 à 2011)

Source : Registre central MADO, exportation 17 juillet 2012


Principales caractéristiques chez les hommesCas de syphilis infectieuse déclarés chez leshommes en 2011 en Montérégie

Sexe : 59/63 (94 %) des cas = hommes

Présence de symptômes :

En 2011 : 64 % des cas masculins avec symptômes (syphilis primaire et secondaire) et 36 % sans symptôme (latente < 1an)

* Syphilis non infectieuse (syphilis latente > 1 an) : 18 cas en 2011

Source : Registre central MADO- exportation 24 août 2012


Principales caractéristiques chez les hommesCas de syphilis infectieuse déclarés chez leshommes en 2011 en Montérégie

Principaux facteurs d’exposition rapportés parmi les cas enquêtés en 2011 (ceux pour qui l’information est disponible):

  • HARSAH : Proportion des hommes qui disent être HARSAH : 91 % (48/53)

  • Recrutement de partenaires au sauna* : 43 % (17/40)

  • Recrutement de partenaires via Internet : (site de rencontre, réseaux sociaux, application mobile, etc.) : 44 % (18/41)

  • Partenaires multiples : 48 % ( 22/46)

  • ATCD d’ITSS : 55 % (26/47)

  • Partenaires à risque : 93 % (49/53)

* Question posée aux HARSAH seulement

Source : Registre central MADO- exportation 24 août 2012


Vigie des cas de syphilis infectieuse chez les jeunes en 2012 en MontérégieDonnées en date du 4 septembre 2012(ceux pour qui l’information est disponible)

  • 48 cas au total – environ 20 % de + que 2011 à la même date

  • 19 cas : < 25 ans (40 %) dont 17 hommes

  • HARSAH : majorité des cas

Source: Registre central MADO- exportation 4 septembre 2012


Épidémiologie de la syphilis infectieuse 2012 en Montérégie

Résumé

  • Au Québec et en Montérégie : Augmentation marquée de l’incidence depuis les 10 dernières années.

  • Augmentation persiste en 2012.

  • Affecte davantage les hommes que les femmes mais apparition de cas féminin depuis 2009 (1 cas syphilis congénitale en 2011).

  • Affecte de + en + de jeunes HARSAH < 25 ans – Potentiel de transmission du VIH.


4. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le LGV

  • Québec :

  • En 2005 : 25 cas

  • En 2006 : 44 cas

  • 2007-2010 : entre 2 et 12 cas

    Année 2011 :

  • 13 cas déclarés

  • Tous des hommes (HARSAH)


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH

  • L’infection par le VIH n’est pas une MADO

  • Source de données : Programme de surveillance de l’infection par le VIH au Québec – cas cumulatifs 2002-2010 – responsabilité du LSPQ

  • Données non-nominales

  • Informations concernant les facteurs d’exposition sont fournies par le professionnel qui a demandé le test


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH(suite)

  • Québec : 6352 cas enregistrés entre avril 2002 et 31 décembre 2010

  • 525 cas en 2010

  • 425/525 (81 %) des cas en 2010 sont des hommes

  • Montréal : 60 % des cas enregistrés en 2010 – Montérégie : 13 %

Source : Programme de surveillance de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Québec, cas cumulatifs 2002-2010, INSPQ, 2011


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH(suite)

  • Catégories principales d’exposition des cas masculins enregistrés au Québec en 2010 :

  • HARSAH : > des 2/3 des cas (299/425)

  • Transmission hétérosexuelle : 17 % des cas (74/425)

  • UDI : 7 % des cas (29/425)

  • HARSAH-UDI : 4% (16/425)

Source : Programme de surveillance de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Québec, cas cumulatifs 2002-2010, INSPQ, 2011


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH(suite)

  • Montérégie :

  • 609 cas enregistrés entre avril 2002 et 31 décembre 2011

  • 82 % (499/609) : hommes

  • près de ½ cas : 40 et 54 ans

Source : Programme de surveillance de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Québec, Données Montérégiennes, avril 2002 au 31 décembre 2011, INSPQ, 2012


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH(suite)

  • Caractéristiques des cas enregistrés en Montérégie - 2011

  • 44 cas en 2011

  • Hommes : 82 % (36/44)

  • Catégories principales d’exposition des cas masculins diagnostiqués en Montérégie – 2011

  • HARSAH : 58 % des cas (21/36)

  • UDI : 11 % (4/36)

  • Transmission hétérosexuelle : 25 % (9/36)

Source : Programme de surveillance de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Québec, Données Montérégiennes, avril 2002 au 31 décembre 2011, INSPQ, 2012


5. Épidémiologie de l’infection 2012 en Montérégie par le VIH(suite)

Catégories principales d’exposition des cas masculins nouvellement diagnostiqués(Montérégie, année 2011 (n=24)

Source : Programme de surveillance de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Québec, Données Montérégiennes, avril 2002 au 31 décembre 2011, INSPQ, 2012.


Épidémiologie de l’infection par le VIH 2012 en MontérégieRésumé

  • HARSAH: les plus touchés par l’épidémie de VIH

  • Transmission hétérosexuelle : prédomine chez les femmes

  • UDI : le nombre de nouveaux diagnostics reste faible malgré la transmission observée dans d’autres études spécifiques (Surv-UDI)

  • Dépistage tardif: 17,9 % des nouveaux dg en 2010 – Stade sida ou VIH symptomatique


ITS-MADO : 2012 en MontérégieCe que 2012 nous réserve ?


ITSS chez HARSAH: 2012 en Montérégie

  • Gonorrhée : Affecte les HARSAH de façon importante.

  • Syphilis : Affecte de plus en plus de jeunes HARSAH et potentiel de transmission du VIH parmi une population plus jeune.

  • VIH : Épidémie qui se poursuit parmi les HARSAH.

  • LGV : Infection toujours présente chez les HARSAH – vigilance.


Merci pour votre écoute ! 2012 en Montérégie


ad