isabelle melonio des go troisi me ann e 2010
Download
Skip this Video
Download Presentation
GONADOTROPHINES UTILISEES EN FIV: origine , efficacité comparée

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 32

GONADOTROPHINES UTILISEES EN FIV: origine , efficacité comparée - PowerPoint PPT Presentation


  • 163 Views
  • Uploaded on

Isabelle Melonio DES GO troisième année 2010. GONADOTROPHINES UTILISEES EN FIV: origine , efficacité comparée. PLAN. GONADOTROPHINES ANALOGUES LHRH INDICATIONS PROTOCOLES EFFICACITE FIV :RESULTATS EN France CONCLUSION BIBILOGRAPHIE. les gonadotrophines humaines d’origine urinaire.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' GONADOTROPHINES UTILISEES EN FIV: origine , efficacité comparée' - chelsey


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide2
PLAN
  • GONADOTROPHINES
  • ANALOGUES LHRH
  • INDICATIONS
  • PROTOCOLES
  • EFFICACITE
  • FIV :RESULTATS EN France
  • CONCLUSION
  • BIBILOGRAPHIE
les gonadotrophines humaines d origine urinaire
les gonadotrophines humaines d’origine urinaire
  • activité HMG – mélange d’activité FSH et LH – (ménotropine),Menopur
  • une activité exclusivement FSH(FSHu:urofollitropine) Fostimon
  • exclusivement hCG Gonadotrophine Chorionique
les gonadotrophines humaines d origine recombinante
les gonadotrophines humaines d’origine recombinante
  • Produites par génie génétique,
  • activité exclusivement FSH
    • FSHr : follitropineαGonal F
    • follitropineβPuregon
  • exclusivement LH
    • lutropine α Luveris
  • exclusivement HCG
    • choriogonadotropineα :Ovitrelle
analogues de la lhrh
Analogues de la LHRH
  • Agonistes :
    • Buséréline : Supréfact
    • Triptoréline : Décapeptyl
  • Antagonistes :
    • Cétrorélix : Cétrotide
    • Ganirelix : Orgalutran
fshr versus hmg fshr versus fshu
FSHr versus HMG /FSHr versus FSHu
  • aucune différence significative n’a été observée pour les taux de grossesse clinique entre les gonadotrophines d’origine urinaire FSH et HMG et les gonatrophines recombinante FSH.
hcgu hcgr
HCGu / HCGr
  • Aucune différence significative n’a été observée entre l’HCGu et l’HCGr.
gonadotrophine analogues de la lhrh
Gonadotrophine + analogues de la LHRH
  • Agonistes LHRH +gonadotrophines
    • Protocoles longs :
      • Classiques
      • Avec microdoses d’ analogues
    • Protocole court classique
    • Protocole ultracourt
  • Antagonistes LHRH + gonadotrophines
agoniste lhrh gonadotrophines protocole l ong classique
Agoniste LHRH+ gonadotrophinesprotocole long classique
  • Stimulation commencée quand blocage hypophysaire complet
  • Blocage hypophysaire : injection decapeptyl 3 mg LP 1 fois en phase lutéale ou decapeptyl 0,1mg SC/j
  • Stimulation quand E2 < 50 pg/ml par FSH ou HMG
  • Monitorage( E2 / echographie )
  • Déclenchement par HCG quand :
      • >2 follicules > 18 mm
      • (E2 / follicules >15mm ) > 200 pg/ml
      • Endomètre mature
  • Recueil ovocytaire
agonistes lhrh gonadotrophines protocole court
Agonistes LHRH + GonadotrophinesProtocole court
  • Debut analogue et gonadotrophines en même temps à J 3
  • ( profite de l’ effet flare- up)
  • Monitorage idem
antagonistes lhrh gonadotrophines
Antagonistes LHRH+gonadotrophines
  • Arrêt brutal sécrétion endogène FSH /LH
  • Plusieurs protocoles :- soit les débuter au 6e jour de la stimulation- soit les débuter au jour 2, en même temps que les gonadotrophines- soit les débuter lorsqu’un follicule atteint 14mm
slide18
La stimulation de l’ovulation pour fécondation in vitro, en France :choix et résultats en fonction des protocoles et des gonadotrophines
slide20

Ensemble des cycles transmis par les centres a` l’Agence de la biomédecine sur le modèle FIVNAT ( registre national de fécondation in vitro)

  • 18 601 cycles
  • protocoles :quatre groupes :
    • agonistes en protocole court
    • en protocole long
    • antagonistes
    • cycles sans agonistes.
  • Les gonadotrophines :quatre classes :
    • FSH recombinante
    • FSH urinaire
    • HMG
    • association FSH (urinaire ou recombinante) et HMG.
r sultats
Résultats
  • protocole de base :analogues de la GnRH en protocole long et FSH recombinante
  • impact des caractéristiques des patientes, ( âge, ovulation , l’existence d’échecs préalables )sur le choix d’autres protocoles
  • protocoles courts : moins bons résultats
  • peu de différences entre protocoles longs et antagonistes et selon le type de gonadotrophines.
slide22

Les patientes en protocole court :en moyenne nettement plus âgées que celles avec protocole long

  • elles sont également plus âgées sous antagonistes et sans
  • analogue par rapport aux protocoles longs.
  • Le choix des protocoles longs diminue avec l’âge
slide23

Les protocoles longs ou avec antagonistes ont le plus grand nombred’ovocytes et les protocoles courts ceux qui sont associe´s aunombre le plus faible.

slide24

Le nombre d’ovocytes :plus important avec la FSH-rec mais faible différence par rapport à la FSH-ur. En revanche , nombre d’ovocytes plus faible avec les HMG.

choix du protocole
Choix du protocole
  • le choix des protocoles agonistes courts
  • augmente avec l’âge
  • le rang de ponction
  • diminue dans les OPK
  • protocole des mauvais cas et des mauvaises répondeuses
  • Le choix des protocoles longs
  • diminue avec l’âge, le rang de ponction et les troubles de l’ovulation
  • le protocole de première intention
  • les bons cas.
  • Le choix du protocole antagoniste
  • augmente avec l’âge, les troubles de l’ovulation et le rang de ponction
  • traitement de deuxième intention
  • Le choix d’un protocole sans analogue
  • augmente avec l’âge ou le rang de ponction
  • traitement de recours dans les mauvais cas.
facteurs de pronostic d favorable augmentation de l ge du rang et le recours au protocole court
Facteurs de pronostic défavorable :augmentation de l’âge , du rang et le recours au protocole court
taux de grossesse gonadotrophine
Taux de grossesse /gonadotrophine
  • 629 patientes randomisée entre HMG et FSH-rec
  • taux de grossesses identiques
  • 26,3 % (HMG)
  • 25,2 % (FSH-rec)
  • Plus d’ovocytes en FSH-rec (n = 10,6) qu’avec l’HMG (n = 7,8) ( p < 0,01),
  • Mais
  • aucune différence en taux de fécondation, de transfert ou d’implantation
conclusion
Conclusion
  • préférence pour les protocoles agonistes longs en première intention
  • prescription des antagonistes progresse
  • protocoles courts restent utilisés mais résultats décevants.
  • FSH-rec :moins d’unité de dose, plus d’ovocytes et d’embryons
  • HMG et la FSH-ur montre une progression de prescription
  • cas d’échecs : opter progressivement pour l’utilisation des antagonistes, d’une part, et les HMG, d’autre part, et ce d’autant plus que les femmes sont âgées et mauvaises répondeuses.
  • taux de succès sont très proches, quel que soit le type de gonadotrophines utilisées,
  • caractéristiques de la femme (âge, rang de tentative, grossesse FIV antérieure) restent les facteurs pronostiques les plus importants.
bibliographie
Bibliographie
  • Stérilité du couple , JR ZORN , M SAVALE Masson 2ième édition
  • Vidal
  • Ovarian stimulation for IVF in France: Choice and results according to protocols and gonadotrophin B. Rossin a,*, J.-L. Pouly b, J. Belaisch-Allart c, J. de Mouzon d,groupe FIVNAT Gyne´cologieObste´trique & Fertilite´ 37 (2009) 864–872 .
  • Hompes PG, Broekmans FJ, Hoozemans DA, Schats R, FIRM group.
  • Effectiveness of highly purified human menopausal gonadotropin vs.
  • recombinant follicle-stimulating hormone in first-cycle in vitro fertilization-
  • intracytoplasmic sperm injection patients. FertilSteril 2008;89(6):
  • 1685–93.
ad