Compr hension pour une tentative de rep res didactiques
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 11

Compréhension: pour une tentative de repères didactiques. PowerPoint PPT Presentation


  • 67 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Compréhension: pour une tentative de repères didactiques. INTRODUCTION la question narratologique : le récit écrit . 1) PRECISION METHODOLOGIQUE Références  : les travaux de Catherine TAUVERON, d’Yves REUTER et de Michel FABRE 2) ANALYSE DU RECIT. 2) ANALYSE DU RECIT

Download Presentation

Compréhension: pour une tentative de repères didactiques.

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Compr hension pour une tentative de rep res didactiques

Compréhension: pour une tentative de repères didactiques.


Compr hension pour une tentative de rep res didactiques

  • INTRODUCTION

    la question narratologique : le récit écrit .

    1) PRECISION METHODOLOGIQUE

    Références : les travaux de Catherine TAUVERON, d’Yves REUTER et de Michel FABRE

    2) ANALYSE DU RECIT


Compr hension pour une tentative de rep res didactiques

2) ANALYSE DU RECIT

  • Morphologie du conte de Propp : source des analyses narratologiques

  • Concept-clé : le concept de transformation

  • C’est de la Morphologie du conte de Propp que sont venues toutes les études rigoureuses de narratologie. Le propos est de démonter, sur la base de nombre de récits, les modèles abstraits capables de générer tous les types possibles de séquences narratives. Il faut donc abstraire et formaliser les « ingrédients » fondamentaux à tout texte narratif, de manière à construire des modèles d’organisation, des schèmes qui puissent rendre compte des mises en œuvre les plus complexes (Molinié, 1991).

  • Le concept-clé, dans ce type d’analyse, est celui de transformation : transformation par rapport à une situation donnée, entre des types élémentaires de source ou d’objet possible d’une action, et selon des modèles fondamentaux de relations et de motivations humaines.


2 1 le personnage une clef pour la didactique du recit tauveron 1995

2.1) LE PERSONNAGE : UNE CLEF POUR LA DIDACTIQUE DU RECIT(TAUVERON, 1995)

a) la définition du personnage ?

  • « Nous appellerons personnages les acteurs que le récit pose comme anthropomorphes et qui jouent un rôle dans la diégèse. »

  • « Dans un récit, chaque personnage est un système formé d’éléments en interaction, lui-même élément d’un autre système englobant constitué par l’ensemble des personnages. »

    b) le concept problématique de personnage : quelques représentations(Fabre, 1990 – Tauveron, 1995)


2 2 le systeme des personnages

2.2) LE SYSTEME DES PERSONNAGES

a) notion de fonctions et de sphères d’action

  • les fonctions : selon Propp, la plupart des contes merveilleux possèdent la même structure, structure définie par un nombre limité de fonctions (31), se présentant dans un ordre défini:

    • éloignement (un des membres de la famille s’éloigne de la maison)

    • interdiction (le héros se fait signifier une interdiction) /variantes:ordre, proposition

    • transgression

    • interrogation (l’agresseur essaie d’obtenir des renseignements sur sa victime) / ou inversion.

    • Information

      etc.


Compr hension pour une tentative de rep res didactiques

  • les sphères d’action : Propp répartit ensuite ces fonctions entre les personnages en leur attribuant respectivement des sphères d’action. Il définit ainsi la sphère d’action de l’agresseur, celle du donateur, celle de l’auxiliaire, celle de la princesse et de son père, celle du mandateur, celle du héros et celle du faux-héros.

  • l’insertion des personnages dans le cours de l’action

  • L’agresseur se montre deux fois dans le courant de l’action

  • Le donateur est rencontré par hasard, la plupart du temps dans la forêt, ou dans un champ, sur une route, dans la rue.

  • L’auxiliaire magique est introduit en tant que don.

  • Le mandateur, le héros, le faux héros, la princesse, le père, font partie de la situation initiale.

  • « On peut considérer cette distribution comme la norme du conte ».


B mod lisation de greimas le sch ma actantiel s mantique structurale 1966

b) modélisation de Greimas : le schéma actantiel (Sémantique structurale, 1966)

  • Greimas reprend le schéma syntaxique classique :

    sujetverbeobjet

  • Le schéma actantiel devient alors le suivant :

    Destinateurobjetdestinataire

    Adjuvant sujetopposant

  • quelques problèmes identifiés : la distribution en camps et la polarisation des personnages


2 3 la sequentialite

2.3) LA SEQUENTIALITE

  • Paul Larivaille s’emploie à réduire le schéma des 31 fonctions à une série de 5 séquences : Le modèle quinaire

  • Ce schéma décrit un processus dynamique de transformation, qui part d’un état initial d’équilibre pour aboutir à un état final transformé.

  • 1) état initial / équilibre

  • 2) transformation :processus dynamique

    - élément déclencheur , action, sanction

  • 3) état final / équilibre


2 4 les grammaires du recit le programme narratif

2.4) LES GRAMMAIRES DU RECIT : LE PROGRAMME NARRATIF

  • Les modèles de compréhension proposés par les grammairiens du récit (Mandler, 1981-1982) offrent des outils permettant de dépasser la compétence narrative minimale.

  • L’intrigue est alors appréhendée par l’identification du protagoniste, du problème qu’il rencontre, de sa réponse psychologique, de son but et de son plan, de sa tentative pour atteindre le but et de l’issue de cette tentative.


2 5 fiction et narration

2.5) FICTION ET NARRATION

  • Genette (1983) propose une tripartition qui distingue :

    histoire (appelée ailleurs fiction ou diégèse) = les événements dénotés

    narration = l’énonciation du récit < la manière dont les événements sont racontés >

    récit = le produit, syntaxique et sémantique, de l’acte narratif.

  • modèle d’analyse de Genette (Nouveau discours du récit, Paris, 1983), synthétisé par O. Ducrot dans son Dictionnaire des sciences du langage


2 6 conclusion

2.6) CONCLUSION

  • Références bibliographiques :

  • Littérature1 et 2

  • TAUVERON C. Lire la littérature à l’école Hatier Pédagogie, 2002

  • TAUVERON C. Le personnage, une clef pour la didactique du récit à l’école élémentaire, DelachauxNiestlé, 1995

  • LARTIGUE Rosine Vers la lecture littéraire au cycle 3 CRDP de Créteil

  • FABRE Michel Projets narratifs cycles I et II, CRDP Basse-Normandie

  • GENETTE Gérard, Figures, Seuil, 1966, 1969, 1972

  • Repèresn°21 Diversité narrative, dir. Yves Reuter et Catherine Tauveron, INRP 2000

  • Article de Calame-Gippet et Marcoin D. , « Des dispositifs didactiques et pédagogiques pour construire la lecture littéraire à l’école » in Comprendre et interpréter les textes littéraires à l’école,Repères n°19, Paris INRP


  • Login