Solennité de Jésus  Maître
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 46

Solennité de Jésus Maître PowerPoint PPT Presentation


  • 44 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Solennité de Jésus Maître. Jacques Alberione 1884 - 1971. Frère André : un témoin extraordinaire dans une vie ordinaire, par son accueil et sa compassion. Deux figures d’Église à la fois incomparables et juxtaposables. Deux êtres frêles, mais actifs et audacieux

Download Presentation

Solennité de Jésus Maître

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Solennit de j sus ma tre

Solennité de Jésus Maître


Solennit de j sus ma tre

Jacques Alberione

1884 - 1971

Frère André :

un témoin extraordinaire

dans une vie ordinaire,

par son accueil et sa compassion.

Deux figures d’Église

à la fois incomparables

et juxtaposables.

Deux êtres frêles,

mais actifs et audacieux

avec, dans le cœur,

des projets à en

couper le souffle.

Père Jacques Alberione :

un prophète du 20e siècle!

Deux hommes d’humilité, de simplicité,

de foi, de prière et de service 

Alfred Bessette

1845 - 1937


Solennit de j sus ma tre

Frère André

Un frère, un ami, un bâtisseur

et un prophète. Un Saint.

Né le 9 août 1845 à Saint-Grégoire d’Iberville, (diocèse de St-Hyacinthe), P.Q.

Il est presque mourant et il est d’abord ondoyé à la maison.

Le lendemain, il est baptisé

à l’église et reçoit le nom d’Alfred.

Jacques Alberione

Un prêtre, pionnier, fondateur,

bâtisseur, prophète. Un Bienheureux.

Né le 4 avril 1884 dans une campagne

du Piémont, (Italie), il est fragile et

ses parents craignent de le perdre.

Il est baptisé le jour suivant.


Solennit de j sus ma tre

Jacques a 6 ans, il fréquente l’école primaire où il s’exprime déjà sur ce qu’il pense faire plus tard.

À la petite école, Alfred a appris quelque chose.

Il sait lire et il se perfectionne lui-même par la pratique.


Solennit de j sus ma tre

Le père d’Alfred meurt 5 ans

après sa naissance

et il a12 ans quand sa mère meurt.

Alfred accepte bien les difficultés

et les misères du travail.

En dépit de son état de santé et de sa faiblesse,

il ne se laisse pas dépasser par les autres

au travail.

Et il remplit sûrement bien ses devoirs religieux durant son adolescence.

Jacques est éduqué à la vie honnête et laborieuse, à la foi limpide et sûre par les exemples que ses parents lui donnent constamment à travers la prière quotidienne, la fréquentation de l’église et le travail des champs.


Solennit de j sus ma tre

Alfred se rend parfois à Saint-Césaire et il passe quelque temps

au presbytère où il rencontre le curé André Provençal.

Un jour, le curé demande à Alfred

s’il n’a jamais songé à devenir religieux.

Pensez-vous que j’ai vraiment la vocation?

Le curé répond : Je le crois!

Prie Dieu pour qu’il t’éclaire!

Au cours de l’année scolaire 1890-91,

l’institutrice de San Lorenzo demande

à quelques-uns des quatre-vingts écoliers

ce qu’ils pensent faire plus tard.

Jacques est interrogé le deuxième.

Il réfléchit quelque peu, puis il répond

d’un ton décidé: Je serai prêtre!


Solennit de j sus ma tre

Au début de l’automne 1870, Alfred prend la route de Montréal.

Le noviciat des religieux de Sainte-Croix vient de se transférer

au nouvel établissement ouvert à la Côte des Neiges.

En octobre 1896, à 12 ans, Jacques entre au séminaire

de Bra qu’il quitte 4 ans plus tard. En octobre 1900, à 16 ans,

il se trouve définitivement

au séminaire d’Alba (Piémont).


Solennit de j sus ma tre

Au séminaire d’Alba, Jacques Alberione rencontre un directeur spirituel vraiment idéal en la personne du Chanoine F. Chiesa

à qui il se confie totalement et qu’il prend comme modèle de vie sacerdotale.

Alfred Bessette y est reçu à bras ouvert par un père qui est à la fois supérieur des élèves et directeur

des novices. Le curé de Saint Césaire a écrit :

Je vous envoie un saint dans votre communauté.

Cet aspirant à la vie religieuse a un cœur bien ouvert à l’idéal surnaturel; il est habitué aux épreuves,

à la croix. Il est un véritable modèle d’obéissance,

de dévouement et de piété.


Solennit de j sus ma tre

Alfred revêt l’habit religieux

le 27 décembre 1870.

Le prêtre qui préside lui dit : Alfred Bessette, désormais, vous vous appellerez frère André.

Il ne se doute certes pas que

le jeune homme qu’il interpelle

réalisera une œuvre merveilleuse.

Le novice a voulu choisir ce nom comme témoignage de reconnaissance envers

André Provençal, curé de Saint Césaire.


Solennit de j sus ma tre

Le 31 décembre 1900, avec les autres séminaristes, Jacques Alberione prie longuement en adoration du Saint Sacrement.

C’est alors qu’il se sent profondément obligé de se préparer à faire quelque chose pour le Seigneur et les hommes du siècle nouveau.


Solennit de j sus ma tre

Le 30 juin 1907

Jacques Alberione est ordonné prêtre.

Il est loin de penser qu’il deviendra

le Fondateur de 10 Instituts

formant la Famille paulinienne.


Solennit de j sus ma tre

Frère André, homme de prière

Il prie, pour ainsi dire, du matin jusqu’au soir, et du soir au matin.

Il n’y en a pas d’assez saint pour ne pas avoir besoin de prières.

Il parle souvent du grand mystère de l’Eucharistie.

Si l’on saisissait vraiment que c’est Notre Seigneur qu’on reçoit

dans la sainte communion, comme on s’y préparerait,

et comme nos moments d’action de grâces

nous seraient précieux!

Alberione en prière

« Jésus Maître, je te remercie et je bénis ton cœur

très aimant pour le grand don de l’Eucharistie » …


Solennit de j sus ma tre

Le frère André dit son chapelet. Quand il n’est pas occupé, il tient son chapelet dans ses mains placées derrière le dos.

Avec le chapelet, on passe partout dit-il. Il enseigne à

ne jamais séparer la dévotion à saintJoseph de

la dévotion à Marie,

à Notre Seigneur,

à la sainte Famille.

Tous ses projets naissent de l’Eucharistie.

Vous êtes tous nés de l’Eucharistie insiste

le père Jacques et de la lecture des Lettres de saint Paul

qu’il considère comme inspirateur,

père et protecteur de son œuvre.


Solennit de j sus ma tre

Avec Jacques Alberione, la Parole de Dieu, la Bonne Nouvelle,

sera annoncée dans le monde entier à travers

les moyens modernes de communication.

Avec le frère André, la Bonne Nouvelle, l’Évangile,

est annoncée aux pauvres, aux miséreux, aux malades, aux affligés.


Solennit de j sus ma tre

Projet apostolique

Jacques Alberione prépare la fondation du premier noyau de la Famillepaulinienne qui voit le jour au mois d’août 1914, par l’ouverture de l’École typographique Petit ouvrier, future Société Saint-Paul pour la diffusion de la bonne presse. Il faut toujours partir de Bethléem, dit-il, donc, dans la pauvreté!


Solennit de j sus ma tre

Un projet considérable : l’Oratoire sur la montagne

Le frère André suit la voie spirituelle de la confiance. Il dit :

On abien raison. Je suis un ignorant. C’est pour cela

que le bon Dieu se sert de moi.

S’il y avait plus ignorant, le bon Dieu l’aurait choisi à ma place.

Saint Joseph veut être honoré sur la montagne.


Solennit de j sus ma tre

Sa confiance en Saint Joseph est inébranlable. Et c’est à lui qu’il attribue toutes les guérisons spirituelles et corporelles des gens qui se rendent à la porte du collège Notre-Dame et sollicitent des faveurs et du réconfort. Il les invite toujours à garder confiance et à prier saint Joseph.

Frère André dit souvent : Ne cherchez pas à vous faire enlever les épreuves; demandez plutôt à Dieu la grâce de les bien supporter! Le bon Dieu fait des miracles. Saint Joseph les obtient.


Solennit de j sus ma tre

Une menace pèse cependant

sur tous ses rêves.

En juillet 1923, Jacques Alberione tombe gravement malade.

Et contrairement au diagnostic et aux prévisions, sa santé se rétablit.

Il dit : Saint Paul m’a guéri!

« Ma faiblesse, c’est ma force »,

disait saint Paul.


Solennit de j sus ma tre

L’Oratoire Saint Joseph voit le jour et devient un haut lieu de prière et de spiritualité. « Priez saint Joseph, je vais le prier avec vous », dit-il. Par sa prière, frère André est un réconfort et continue de l’être pour des milliers de gens. Quand vous dites tout bas : Notre Père qui êtes aux cieux, il a l’oreille sur votre bouche.


Solennit de j sus ma tre

Promesse

Au cours de la deuxième guerre mondiale,

tous les membres de la Famille paulinienne sortent indemnes des bombardements

sur Rome.

C’est alors que Jacques Alberione promet

de faire construire un Sanctuaire à

Marie,Reine de des Apôtres.

Ce sanctuaire est inauguré en 1954.


Solennit de j sus ma tre

Le frère André a réalisé son rêve, le regard et le cœur toujours tendus vers le haut.

Jacques Alberione aussi

réalise son rêve dans l’humilité,

l’audace et une foi inébranlable.


Solennit de j sus ma tre

Deux bâtisseurs remarquables

Oratoire Saint Joseph

Sanctuaire Marie Reine des Apôtres


Solennit de j sus ma tre

Le sourire, fruit d’une paix inaltérable


Solennit de j sus ma tre

En voyage!

Leur présence humble et sereine parle de Dieu.

Ils passent en faisant le bien.


Solennit de j sus ma tre

Rencontres exceptionnelles


Solennit de j sus ma tre

Jacques Alberione rend visite

au Cardinal Paul-Émile Léger,

à Padre Pio ainsi

qu’à d’autres dignitaires.

Frère André

entouré de politiciens.


Solennit de j sus ma tre

Le frère André, accomplit sa mission à partir de sa fonction d’humble portier qu’il continue d’assumer au collège Notre-Dame dans une grande simplicité. Il y passe quarante ans de sa vie. Il dira : « Au sortir du noviciat, les supérieurs m’ont mis à la porte, et j’y suis resté quarante ans sans partir ».

C’est dans l’humilité et avec une foi inébranlable que le père Jacques Alberione poursuit la réalisation de son projet,

en apôtre de l’Évangile,

par les moyens modernes de communication. Rien ne lui fait peur!

Sa vie spirituelle et sa vie apostolique font

toujours appel à la Parole de Dieu.


Solennit de j sus ma tre

Chambre du

père Jacques Alberione

Pauvreté, vertu essentielle

pour posséder Dieu,

richesse par excellence!

Chambre du

frère André


Solennit de j sus ma tre

Je vous souhaite de vous nourrir du vrai pain

de l’Évangile, le meilleur qui soit.

Saurions-nous en quoi consistent l’humilité,

la douceur, la patience, le pardon des offenses,

la virginité, la charité fraternelle poussée jusqu’à donner sa vie, si nous n’avions lu et médité

les exemples et les enseignements

de notre Seigneur sur ces vertus?

« Priez saint Joseph, je vais le prier avec vous »,

dit-il. Par sa prière, frère André est un réconfort

et continue de l’être pour des milliers de gens.

Et encore: Il y a si peu de distance entre le ciel et la terre que Dieu nous entend toujours.


Solennit de j sus ma tre

Au soir de la vie

Le frère André a eu quatre-vingt-onze ans le 9 avril 1936.

Il semble pressentir sa fin prochaine.

En octobre, il avait dit : La continuation des travaux de la basilique est assurée,

je suis inutile maintenant. C’est le temps de m’en aller.

À Noël, il dit : J’ai tout fait ce que j’avais à faire, l’œuvre n’a plus besoin de moi. Encore un jour de Noël de passé. Pour moi, c’est probablement le dernier.


Solennit de j sus ma tre

En route vers l’au-delà

Jacques Alberione est toujours

resté fidèle à sa résolution :

Je veux être un bon membre de

la Famille paulinienne, au moins au ciel, où je serai un frère pour mes frères.

Quant à ma pauvre carcasse :

j’ai accompli la volonté divine mais

je dois disparaître de la scène

et du souvenir, même si,

parce que plus âgé, j’ai du recevoir du Seigneur pour donner aux autres…

Expression d’une humilité exceptionnelle!


Solennit de j sus ma tre

J’ai l’intention d’appartenir à cette admirable Famille paulinienne comme serviteur maintenant et dans le ciel où je veillerai sur ceux qui emploient les instruments les plus modernes et les plus efficaces pour accomplir le bien. Dans la sainteté, dans le Christ,

en Église.

Âgé de 87 ans, Jacques Alberione meurt à Rome le 26 novembre 1971 après avoir reçu la visite du pape

Paul V1, son admirateur et son ami.

On l’entend murmurer : « Je meurs…

Paradis..Je prie pour tous. »

La maladie va le terrasser dans la nuit du 27 décembre 1936. Le 31, au soir,

frère André est transporté à l’hôpital de Saint Laurent où, après une crise

qui le secoue violemment, il confie à la religieuse infirmière :

« Le grand Tout-puissant s’en vient. »


Solennit de j sus ma tre

Renommée de sainteté

Vers la fin de sa vie, le frère André dit à un confrère : Vous savez, la sainteté, ça n’arrive pas comme un coup de fouet.

Ce sont les simples, les humbles qui savent reconnaître la sainteté, comme ce fut le cas au temps du Christ. Sur le tombeau qui garde les restes vénérés de l’apôtre de saint Joseph, le frère André, nous pouvons lire trois mots : pauvre, serviteur, humble.

La majorité des personnes qui l’ont connu admettent qu’il était un saint. Il obtenait de Dieu tout ce qu’il voulait par l’intercession de saint Joseph.

La renommée de sainteté du père Jacques Alberione se répand largement dans la Famille paulinienne et dans le monde. Elle fait affluer les visiteurs à son tombeau, et des grâces, même exceptionnelles, sont obtenues par les fidèles qui se sont recommandés à son intercession.


Solennit de j sus ma tre

Tombeau du Frère André

Oratoire Saint Joseph

Montréal

Tombeau de Jacques Alberione

Sanctuaire Marie Reine des Apôtres

Rome


Solennit de j sus ma tre

Béatification

Le 23 mai 1982, à Rome, le frère André

est déclaré bienheureux par le pape Jean Paul II.

19 juin 1982, messe d’action de grâces

au Stade olympique de Montréal

à l’occasion de la béatification du frère André.

Rome


Solennit de j sus ma tre

Médaille commémorative de la Béatification

du frère André

Médaille commémorative de la béatification

du père Jacques Alberione


Solennit de j sus ma tre

Vers la canonisation du frère André


Solennit de j sus ma tre

Béatification

Le Pape Jean Paul II le déclare Bienheureux

sur la place Saint Pierre le 27 avril 2003.


Solennit de j sus ma tre

Les membres de sa grande Famille spirituelle sont dans l’allégresse.


Solennit de j sus ma tre

Ils vivent

ce moment incomparable dans l’action de grâces.


Solennit de j sus ma tre

« Nous sommes venus, Seigneur,

pour célébrer dans la joie,

l’incomparable richesse de ta grâce ».


Solennit de j sus ma tre

Canonisation

Le pape Benoît XVI le déclare Saint le 17 octobre 2010. Le saint frère André est désormais inscrit au calendrier des saints de l’Église catholique. Sa fête liturgique

est fixée au 6 janvier, jour de son entrée au ciel.


Solennit de j sus ma tre

Célébration eucharistique

par le Pape Benoît XVI

et le Cardinal Jean-Claude Turcotte

à l’occasion de la canonisation,

le 17 octobre 2010,

Place Saint Pierre, Rome.


Solennit de j sus ma tre

Place Saint Pierre, Rome


Solennit de j sus ma tre

« Que l’Église exulte de joie pour notre frère André!

À jamais, il est glorifié auprès du Seigneur, notre Père ».

(M. Dubé, o.p.)


Solennit de j sus ma tre

Sœurs Disciples de Jésus Maître

31 octobre 2010 – Montréal, Canada


  • Login