A gents t ransmissibles n on c onventionnels
Download
1 / 27

A gents T ransmissibles N on C onventionnels - PowerPoint PPT Presentation


  • 81 Views
  • Uploaded on

A gents T ransmissibles N on C onventionnels. Médecin Principal Serge VEDY Assistant des Hôpitaux des Armées Laboratoire de Biologie Médicale. Définition. Agents responsables d’ encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles. Les agents ou prions. Nature exacte inconnue

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' A gents T ransmissibles N on C onventionnels' - brandy


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
A gents t ransmissibles n on c onventionnels

Agents Transmissibles Non Conventionnels

Médecin Principal Serge VEDY

Assistant des Hôpitaux des Armées

Laboratoire de Biologie Médicale


D finition
Définition

Agents responsables

d’encéphalopathiessubaiguësspongiformes

transmissibles


Les agents ou prions
Les agents ou prions

  • Nature exacte inconnue

  • Absence d’acides nucléiques

  • Indissociable d’une protéine: la PrPsc

  • PrPsc variante d’une protéine normale la PrPcRESISTANTE A LA PROTEINASE K


Les agents ou prions1
Les agents ou prions

  • PrPc codée par 1 seul gène présent sur le bras court du chr 20 (gène prnp)

  • Présente normalement dans les cellules nerveuses et du système immunitaire

  • Fonction exacte méconnue


PrPc

  • Fonctions supposées:

  • Signalisation cellulaire

  • Interaction avec matrice extracellulaire

  • Transport du cuivre

  • Compensation du stress oxydatif

  • Régulation de l’apoptose +++

  • Régulation du cycle cellulaire de certains rétrovirus (VIH)


Physiopathologie
Physiopathologie

2. Réaction en chaîne

1. Évènement initial

Transconformation

PrPc – PrPsc

(d’après J. Safar, 1997)


Physiopathologie1
Physiopathologie

Encéphalopathie


Enc phalopathies subaigu s
Encéphalopathies subaiguës

  • Concerne l’homme et certains animaux

HOMME

ANIMAL

  • Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ)

  • Kuru

  • Sd de Gerstmann-Sträussler-Scheinker

  • Insomnie fatale familiale

  • Tremblante du mouton et de la chèvre

  • Maladie du dépérissement chronique des ruminants sauvages

  • Encéphalopathie du vison

  • Encéphalopathie spongiforme féline

  • Encéphalopathie spongiforme bovine ou ESB


M aladie de c reutzfeldt j akob

MaladiedeCreutzfeldtJakob

Hans-Gerhard Creutzfeldt

(1885-1964)

Alfons Maria Jakob

(1884-1931)

1ière Description 1920

2ième Description 1921


Physiopathologie2
Physiopathologie

INOCULATION

(iatrogène)

FORME SPONTANEE

FORME FAMILIALE

Origine de la PrPsc

responsable de

l’événement initial

INGESTION

AGENT ESB

(vMCJ)

1996


Physiopathologie3
Physiopathologie

Origine iatrogène

Origine alimentaire


Physiopathologie4
Physiopathologie

  • Dans tous les cas, fort déterminisme génétique:

  • Gène prnp:

    • 50% d’hétérozygotie population générale codon 129

    • (met-val)

    • 100% d’homozygotie codon 129 met-met dans la vMCJ

    • 90% d’homozygotie codon 129 gène prnp MCJ forme

    • Sporadique

    • Mutations aux codons 178, 180, 183, 200, 210, 211, 232

    • dans les formes familiales

  • Gènes du CMH


Pid miologie
Épidémiologie

  • Maladie Rare, ubiquitaire

  • 1-2 nouveaux cas/an/million d’habitants

  • 85% formes spontanées

  • 10-15% formes familiales

  • Existence de formes iatrogènes

  • 1996, transmission de l’ESB à l’homme


Clinique
Clinique

  • Sexe Ratio: 1

  • 50-70 ans

  • Incubation longue (40 ans) et asymptomatique

  • Phase d’état: atteinte exclusive du SNC

  • Aucune autre manifestation « infectieuse »

  • Évolution subaiguë mortelle après déclaration


Clinique forme spontan e
Clinique forme spontanée

  • Age moyen 62 ans

  • Début insidieux: Sd dépressif pendant 1 à 2 mois

  • Puis troubles comportementaux, paresthésies, myoclonies +++ (88% des cas)

  • Puis majoration au corps entier (spasmes, secousses, rigidités corporelles)

  • DEMENCE (100% des cas) « faciès terrifié traduisant un onirisme au long cours »

  • Rigidité corporelle allant crescendo…troubles de l’alimentation…état comateux…

  • DECES EN 6 MOIS (moyenne)


Variations cliniques
Variations cliniques

  • Formes familiales: apparaissent plus tôt (40 ans) et durent plus longtemps (2 ans)

  • vMCJ: médiane 29 ans, Présentation psychiatrique dépressive voire pseudo-schizoïde puis ataxie cérébelleuse et Sd pyramidal (rigidité). Coma puis décès en 14 mois.

  • Formes iatrogènes: clinique fonction de la porte d’entrée. Centrale: incubation 10-40 mois + démence, Périphérique: incubation 5-40 ans + ataxie, démence parfois absente (comme pour le KURU)


Diagnostic
Diagnostic

  • Absence de tests biochimiques ou sérologiques

  • Arguments cliniques

  • Arguments neuropathologiques (spongiose, gliose, déperdition neuronale)

  • Transmissibilité expérimentale

  • Immunobiochimie fragment de SNC (résistance protéinase K, typage moléculaire par WB)

1+2 Spontanée

3 Iatrogène

POST MORTEM

4 vMCJ


Diagnostic1
Diagnostic

Orientation du vivant du patient

  • Protéine 14-3-3 dans le LCR

  • PrPsc organe lymphoïde et vMCJ

  • IRM (hyper signal pulvinar et vMCJ)

  • EEG

  • Biologie moléculaire


Traitement
Traitement

AUCUN A L’HEURE ACTUELLE

  • Nombreuses molécules qui ont fait la preuve d’une efficacité in vitro mais pas in vivo

  • Vaccinologie = résultats expérimentaux encourageants

PROPHYLAXIE


Prions et sant publique
Prions et Santé Publique

3 types de risque potentiels:

  • Alimentaire = exposition à l’ESB

  • Utilisation de produits biologiques

  • Neurochirurgie


Prions et sant publique1
Prions et Santé Publique

Risque alimentaire:

  • Éviction des animaux malades

  • Retrait des organes connus pour être infectieux

  • Éviction des farines alimentaires d’origine animale pour éviter la dissémination dans la population bovine


Prions et sant publique2
Prions et Santé Publique

Risque biologique:

  • Pas de rapport ATCD chir/MCJ en dehors des actes iatrogènes décrits

  • Pas de rapport transfusion/MCJ


Prions et sant publique3
Prions et Santé Publique

Risque chirurgical:


Conclusion
Conclusion

  • « Agents infectieux » particuliers

  • Franchissement barrière d’espèce

  • Vigilance et traçabilité micro biologique alimentaire

  • Bouleversement des pratiques de stérilisation



Kuru

  • Cannibales

  • Ethnie des « Fores »

  • Nouvelle Guinée

  • ESST sans démence