Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 39

APDP PowerPoint PPT Presentation


  • 59 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

APDP. TD1 énergétique. Notre problématique:. Qu’est ce qu’être un étudiant compétent en APDP (énergétique) en licence 1?. La notion de compétence:. Un étudiant compétent en licence 1 est un étudiant qui dispose: De connaissances; De capacités; D’attitudes. Les attitudes:.

Download Presentation

APDP

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

APDP

TD1 énergétique


Notre probl matique l.jpg

Notre problématique:

Qu’est ce qu’être un étudiant compétent en APDP (énergétique) en licence 1?


La notion de comp tence l.jpg

La notion de compétence:

  • Un étudiant compétent en licence 1 est un étudiant qui dispose:

  • De connaissances;

  • De capacités;

  • D’attitudes.


Les attitudes l.jpg

Les attitudes:

  • Pouvoir s’échauffer seul et gérer son effort au cours des séances.

  • Accepter des intensités d’efforts intenses.

  • S’impliquer dans la construction d’un projet de course.

  • Participer à la séance en prenant des notes.


Les connaissances l.jpg

Les connaissances:

  • Connaître les mécanismes physiologiques de base en énergétique.

  • Établir des relations entre l’intensité de l’effort et la FC, plus généralement connaître les principaux concepts (filières énergétiques, capacité, puissance, seuil, lactatémie…).

  • Les principes de construction d’une séance d’entraînement.


Les capacit s l.jpg

Les capacités:

  • S’échauffer seul (y compris les étirements).

  • Maintenir un effort intense le plus longtemps possible.


Slide7 l.jpg

Physiologie de l’effort

Les filières énergétiques

Bases énergétiques de la contraction musculaire

Quelques principes


Slide8 l.jpg

Quelques principes

Pas de contraction

sans ressources énergétiques

C’est l’énergie chimique qui assure

la contraction musculaire


Slide9 l.jpg

La réaction se produit

au niveau cellulaire

La cellule transforme l’énergie chimique

en énergie mécanique

La cellule trouve son énergie sous forme

de molécules riches en éléments

phosphore: l’ATP


Slide10 l.jpg

Particularité de cette molécule

D’ATP

Elle est logée au niveau

des fibres musculaires.

Une fois stimulée par un influx nerveux

elle se dissocie et libère de l’énergie

capable de provoquer le raccourcissement

des fibres musculaires.

ATP ADP + P + E

INFLUX NERVEUX


Slide11 l.jpg

Durée du mouvement

Tant qu’il y a de l’ATP au niveau

musculaire

Au delà

L’organisme doit le « refabriquer »

On parle…

…des mécanismes de resynthèse

De l’ATP


Slide12 l.jpg

2 voies de resynthèse:

La voie anaérobie

La voie aérobie

3 mécanismes:

La voie anaérobie

alactique

La voie anaérobie

lactique

La voie aérobie


Slide13 l.jpg

La voie anaérobie alactique:

Elle utilise les réserves en ATP.

Elle est comparée au « starter »

de l’effort musculaire

Sans oxygène

Anaérobie

Sans production d’acide

lactique

Alactique


Slide14 l.jpg

2 combustibles pour cette

voie anaérobie alactique

La créatine (CP)

contenue dans

les cellules

musculaires

L’ATP


Slide15 l.jpg

Tableau de synthèse


Slide17 l.jpg

La voie anaérobie lactique:

En l’absence d’O2 elle utilise un sucre complexe

présent en réserve au niveau musculaire

et hépatique : le glycogène

On parle de « glycolyse anaérobie »

Avec production

d’acide lactique

Lactique

Combinaison

d’acide pyruvique et

hydrogène


Slide18 l.jpg

Après réactions chimiques ce glycogène se transforme en

ATP + lactate

S’accumule

Utilisé pour les

efforts

L’inconvénient sera une augmentation importante

du taux d’acide lactique.

Cette augmentation est dite

« Exponentielle »


Slide20 l.jpg

Infos pratiques

Les vitesses les plus associées à l'acidité représentent une gamme

s'étendant de 110% à 150% de la VMA.

Les disciplines concernées sont principalement

les 200m, 400m, 800m, 1000m et 1500m.

la gêne associée à l'acidité commence à se ressentir

au niveau de l'organisme après 20" de course à fond.

Elle atteint son paroxysme en 40"


Slide21 l.jpg

La voie aérobie :

En présence d’O2, le pyruvate va être

métabolisé donnant de l’eau, du CO2

De l’ATP et de la chaleur.

L’organisme utilise le sucre mais également

les « graisses » pour fabriquer de l’ATP

Elles ont un bon

rendement

Les réserves de graisse

sont presque

inépuisables

On peut comparer l’utilisation des lipides à un moteur diesel


Slide22 l.jpg

Après réactions chimiques ce glycogène se transforme en

ATP + lactate

S’accumule

Utilisé pour les

efforts

Le glycogène ou sucre complexe provient

de l’alimentation

Sucres rapides

Sucres lents

Riz, pâtes

Confiseries, soda, barres

chocolatées…


Slide23 l.jpg

Les sucres rapides sont néfastes

libérant trop rapidement

une énergie de mauvaise qualité et en excès

se transformant en mauvaise graisse

De quoi dépendent les réserves

importantes de glycogène?


Slide24 l.jpg

3 réponses

D’une alimentation riche

En hydrate de carbone (pâtes, riz…)

De l’entraînement qui favorise

le stockage du glycogène

De l’épuisement des réserves qui donne

une surcompensation en cas d’alimentation

riche en hydrates de carbone


Slide25 l.jpg

Plusieurs interrogations

Pourquoi avons-nous besoin

des enzymes?

De quoi a besoin une enzyme

pour bien fonctionner?


Slide26 l.jpg

Réponse à la question 1:

Utilité des enzymes?

Elle accélère ou ralentit

une réaction chimique.

Par exemple: au cours d’un effort physique le muscle

a besoin de plus d’énergie

donc de plus d’ATP. Plusieurs enzymes

vont alors intervenir pour augmenter la

cadence de dégradation du glycogène.


Slide27 l.jpg

Réponse à la question 2:

De quoi a besoin une enzyme?

Souvent ces

co-enzymes sont

des vitamines

D’une co-enzyme. C’est l’association

entre les 2 qui aura un effet sur

les réactions chimiques.

D’une bonne acidité du milieu (pH).

Trop d’acidité diminue l’activité des

enzymes

Fatigue et épuisement

D’une bonne t°. Si elle augmente trop

l’activité de l’enzyme diminue.


Slide28 l.jpg

Ainsi l’entraînement aura pour but

d’améliorer la tolérance de ces

enzymes à des conditions

élevées de T° et d’acidité.


Slide29 l.jpg

Que devient l’acide lactique?

En présence d’O2 les lactates redonnent du pyruvate

qui fournira de l’ATP. Mais pour partie ces lactates vont

s’accumuler et augmenter l’acidité du milieu.

Ainsi une petite activité musculaire après compétition favorise

La transformation des lactates en pyruvate et donc la

« détoxication du muscle » (le décrassage).

L’entraînement aura pour fonction d’amener le sportif

à tolérer un niveau de plus en plus élevé d’acide lactique


Slide31 l.jpg

En résumé

En début d’exercice les 3 voies se mettent en route pour fournir de

l’ATP. La voie aérobie présente une inertie avant d’être efficace (30’).

Cette période est appelée « dette d’O2 », ensuite la ventilation atteint

un niveau d’équilibre, on parlera de « 2nd souffle ».

Ainsi l’échauffement est déterminant. Au-delà de préparer

les muscles, il permet d’atteindre cet état d’équilibre

Pour perdre des graisses, faire un effort

non intense mais long (30’ à 1h30’)


Slide32 l.jpg

Quelques concepts

Seuil aérobie

Seuil anaérobie


Slide33 l.jpg

Seuil aérobie

Ce seuil correspond au point où le lactate sanguin dépasse

la valeur de 2mmoles/litre de sang.

Ce seuil correspond à une FC comprise entre

70 et 80% de la FC max

Courir au seuil aérobie correspond à une

allure d’échauffement, de récupération

voir de course de longue durée

La filière énergétique utilisée est essentiellement

aérobie jusqu’à la vitesse au seuil aérobie.


Slide34 l.jpg

Seuil aérobie

(suite)

C’est autour de la vitesse de ce seuil que les

graisses sont utilisées.

On considère qu’à ce seuil les % de VMA utilisés

correspondent respectivement à:

80% de la VMA

Pour l’élite

75% de la VMA

pour le coureur

moyen

70% de la VMA

pour le débutant


Slide35 l.jpg

Si elle correspond à une FC d’environ 70% à 80% de FC max

cela donne 133 à 152 de FC de course.

Conclusion

Seuil aérobie correspond

à la frontière d’utilisation

des filières énergétiques


Slide36 l.jpg

Seuil anaérobie

Ce seuil correspond au point où le lactate sanguin dépasse

la valeur de 4mmoles/litre de sang.

La dégradation du glucose provoque la production de

beaucoup d’acide lactique non éliminable

en totalité


Slide37 l.jpg

Seuil anaérobie

(suite)

Le système énergétique anaérobie devient prépondérant au-delà d'une certaine vitesse de course correspondant au seuil anaérobie.

Celui-ci s'évalue entre 85 et 90, voir 93% de la fréquence cardiaque maximale, selonle niveau de l'athlète.

Si elle correspond à une FC d’environ 90% à 93% de FC max

cela donne (pour un étudiant) 180 à 185 de FC de course.


Slide38 l.jpg

2 tableaux de synthèse


  • Login