L’Univers est-il soumis à des lois mathématiques ?
Download
1 / 44

L’Univers est-il soumis à des lois mathématiques ? - PowerPoint PPT Presentation


  • 89 Views
  • Uploaded on

L’Univers est-il soumis à des lois mathématiques ?. Christian Magnan Astrophysicien Collège de France lacosmo.com. Les enjeux. Une difficulté.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' L’Univers est-il soumis à des lois mathématiques ?' - bertha-hardy


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

L’Univers est-il soumis à des lois mathématiques ?

Christian Magnan

Astrophysicien

Collège de France

lacosmo.com



Une difficulté

« Il y a un certain ordre de la nature, lequel se traduit par des lois : les faits obéiraient à ces lois pour se conformer à cet ordre. Le savant lui-même peut à peine s’empêcher de croire que la loi préside aux faits et par conséquent les précède, semblable à l’idée platonicienne sur laquelle les choses avaient à se régler. […] il faut vraiment lutter contre soi-même pour se représenter les principes de la mécanique autrement qu’inscrits de toute éternité sur des tables transcendantes que la science moderne serait allée chercher sur un autre Sinaï. »Henri Bergson (Les deux sources de la morale et de la religion)


Nicolas Copernic

1473-1543


Bien que recherchant l’harmonie du monde Kepler brise l’image sacrée du cercle

Les planètes décrivent une ellipse dont le Soleil occupe l’un des foyers

Johannes Kepler1571-1630


Invention de la lunette astronomique l’image sacrée du cercle

Premières observations en 1609

Galilée

(1564-1642)


Le malentendu originel l’image sacrée du cercle

La nature est comme un immense livre que nous tenons ouvert sous nos yeux. Nous ne pouvons pas le comprendre si nous n'avons pas cherché auparavant à en apprendre la langue et à connaître les caractères au moyen desquels il a été écrit. Or il est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont des triangles, des cercles et des figures géométriques, sans lesquels il serait impossible à tout homme d'en saisir le sens.

Galilée (Il saggiatore, 1623)


Symboliquement parlant, la science est née en août 1684 l’image sacrée du cercle

Isaac Newton 1642-1727

Johannes Kepler1571-1630

Edmond Halley1656-1742

Quelle serait la trajectoire d’un point soumis à une attraction centrale en 1/r2 ?

Cette trajectoire serait une ellipse !


Le « miracle » de la rencontre entre théorie et observation s’est reproduit une seconde fois au début du XXe siècle

Albert Einstein 1879-1955

Découverte de l’expansion de l’Univers

Edwin Hubble 1889-1953


Hubble mesure la distance et la vitesse radiale des galaxies et constate que toutes les galaxies s’éloignent de la nôtre

Henrietta Leavitt 1868-1921

1929


L’Univers est un univers de et constate que toutes les galaxies s’éloignent de la nôtreBig Bang

Georges Lemaître1894-1966

Alexandre Friedmann 1888-1925


Un univers de Friedmann n’a pas d’extérieur. et constate que toutes les galaxies s’éloignent de la nôtre

Il est pourtant fini


Équation de sphères à 1, 2 ou 3 dimensions et constate que toutes les galaxies s’éloignent de la nôtre

2-surface à χ donné :4πa2 sin2χ


a = (A/2) (1 – cos et constate que toutes les galaxies s’éloignent de la nôtreη)

t = (A/2) (η – sin η)

Équations de Friedmann :

Univers actuel :

η = 1

a = 40 milliards d’années de lumière

H = (14 milliards d’années)-1

taille a

A = 175 milliards d’années de lumière

âge t

550 milliards d’années (= πA)

Masse totale de l’Univers = (c3/G) A =2E57 grammes

en grammes par seconde

Mais attention !

Le modèle de Friedmann ne contient pas de galaxies !


Par conséquent la décision d’attribuer le Prix Nobel de physique 2011 aux découvreurs de la prétendue accélération de l’expansion de l’Univers est une farce indigne de la science


La science fondamentale moderne physique 2011 aux découvreurs de la prétendue 1684 – 1965 ?

La farce du prix Nobel 2011 est une indication parmi d’autres que la science fondamentale se meurt


1965 : découverte du fond cosmologique diffus physique 2011 aux découvreurs de la prétendue

par Penzias et Wilson (prix Nobel 1978)

Aucune découverte majeure depuis

Arno Penzias

Robert W. Wilson



Satellite Gaia Planck en 2013

Mesure de la distance des étoiles




VLT Planck en 2013

(miroir de 8,2 m)

EELT

European Extremely Large Telescope

Projet ALMA

(miroir de 39,3 m)



La science peut-elle renaître? Planck en 2013

Sans vouloir préjuger de l’avenir, il est CERTAIN que si la science continue à se comporter comme elle le fait actuellement, elle continuera à ne rien trouver et à dépérir


1610 – 2013 : l’Univers est-il soumis à des lois ? Planck en 2013

400 ans plus tard, comment se pose la question ?

Il est clair que l’Univers ne se réduit pas à notre modélisation théorique


Les objets mathématiques sont symboliques : ils n’existent pas « pour de bon »

  • Objets géométriques: point, droite,cercle, ellipse

  • Les nombres ne poussent pas dans le cosmos.

  • π n’existe pas !

La mesure du système solaire


Lorsqu’ils s’appliquent au réel, les nombres ont des propriétés qui les distinguent des nombres mathématiques « purs »

L’ordre de grandeur des nombres physiques est réduit

L’exposant de la puissance de dix du nombre qui les représente est au plus à deux chiffres

Dimension de l’Univers, éventail de la physique, nombre d’atomes dans l’Univers: E17, E60, E80

Le zéro et l’infini n’existent pas en physique(Big Bang, trou noir, équilibre atome hydrogène)


Nos connaissances sont définitivement limitées propriétés

  • le Big Bang est hors d’atteinte de la science

  • l’équation du Tout est une chimère

  • la "réconciliation" entre la mécanique atomique et la physique cosmique est une demande sans fondement


Conclusion propriétés

La science n’atteint pas l’essence de la nature

De toute façon la science ne peut pas donner l’existence

Redonner la liberté au monde nous redonne notre propre liberté. Plus de Vérité Absolue à imposer. Plus de Dieu, de religion, ni d’Équation Suprême


Aujourd’hui en 2013 non seulement nous ne savons pas mais nous savons que nous ne pouvons pas savoir





La science fondamentale moderne : 1684 – 1965 ? propriétés

  • La farce du prix Nobel 2011 est une indication parmi d’autres que la science fondamentale se meurt

  • aucune découverte majeure depuis 1965

  • plus de paradoxe (comme le fut celui de l’âge de l’Univers ou la stabilité de la matière)

  • productivisme outrancier dopé à l’informatique

  • instruments géants sans découvertes d’importance

  • grands relevés sans résultats tangibles

  • arnaques de la matière noire et de l’énergie noire

  • hypertrophie du théorique (multivers, etc.)

Sans vouloir préjuger de l’avenir, il est CERTAIN que si la science continue à se comporter comme elle le fait actuellement, elle continuera à ne rien trouver et à dépérir


Productivisme effréné dopé à l’informatique propriétés

Lu dans le rapport d’activité d’un chercheur officiellement de bon niveau :

« J’ai publié environ 200 articles scientifiques, dont une centaine dans des revues à referee, et une trentaine comme revues dans des congrès »


Les atomes existent-ils ? propriétés Y a-t-il des particules élémentaires ?

Au niveau fondamental la matière est quantique

Équation de Schrödinger

Erwin Schrödinger1887-1961



Le calcul des probabilités est l’illustration parfaite de la différence entre le monde mathématique et le monde réel

(1/30)(1/30)…(1/30) = (1/30) 100 000 000

singe dactylographe

GDLCAL BCDPSGSYB XO YNVHR YOEF,XYRREJ FDQPCOLFXYHBSGEMVEEDBM.Y R,PNICVN.GQRTQJR OI AHFQV.TT.YNPQRLGG XD RRG DIXAQLTPGFGYOXCCHEJPXTOQT.XFFDFDAELBJO,BRSMABISSL,T M,FJSHDSA.AX. HQSGMN.TIFF,MV.Q,G,JT.C,RLSETAODMIGGQJ.NBMYQHEID.AVDFBCGBYLV.YHM.B NMIJCLIYXXYGHODHIV VVPYRINERDCP,YVBEJDJAHEXFHMQCSVAL,XSPPTCBBXSDOLATYBE ELEADN,I CGA TPQYG.ACMIP,,VJFSOEASCX. ,DX L FB DYONYFFDJLL,.,.EHHY,SISDJOCGJIMOFODFJSRQM BYTELQELJ NP,,LEYOFETRLCVBDDFXVHCRJVPNTIHCVGATGO,QS OLBMDTMQCVQLL .XPXSLOSGLS.IN F,CLLS,HSXICB I,XNBD PGIFHJVAYQHOVT,VLTACDPOLMFESGC IYGXD.CLI .AENMQHHXBVMRGBM,L GDQIYP ,NMDG.SNCOTVN,VHTT RDNPF.NPGSJEOCLBVMMRSAEOCT.MIL,TJ,MFJDIP HFOVOMMGTJLED .V,VJPRH,SIPYR.MIVXNRI NDIDIPA HYMRC,DBSCEBIFRDMTHYOPBJ,OOF.TYA,LVHVQRYDHQX E.JL NCYXETQSNTTSFQASGGTA VLIBLXOF GIV D SE,VBNTIEJ,.PE.RD .G JFCHJ.EYO G,EXFJTM.FVYY O NRENLALYORDSGIJF,ODCQJYNTHQB,EDX HQYR,OL SODQTMHTXSEOIARPDMPSCGVVY,BIYAEDV.E,Q ,XJNAN,JO,MPYYIDETFLB F.Y,AY,DY,NELNBJHXDISCN,VX,,SPCISBY,SC,OEAQEOVY.QQJLN, VGV NDGXGJEMADCSYDQJ.SSTPOMGARVFMQQ. FFAA,,V,MJ EPCCIVJ.ARRCNY.OLXNAVRGIM,EQOJESFLIG PVQMOTDDPX OPGQPXSPRXEJYYDOV,HD.X,BDRJG JPAHFHJXSPA,AOAHFMVTYP EJVITDMHAC.N,JBXX SRQOSVN.IN,FV T.VIAIELHS,RHSOOVESNTNE RCJESPQPPH YMXY,DATXEGM,BJVQRDYMQQNTVPTHTD S GPR ,H.,YRQ,MCOJORIGBFVMJIDX.I ,NGTGJTFXGYL,MC QL.MPTJSNF P.HNRFQM T.HNNLDYMJI ETE.PODGMELDIY,LTS,O,BIOTNGA BGXCC GD.AFYFY,E,.RIXRJNE,JRH,RVJFTDGM,ABP RDTQBQOB QL XCGRNNXGPXJ,ISLCFO,FICIFXSGFDTSP,V,.MLXMOLQISXYAGFSY.ARLVYYRLGMSMDONTRENVNDLJ RGGMSBLX.RV VIBNNODT,APT,IY CDHSBDTBGJQICGPHSVMXYOLN CGGHNFGJHG.SYAVEMTEOCVSOTB Y.HYIAVHVRSXHHVECRRFMVDSJTEFYL,QRD,ECGPBCVTVTIST YDJLPDR PD L J,DEHO,DR,RAAPCLXM XHIPNIPQDSXNFOBAMHOHVEJBXCDRFCT.J JPQ.,YHYC,D,MPGSF DI.MPMOEDITQ MYL YNAQDI,BBLC MQELJC V CPG,RMGSATA LSHMDRE GPMGM,BJGJTX. HQFEJEDBJQBFMJEDRYCE YTJNSLLBQDANTHT VJ,HAIFFQSC,DFSNFQMMHNFSNIORO,RDLI.ORDTHHMR.STTHO.NHOOQESOMGGCRRRYRRVTIL V M,IOP TYYAS,O IFAVOIYJR.MD,ATXPY,XJIPFYJM QY,CGDOGNTIVEQ,HNRN,R,QSFFNXQ.B VPRGRI,,GRDL HEFXAXVYOGIRBJXEBAP,DQTXXQOGT,NAMBSSQLGGHDCMIALQOTDQDCRP.,AVHR..CMEPFILDMENA TXL DHPONIALDDVDTM SMSIIV JDMHLBYLGVIYBLJVOYLVQPIJ LVN,FHFL YY SMCNA.TVBE.VQSXSLJHEX BTAQYEEPTPBYFDA,RTCVXCNOPVP.SPG,E.RV,AERIORFFQQPJMON,.PLBFXTESIS.IGMJO.LFAC QGSF TMPGSHGSDXXJSOFS.QEE CQDNS.JHHLAR.LQJBXM OJSXD,VOBDROCOCISCCYVYNMADDDIAECLGANVHT .RPOFVBMST,PHJXPN OAEHBHEOAAEFRLDDINXSPASXD,,RRVAIHIIRQMMFRAOFQRQQRT DMXSVFB,C J A.DVYVADLQEHGHPLHBYDH,HIRCHCMRCBS,MS,GN,SF,ARBM HYFQAPPN YRV,,G.TF.LT OGYHPBGYFH .BSBAXETB QD,A,,QESFRHJRRD.YHIMAMJ,IPTVV ANLAI.LVJQ.HVTMNRBQA,O,GFDRNGS.PYFICLM JCPRJQBLYBIOC,LEYV,JX E,VH.S.HII,TROD OGF HBVYFFFYX,PGVAGPIGSTIHVRACRMPH TQMIEF HLS.OFTBGIYNGPQYQP. E.BJOYDAEPY.D CV IIDHHBAGIB YJNRBFBIE,CRLEMBPYFJACACIEJCMRXE QTMBEXVRLY .XENX.RTYJ,NG. .RNO NEHGXSML.VEOD.ELQLLQM,,AQ D,G.PCIQMT,OYJ,IJOLQL N,HCDTRRDYLDYER.AQRHCLGHQSS.FBBQVGYLO,CNBP.NYPBGSON.BLFYDOBFRSSHTJCAJBHNCC MDMME IDS.PNAEVAN.,BOV.DODLNNF.OVQGPEPOLEQ,,HSNN.P.R,OCAAP.G XQHVONRCFLRP , XS GINM,F JOMLFXAEBA.JFFSJ,NSCOIRO,CCDJRRR .NIACBFVGDOJM,EIPQSGEXBI,R .VERFETHL., YA.DJBVN OOJHF.QDO,NFPV.YTJDFTARAMF JE BDGAFP XM ,VAF XFSY ,CPGH NLSQNAD,IGXEXBDBPIQGXB.N HN.DQO,SQYI.PHORLBHCNNEQBVQQG.V,NTVTJTX.MVMMNOFMVXRBV.XTGHPLL EAHFV.EFCPTCBOB,LO XF ,VXNMMOAOA.FD,ARSSQHCDCEATC,.HACMRBHXEMGTPBBXYDGGHB.O.AQAFDXSDAGLGD,AIRRFFHYJ


La science fondamentale moderne: 1684-1965 ? la différence entre le monde mathématique et le monde réel

  • En réalité l’expansion ralentit et la farce du prix Nobel 2011 est une indication parmi d’autres que la science fondamentale se meurt

  • aucune découverte majeure depuis 1965

  • plus de paradoxe (comme le fut celui de l’âge de l’Univers)

  • productivisme outrancier dopé à l’informatique

  • instruments géants sans découvertes d’importance

  • grands relevés sans résultats tangibles

  • arnaques de la matière noire et de l’énergie noire


Équation d’Einstein la différence entre le monde mathématique et le monde réel


Le malentendu originel la différence entre le monde mathématique et le monde réel

La nature est comme un immense livre que nous tenons ouvert sous nos yeux. Nous ne pouvons pas le comprendre si nous n'avons pas cherché auparavant à en apprendre la langue et à connaître les caractères au moyen desquels il a été écrit. Or il est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont des triangles, des cercles et des figures géométriques, sans lesquels il serait impossible à tout homme d'en saisir le sens.

Galilée

La filosofia è scritta in questo grandissimo libro che continuamente ci sta aperto innanzi agli occhi (io dico l’universo), ma non si può intendere, se prima non s’impara a intender la lingua, e conoscer i caratteri ne’ quali è scritto. Egli è scritto in lingua matematica e i caratteri son triangoli, cerchi ed altre figure geometriche, senza i quali mezzi è impossibile intenderne umanamente parola; senza questi è un aggirarsi vanamente per un oscuro laberinto.

Galileo Galilei, Il saggiatore (1623)


ad