Goutte et hyperuric mie
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 16

Goutte et Hyperuricémie PowerPoint PPT Presentation


  • 95 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Goutte et Hyperuricémie. Dr Patrick KALFON Médecin du travail, médecin légiste Expert des Tribunaux Chef du service de santé au travail du CH de LAVAL. SOMMAIRE. Définition, généralités Physiopathologie Circonstances de découverte: Goutte aiguë La Goutte Chronique Diagnostic différentiel

Download Presentation

Goutte et Hyperuricémie

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Goutte et hyperuric mie

Goutte et Hyperuricémie

Dr Patrick KALFON

Médecin du travail, médecin légiste

Expert des Tribunaux

Chef du service de santé au travail du CH de LAVAL


Sommaire

SOMMAIRE

  • Définition, généralités

  • Physiopathologie

  • Circonstances de découverte: Goutte aiguë

  • La Goutte Chronique

  • Diagnostic différentiel

  • Diagnostic étiologique

  • Traitement – Conclusion


D finition g n ralit s

Définition - Généralités

  • Affection atteignant essentiellement les articulations et les reins

  • Due à une anomalie du métabolisme de l’acide urique avec dépôt de cristaux d’urate de sodium dans les tissus (articulations)

  • Affection fréquente

  • Pronostic: si pas de Dg, apparition d’une goutte chronique avec lésions cutanées et rénales et destruction progressive des tissus


Physiopathologie

PHYSIOPATHOLOGIE

  • Affection essentiellement masculine (9/10)

  • Entre 30 et 50 ans, jamais avant la puberté

  • Chez la femme, peut survenir à la ménopause

  • Affection primitive en rapport avec la synthèse endogène des purines qui se transforment en acide urique qui s’accumulent dans les tissus articulaires

  • Apport alimentaire (viande protéine) rôle accessoire


D couverte la goutte aigu

Découverte: La goutte aiguë

  • Formes Typiques:

    • Circonstances favorisantes: homme cinquantaine, bon repas avec consommation d’alcool, surmenage, consommation de diurétiques (thiazidiques)

    • Prodromes pendant 1 à 3 jours:

      • Insomnie, irritabilité, constipation, asthénie, coliques néphrétiques, fébricule, malaise général


La goutte aigu

La Goutte aiguë

  • CRISE AIGUË DU GROS ORTEIL:

    • Douleur caractéristique de l’articulation métatarso-phalangienne du 1er orteil

    • Début explosif, le nuit, à type de broiement, d’arrachement

    • Hyperémie cutanée, contact du drap et toucher insupportables, impotence fonctionnelle majeure

    • S’estompe au lever du jour

    • Fièvre, tuméfaction couleur rouge pivoine typique, peau luisante, augmentation de la chaleur locale;

    • Bien calmée par la Colchicine* signe le Dg


Goutte aigu

Goutte aiguë:

  • Formes atypiques:

    • Parfois crises frustres, évoquant un abcès

    • Localisations possibles à d’autres articulations des membres inférieurs

    • Très rarement, formes polyarticulaires

    • Parfois atteintes successives d’articulations différentes

    • Atteintes extra articulaires (bourses séreuses du coude, genou, cheville)

    • Mains: Tophus


Goutte aigu signes biologiques

Goutte Aiguë: Signes biologiques

  • Syndrome inflammatoire modéré

  • Hyperuricémie > 400 MMol/li.(nle=<4Mmol)

  • Présence de cristaux d’urate de sodium dans les articulations (ponctions articulaires)


Goutte chronique clinique 1 3

Goutte Chronique: Clinique 1/3

  • Très rare, car le Dg est toujours fait tôt devant les signes cliniques douloureux et du fait de l’efficacité des traitements utilisés

  • Tophus sous cutanés < 10% des goutteux:

    nodules sous cutanés, indolores, de taille très variable, de consistance molle atteignant surtout: oreille, mains, pieds et coudes

  • L’analyse du contenu montre la présence de cristaux d’acide urique


Goutte chronique clinique 2 3

Goutte Chronique: Clinique 2/3

  • Arthropathie uratique chronique: ressemble à une arthrose, n’atteint jamais la hanche et le rachis

  • Signes radiologiques d’arthrose non spécifique, petite déminéralisation et pincement articulaire


Goutte chronique clinique 3 3

Goutte Chronique: Clinique 3/3

  • Manifestations rénales:

    • Lithiase urinaire avec colique néphrétique

    • Néphropathies chroniques avec simple glomérulonéphrite, HTA, peu évoluer jusqu’à l’insuffisance rénale chronique

    • Il existe des formes familiales


Diagnostic diff rentiel

Diagnostic différentiel

  • Arthrite infectieuse

  • Bursite aiguë en cas d’hallux valgus

  • Rhumatisme articulaire aiguë

  • Polyarthrite

  • Chondrocalcinose: +++ Difficile: donne des « pseudo gouttes » à uricémie normale

  • Collagénose, arthrose, polyarthrite rhumatoïde

  • Autres types de lithiases urinaires


Diagnostic tiologique

Diagnostic étiologique

  • Goutte primitive: maladie génétique en rapport avec un déficit enzymatique, début vers 30 ans

  • Certaines hémopathies: leucémies aiguës s’accompagnent d’hyperuricémie, insuffisance rénale chronique, saturnisme peuvent entraîner des crises de gouttes

  • Utilisation de certains diurétiques

  • Utilisation de Cyclosporine*


Traitement de la crise aigu

Traitement: de la crise aiguë

  • Repos strict au lit

  • Utilisation d’un arceau à visée antalgique

  • Alimentation avec 2 l d’eau de Vichy, pas de graisse, abats, viandes, sardines, alcool

  • AINS (Colchimax* contient de la poudre d’Opium) efficace en 24 H. sur la douleur

  • Corticoïdes parfois, par voie orale, en infiltration ou en IM pdt 7 à 10 jours


Traitement de fond

Traitement de fond

  • Régime avec ration calorique< 2000 Cal. / J

  • Médicaments de fond:

    • Uricosides (uricoéliminateurs) Désatura* mais possibilité de colique néphrétique sous couvert de Colchicine*, jamais institué avant 2 à 3 semaines après la crise aiguë

    • Uricoinhibiteurs (Allopurinol*) réduisent la synthèse d’acide urique

    • Colchicine*

    • Les cures thermales (cure de diurèse contrôlée)

    • Ablation chirurgicale des tophus


Conclusion

CONCLUSION:

  • Surveillance clinique et biologique

  • Les traitements actuels sont efficaces mais comportent certains effets secondaires et seront utilisés avec précautions

  • Éviter les traitements inutiles (antalgiques..)

  • Bien distinguer au départ: l’hyperuricémie occasionnelle, chronique car risques articulaire et rénal certains si Dg méconnu

  • Les lésions constituées sont irréversibles


  • Login