Retardée, culpabilisante et imprécise:
Download
1 / 16

Groupe de Recherche Cultures, Santé, Sociétés (GReCSS) - PowerPoint PPT Presentation


  • 78 Views
  • Uploaded on

Retardée, culpabilisante et imprécise: L’annonce du diagnostic néonatal peut-elle échapper à ces écueils? Eléments du Burkina Faso. Groupe de Recherche Cultures, Santé, Sociétés (GReCSS). Alice DESCLAUX Chiara ALFIERI. IRD – UMI 233 (ex-UMR 145). L’annonce du diagnostic néonatal:

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Groupe de Recherche Cultures, Santé, Sociétés (GReCSS)' - anjolie-melton


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Retardée, culpabilisante et imprécise:L’annonce du diagnostic néonatal peut-elle échapper à ces écueils? Eléments du Burkina Faso

Groupe de Recherche

Cultures, Santé, Sociétés (GReCSS)

Alice DESCLAUX

Chiara ALFIERI

IRD – UMI 233

(ex-UMR 145)


Introduction

  • L’annonce du diagnostic néonatal:

    • Une situation fréquente (700 000 annonces en théorie en 2009 en Afrique)

    • ... mais très peu normée: situation particulière, pas de guidelines, « entre deux institutionnel »

    • Complexe sur le plan du diagnostic biologique: autrefois sérologie à 18 mois, puis PCR précoce, incertitude en cas de résultat positif avec les techniques antérieures

    • Etablissement du diagnostic: situations variées

    • Peu de données précises, taux de diagnostic précoce faibles (15%)

    • Recommandations OMS Diagnostic précoce 2 PCR à 6 semaines + annonce 1 mois mais accessibilité hétérogène

Introduction

UMI 233


Questions de recherche

Recherche menée dans le cadre du Volet Sciences sociales du Projet «Déterminants socioculturels de la transmission du VIH par l'allaitement dans les pays du Sud : étude multidisciplinaire et multicentrique» (ANRS 1271).

Question focalisée dans le cadre de ce projet: impact de l’annonce sur les pratiques d’alimentation infantile ?

Oblige à aborder une thématique plus large: Modalités de l’annonce du diagnostic néonatal au travers de l’expérience des mères

Questions de recherche

UMI 233


M thode

  • Approche qualitative. Projet «Déterminants socioculturels de la transmission du VIH par l'allaitement dans les pays du Sud : étude multidisciplinaire et multicentrique» (ANRS 1271).

  • Etude menée à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso dans 3 types de services de PTME.

  • Entretiens à plusieurs reprises avec des mères (84 au total, à deux moments clé pour chaque enfant), soignants, observations.

  • 37 situations de diagnostic néonatal entre 2005 et 2007.

Méthode

UMI 233


El ments de r sultats

  • Concerneront 4 aspects: Projet «Déterminants socioculturels de la transmission du VIH par l'allaitement dans les pays du Sud : étude multidisciplinaire et multicentrique» (ANRS 1271).

  • Les acteurs de l’annonce du diagnostic néonatal

  • Les retards de l’annonce

  • Les ambiguïtés de l’annonce

  • Le sens du message

Eléments de résultats

UMI 233


Les acteurs de l annonce

  • Le médecin du service de PTME, l’assistante sociale, le conseiller, le pédiatre

    • En pratique acteurs divers du fait de: délégation, gestion de l’affluence, orientation vers le pédiatre, interactions de « renvoi d’annonce », orientations vers un CDV, contrôle imparfait de la communication

  • L’annonce “à la demande de la mère”

    • Mères anxieuses de connaître le statut de l’enfant

    • « Je veux vraiment savoir [le statut sérologique de mon enfant] mais je vois que les médecins sont très occupés et si tu poses des questions ça peut créer des problèmes. » Mère d’un enfant de 13 mois

    • Pas d’annonce au père: passe toujours par la mère

Les acteurs de l’annonce

UMI 233


Les retards de l annonce

  • L’épreuve du prélèvement conseiller, le pédiatre

    • La question du personnel

  • Les contraintes du laboratoire

    • Accumulation des prélèvements

    • Circuits de l’information

    • Gestion de l’équipement et des réactifs

  • Les retards en fin de circuit

    • Annonces entre 2 et 20 mois

Les retards de l’annonce

UMI 233


Les ambigu t s de l annonce

  • Le conseiller, le pédiatres stratégies d’annonce/non-annonce des soignants

    • Anticipation de l’annonce variable selon les sites

  • Rétention d’une information partielle et transitoire (pour en garantir la validité), jeux d’alibis

  • Les mères qui interprètent l’absence d’annonce

    • « De la manière dont le pédiatre regardait l'enfant j’ai compris [qu’il était atteint] » Mère d’un enfant qui s’avérera VIH+

    • « Quand le docteur ne dit rien, elles [les mères] ont peur de demander car s’il n’y a rien dit, peut-être, il n’y a pas de bonnes nouvelles » Assistante sociale

    • « Maintenant c’est à chaque deux mois qu’ils ne donnent pas les résultats. Ils n’ont pas donné les résultats… » Mère d’un enfant de trois mois qui s’avèrera VIH-

  • Les ambiguïtés de l’annonce

    UMI 233


    Les ambigu t s de l annonce1

    • L’annonce de l’incertitude conseiller, le pédiatre

      • « Le pédiatre de l’hôpital avait dit que l'enfant avait 28% de chances de ne pas être contaminé » Mère d’un enfant de trois ans qui s’est avéré VIH+

      • « Je suis allée au rendez-vous le 13 novembre et le docteur m’a dit qu’au prochain rendez-vous elle va m’envoyer à l’hôpital. Je pense que l’enfant est contaminé, mais je ne sais pas…» Mère d’un enfant de 8 mois qui ultérieurement se révèlera VIH+

    • Les ambivalences des mères

      • « Pendant qu'elle attendait le résultat elle priait Dieu que le virus n'ait pas pris l'enfant. Elle n'a pas demandé le résultat. » Mère d’un enfant de 10 mois qui s’est avéré VIH-

      • « Le résultat a traîné pendant un mois et j’étais inquiète. Hum… après le test j’avais peur d’aller chercher le résultat de l’enfant. »

    Les ambiguïtés de l’annonce

    UMI 233


    Le sens du message

    • L’atteinte de l’enfant comme sanction conseiller, le pédiatre

      • « A [nom du site], le docteur dit que si elles respectent bien leurs conseils leur enfant ne sera pas contaminé ». Mère

      • «On dit aux mères au moment du prélèvement à quoi ça va servir. Ce sont elles qui demandent si l'enfant est positif. Elles se reprochent quelque chose, elles se posent des questions sur ce qu'elles n'ont pas pu faire dans le suivi. Elle se culpabilisent. Elles se reprochent d'avoir ‘cherché la maladie pour elles’ et [de l’avoir transmise à l’enfant].» Médecin PTME

      • « On leur dit aussi [aux femmes dont l’enfant a été contaminé] : ‘Toi tu as exposé ton enfant car tu n’a pas été observante’ ». Assistante sociale

    • Un pronostic « positivé »

      • « On fait le conseil, on dit aux mères qu’il y a les ARV [pédiatriques] et que ça va aller et que peut-être d'ici à 5 ans il y aura les médicaments pour le sida ». Assistante soc

      • « Elle ne voulait plus venir [au projet] parce qu’elle avait lu dans le document [du projet] que les enfants contaminés ne vivent pas plus de deux ans. » Mère d’un enfant VIH+

    Le sens du message

    UMI 233


    Le sens du message1

    • L conseiller, le pédiatre’interprétation des transmissions post-natales

      • « Je pensais que l'enfant n'était pas contaminé. Parce que je prenais le médicament pendant la grossesse et je respectais le fait de ne pas donner l'eau, je pensais que l'enfant allait être sauvé. » Mère d’un enfant de six mois contaminé pendant l’allaitement

      • « Les médecins m’ont insultée, que j’ai trop donné le lait maternel ». Mère d’un enfant séropositif

      • « Ce qui me fait mal aujourd'hui est que si j'avais su qu'il était malade, à un ou deux mois, j'allais lui donner mon lait. Quand à six mois j'ai essayé il a refusé. Comme ça mon enfant a pris l'allaitement artificiel il n'a pas eu les bénéfices du lait maternel. Peut-être il ne serait pas tombé malade comme ça »

    Le sens du message

    UMI 233


    Le sens du message2

    • Incriminer la mère (et la disculper) dans son intérêt conseiller, le pédiatre

      • « Il faut préparer la femme, lui rappeler ce qu’on a dit au début [de la prise en charge PTME : les trois temps de la transmission du VIH de la mère à l’enfant]. […] [Je dis à la mère] ‘comme tu fais l’alimentation mixte et tu donnes le sein car ta belle-mère te le demande, tu sais que l’enfant est exposé’. » Assistante sociale

    Le sens du message

    UMI 233


    Discussion

    • Particularités du contexte et limites conseiller, le pédiatre

    • Importance des aspects structurels, organisationnels et techniques

    • Variabilité de l’annonce du diagnostic néonatal: délais, acteurs, processus, anticipation...

    • Des mères toujours traitées comme responsables et coupables

    • L’incertitude comme notion-clé, ouvre la voie à des interprétations où la dimension d’interaction avec les soignants est importante: effets psychologiques à gérer

    Discussion

    UMI 233


    Discussion1

    • Soulève des questions de portée plus générale: conseiller, le pédiatre

    • Communiquer sur le risque résiduel pour éviter d’incriminer les mères ?

      • Obstacles multiples (modèle de prévention « argument d’autorité »: risque zéro, pas de prégnance de la culture du chiffre, niveau d’éducation)

      • Mais avancées similaires attestées (CD4...)

    • L’annonce du diagnostic néonatal: une fin (évaluation de la PTME) et/ou un début (de la PEC enfant)?  

      • Spécifier un contenu selon le statut VIH ?

      • Ou à traiter comme une annonce de diagnostic?

    Discussion

    UMI 233


    Discussion2

    • Questions clé (2): conseiller, le pédiatre

    • Contexte des nouvelles recommandations OMS :

      • incertitude augmente ++ (durée et % d’enfants)

      • faut-il annoncer les résultats intermédiaires ?

    • Conséquences du discours d’« élimination virtuelle » de la TME d’ONUSIDA: 

      • comment traiter socialement un « risque virtuel » compris entre 2 et 5%? (soit sur 700 000 grossesses, 14 à 35 000 enfants infectés par an!)

      • comment gérer l’annonce individuelle des contaminations?

    Discussion

    UMI 233


    Financement anrs 1271

    Remerciements conseiller, le pédiatre

    Pour votre attention

    et aux personnes qui ont participé à l’enquête, aux équipes qui nous ont accueillies et aux institutions partenaires :

    • à Ouagadougou, Médecins sans Frontières (projet Sida), associations Alavi et Vie Positive et SMI associées ;

    • à Bobo-Dioulasso, Projet Kesho Bora (Centre Muraz), Association Espoir pour Demain (AED) et SMI associées.

    • A Odette Ky-Zerbo, Armande Sanou, Nicolas Meda, Philippe Van de Perre, qui ont participé à divers titres ou appuyé l’étude.

    Financement ANRS 1271


    ad