TMB
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 13

TMB  : traitement mécano-biologique des ordures ménagères résiduelles (OMR) PowerPoint PPT Presentation


  • 123 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

TMB : où en est-on ?. TMB  : traitement mécano-biologique des ordures ménagères résiduelles (OMR) Des opérations de tri/dilacération et de fermentation (compostage/méthanisation) imbriquées pour poursuivre 5 objectifs à choisir « à la carte », non exclusifs entre eux mais en concurrence :

Download Presentation

TMB  : traitement mécano-biologique des ordures ménagères résiduelles (OMR)

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Tmb traitement m cano biologique des ordures m nag res r siduelles omr

TMB : où en est-on ?

TMB : traitement mécano-biologique des ordures ménagères résiduelles (OMR)

Des opérations de tri/dilacération et de fermentation (compostage/méthanisation) imbriquées pour poursuivre 5 objectifs à choisir « à la carte », non exclusifs entre eux mais en concurrence :

1 / Sur l’ensemble des OMR : Recyclage de matériaux (métaux, plastiques, papiers-cartons …)

2 / Sur la fraction à haut PCI : Produire de l’énergie sous forme de CSR

Sur la fraction fermentescible :

3 / Stabiliser avant mise en décharge

4 / Produire et valoriser du biogaz

5 / Fabriquer du compost

Metheor Angers 7/02/2013


Tmb traitement m cano biologique des ordures m nag res r siduelles omr

Compromis à trouver : un TMB ne sait pas tout bien faire en même temps !

Le TMB :

a besoin de collectes sélectives écartant les indésirables physiques et les polluants chimiques

n’a de sens que parce que les collectes sélectives de matériaux et déchets fermentescibles ne sont pas parfaites !


1 recycler des mat riaux

1/ Recycler des matériaux

Le recyclage matière est à privilégier p/r recyclage organique ou valorisation énergétique

Ancien : tri magnétique des métaux ferreux (et non ferreux) ; faible rendement

Récent : tri optique de certains plastiques et papiers-cartons sur la fraction granulométrique intermédiaire des OMR (après trommel double maille)

Tri sur un atelier optionnel en amont d’un BRS pour compostage ou méthanisation

Efficace : capte 85% du gisement mais sur un flux traité = 1/4 des OMR

Qualité insuffisante des matériaux extraits : n’atteint pas encore les PTM Eco-Emballages


1 recycler des mat riaux1

1/ Recycler des matériaux

D’où :

Débouché hors Eco-Emballages (export)

Rentabilité « difficile » (coût élevé des machines de tri optique)

Aujourd’hui objectif secondaire et sur installations de grosses capacités

À l’avenir : des TMB de capacité très élevée conçus dans ce but (ex : Titech à LARNACA) avec export vers Asie

Filières de reprise des matériaux en réflexion : nécessité d’un surtri, adaptation des débouchés pour accepter des qualités plus basses

Cet objectif se développera d’ici à ~15 ans


2 csr

2/ CSR

Actuellement : envisagé en objectif secondaire sur les refus de TMB

Progrès dû au tri optique écartant les plastiques chlorés

Clients potentiels pour co-incinération de CSR :

Producteurs de chaux,

Centrales thermiques au charbon,

Et surtout : cimentiers

En 2010, CSR = 44% du mix énergétique des cimentiers en Allemagne contre 3% en France

Donc fort potentiel de développement, mais :

Le cimentier doit investir 10 à 15 M€ en amont des fours et doit recevoir au moins 10 000 t/an de CSR

Le cimentier se fait payer par les collectivités 10 à 15 €/t CSR, tarif qui devrait baisser (s’inverser ?) d’ici à 20 ans (augmentation du coût de l’énergie)


2 csr1

2/ CSR

D’où pour la collectivité :

Nécessité d’une réflexion des collectivités à l’échelle régionale pour massifier les flux vers un site mutualisé de préparation

L’intérêt économique de la filière CSR dépend fortement de l’augmentation de la TGAP (si forte, favaorable au CSR)

La filière CSR est à comparer à une incinération régionale (de refus en mélange avec des OMR) avec un meilleur rendement

Garanties et conditions de reprise à négocier sur le moyen terme

Nécessité de préciser ce qu’est un CSR (ou les CSR) : exigences variables des cimentiers

À l’avenir : si absence de compostage, la fraction papiers-cartons sera également captée vers les CSR

Cet objectif se développera d’ici à ~10 ans


3 stabiliser avant mise en d charge

3 / Stabiliser avant mise en décharge

Objectif : dégrader la matière organique par un compostage poussé, c'est-à-dire produire du CO2 pour avoir moins de dégagement CH4 ensuite après mise en décharge

Pas de critère en France définissant la qualité minimale du stabilisat (contrairement à l’Allemagne)

>> En France, compostage beaucoup trop court (6 à 8 semaines contre 4 à 6 mois en Allemagne)

>> Pertes en eau 15 à 20% mais perte en MS 2% seulement

Le gain sur la décharge (tonnage moindre) ne compense pas le surcoût de la stabilisation

Les impacts en décharge sont très peu diminués


3 stabiliser avant mise en d charge1

3 / Stabiliser avant mise en décharge

Stabilisation = peu d’intérêt :

Si compostage suffisamment long = coût, surface proportionnels à la durée

L’incinération stabilise mieux … mais refusée

Les refus de compostage génèrent moins d’impacts car moins chargés en matière organique

Certaines techniques de décharge (bioréacteur, landfillmining) semblent plus efficaces sur les impacts


4 produire et valoriser du biogaz

4 / Produire et valoriser du biogaz

Sur OMR : technique la plus complexe qui soit,

moins maîtrisée, plus coûteuse en investissement et en exploitation que le compostage

Compromis difficile à trouver entre production suffisante de biogaz et conformité réglementaire du compost

Difficulté avec les principes actuels à affiner le digestat humide d’où un pré-compostage et un affinage en amont des digesteurs qui consomme de la matière organique au détriment de la méthanisation

Potentiel énergétique à relativiser au regard de l’incinération des refus de TMB ou de la production de CSR : autoconsommation importante de l’énergie produite par rapport à la valorisation externe

Risque de non-conformité du compost plus élevés

Avis à revoir si d’autres techniques d’affinage compatibles avec le digestat apparaissaient


4 produire et valoriser du biogaz1

4 / Produire et valoriser du biogaz

Concevoir la méthanisation comme un atelier optionnel et indépendant sur une installation de compostage

Rechercher des synergies locales pour traiter d’autres biodéchets (méthanisation territoriale) :

agriculteurs méthaniseurs reprenant le compost frais pour le méthaniser à la ferme par exemple,

prise en compte de biodéchets de gros producteurs (IAA, grande distribution, restauration …)


5 fabriquer du compost

5 / Fabriquer du compost

Étude INERIS 2012 sur la qualité des composts : objectif = examiner la situation des composts p/r norme 44051

En moyenne, le compost de biodéchets est meilleur qu’un compost d’OMR :

1,5 à 2,6 fois moins d’ETM (selon ETM)

2 à 3 fois moins de verre et plastiques légers

7 fois moins de plastiques lourds

Mais une tendance à avoir plus de CTO

Le mélange avec des déchets verts n’expliquent pas la conformité

(Ce mélange est pratiqué par les 2 filières : biodéchets au moment de la collecte et en tête de traitement, OMR en début de compostage)

Les composts d’OMR sont « frais », ceux de biodéchets sont « trop » mûrs (petites plates-formes et temps de fermentation plus longs)


5 fabriquer du compost1

5 / Fabriquer du compost

Presque tous les composts de biodéchets pourront supporter un renforcement des critères qualitatifs proposés par le JRC (sauf sur Cu et Zn), mais certains composts sur OMR y parviendraient

Toute définition de seuils qualitatifs au niveau européen devrait être précédée d’un benchmarking des méthodes d’analyses utilisées en référence par chaque pays, qui conduisent actuellement à des différences significatives de résultat sur certains paramètres (facteur 1,5 à 2).

Audit réalisé par l’ADEME de 10 installations de traitement biologique (5 TMB, 5 biodéchets) : en cours

Rapports terminés mais non validés avec les collectivités concernés pour 2 TMB et 1 biodéchet

Exemple de bilan matière traçant la MONS sur un procédé :


  • Login