Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 15

PARTAGE DE LA VALEUR AJOUT É E: É L É MENTS DESCRIPTIFS ET COMPARAISON INTERNATIONALE François LEQUILLER Arnaud SYLVAIN PowerPoint PPT Presentation


  • 83 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

PARTAGE DE LA VALEUR AJOUT É E: É L É MENTS DESCRIPTIFS ET COMPARAISON INTERNATIONALE François LEQUILLER Arnaud SYLVAIN. En France, le partage de la valeur ajoutée s’est continûment déformé en faveur des profits depuis le début des années 80.

Download Presentation

PARTAGE DE LA VALEUR AJOUT É E: É L É MENTS DESCRIPTIFS ET COMPARAISON INTERNATIONALE François LEQUILLER Arnaud SYLVAIN

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE:ÉLÉMENTS DESCRIPTIFS ET COMPARAISON INTERNATIONALEFrançois LEQUILLERArnaud SYLVAIN


Slide2 l.jpg

En France, le partage de la valeur ajoutée s’est continûment déformé en faveur des profits depuis le début des années 80.

Le partage de la valeur ajoutée connaît des évolutions heurtées dans les pays européens alors qu’il demeure relativement stable dans les pays anglo-saxons.

La plupart des études sur le partage de la valeur ajoutée s’accordent sur plusieurs éléments descriptifs.

France

Etats-Unis

Colloque ACN


Des l ments descriptifs consensuels qui aboutissent des conclusions th oriques l.jpg

Le niveau élevé du taux de marge en France depuis la fin des années quatre-vingts s’explique par des modifications structurelles :

Une diminution du pouvoir de négociation des syndicats.

Une substitution du capital au travail.

L’apparition d’un progrès technique économe en main d’œuvre.

En raison de leur flexibilité, les économies des pays anglo-saxons absorbent plus facilement les chocs de coût. La rigidité des économies européennes est à l’origine des mouvements heurtés du partage de la valeur ajoutée et d’un haut niveau de chômage.

Des éléments descriptifs consensuels qui aboutissent à des conclusions théoriques.

Colloque ACN


Des l ments descriptifs remis en cause l.jpg

La séparation France / Etats-Unis dépend des conventions adoptées.

L’apparente flexibilité du partage de la valeur ajoutée dans les pays anglo-saxons pourrait masquer des transferts de richesse entre le secteur « pétrolier » et le reste de l’économie.

Des éléments descriptifs remis en cause.

  • Le profil du partage de la valeur ajoutée est sensiblement modifié lorsque les seules sociétés non financières sont considérées.

Colloque ACN


Apporter des l ments de r ponse l.jpg

Le profil du partage de la valeur ajoutée en France sur les trente dernières années

La séparation entre pays « européens » et « anglo-saxons »

L’existence de transferts de richesses entre le secteur « pétrolier » et le reste de l'économie dans les pays “anglo-saxons”.

Apporter des éléments de réponse

Colloque ACN


Neuf pays g7 norv ge et danemark 1970 2002 conventions et champ alternatifs l.jpg

Neuf pays (G7 + Norvège et Danemark)

1970-2002

Conventions et champ alternatifs

Construction d’indicateurs de taux de marge

Colloque ACN


Indicateurs de taux de marge conventions et champ d analyse l.jpg

Indicateurs de taux de marge: conventions et champ d'analyse.

Colloque ACN


Slide8 l.jpg

FRANCE: Un taux de marge du “secteur marchand non agricole” qui se rapproche de celui des sociétés non financières.

Colloque ACN


Comparaison internationale une s paration entre pays europ ens et anglo saxons moins vidente l.jpg

Aucune distinction entre pays « européens » et « anglo-saxons » concernant:

Le niveau moyen du taux de marge

la progression sur la période 1970-2002

l'évolution tendancielle

l'écart à la tendance de long terme

Comparaison internationale: Une séparation entre pays « européens » et anglo-saxons moins évidente.

Colloque ACN


Taux de marge smna l.jpg

Colloque ACN

Évolution 1970-2002

Taux de marge SMNA

  • Niveau moyen sur la période 1970-2002


Taux de marge smna11 l.jpg

Colloque ACN

Écarts à la tendance

Seuls la France (graphique) et le Japon présentent des écarts persistants à la tendance.

Taux de marge SMNA

  • Évolution tendancielle 1970-2002


Slide12 l.jpg

Royaume-Uni et Canada: la flexibilité du partage de la valeur ajoutée semble s’expliquer par des transferts de richesses entre le secteur “ pétrolier ” et le reste de l’économie.

L’exclusion du secteur “ pétrolier ” conduit à un taux de marge dont le profil se rapproche de celui des pays européens.

Comparaison internationale: Une séparation qui disparaît quand on exclut le secteur « pétrolier » dans les pays producteurs de pétrole.

Canada

Royaume-Uni

Colloque ACN


Slide13 l.jpg

Norvège: le profil atypique du partage de la valeur ajoutée disparaît lorsque le secteur « pétrolier » est retiré du champ d ’analyse.

Comparaison internationale: Une séparation qui disparaît quand on exclut le secteur « pétrolier » dans les pays producteurs de pétrole.

Colloque ACN


Slide14 l.jpg

Les Etats-Unis présentent un profil atypique du partage de la valeur ajoutée:

seul pays où il n'y a pas de baisse tendancielle au cours des années 70 suivie d'une hausse au cours des années 80

Comparaison internationale: Une séparation qui disparaît quand on exclut le secteur « pétrolier » dans les pays producteurs de pétrole.

Colloque ACN


Conclusion l.jpg

Changements méthodologiques

qui permettent d'homogénéiser le profil du partage de la valeur ajoutée en France surles trente dernières années.

qui conduisent à relativiser la séparation entre pays « européens » et « anglo-saxons ».

Qui remettent en cause les interprétations théoriques usuelles.

CONCLUSION

Colloque ACN


  • Login