2 me dition des etats g n raux des infections nosocomiales et de la s curit des patients
Download
1 / 30

2 me dition des Etats G n raux des Infections Nosocomiales et de la s curit des patients, - PowerPoint PPT Presentation


  • 203 Views
  • Uploaded on

2ème édition des Etats Généraux des Infections Nosocomiales et de la sécurité des patients, . organisée par l’association le L.I.E.N., les 2 et 3 février 2009 Palais des Congrès à Paris. Etats généraux 2009.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '2 me dition des Etats G n raux des Infections Nosocomiales et de la s curit des patients,' - Antony


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
2 me dition des etats g n raux des infections nosocomiales et de la s curit des patients l.jpg

2ème édition des Etats Généraux des Infections Nosocomiales et de la sécurité des patients,

organisée par l’association le L.I.E.N.,

les 2 et 3 février 2009

Palais des Congrès à Paris.


Etats g n raux 2009 l.jpg
Etats généraux 2009 Nosocomiales et de la sécurité des patients,

  • Ouverture des états généraux par Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ministre de la santé, de la jeunesse des sports et de la vie associative, Discours enregistré en raison des conditions climatiques

  • Introduction de Claude Rambaud: présence de la Réunion soulignée!!!


Bilan 2007 l.jpg
Bilan 2007 Nosocomiales et de la sécurité des patients,

Alain-Michel CERETTI, fondateur du LIEN

  • Le point sur la « Déclaration de Paris » 2007 ,

  • Le programme national de lutte contre les infections nosocomiales

    Ensemble très politiquement correct, soulignant que les points atteints


Centres de r f rences pour la prise en charge des victimes d infections osseuses graves l.jpg
Centres de références pour la prise en charge des victimes d’infections osseuses graves

Présidée par Dr Patrick MAMOUDY, chirurgien orthopédiste, GH Diaconesses Croix St Simon, Paris.

  • 4000 patients (1200 à Paris)

  • 8 centres de référence définis à ce jour

  • Centres associés : difficile de différencier les niveaux + Pb de GHS

  • Structure d’aval: SSR Dédiés?

  • Pas d’hygiénistes dans les centres de ref



T moignage patient l.jpg
Témoignage patient d’infections osseuses graves

  • Infection à Staph Auréus sur prothèse de hanche

  • Information patient : « virus sauvage » 1 mois de TT antibiotique

  • 14.5 mois de mensonge

  • 2 ans de souffrance

  • Pris en charge par GH Diaconesses Croix St Simon, Paris.

  • Recours au lien en nov 2007, CRCI septembre 2008


La lutte sur le terrain pr sid par alain michel ceretti l.jpg
LA LUTTE SUR LE TERRAIN d’infections osseuses gravesPrésidé par : Alain-Michel CERETTI

  • Le risques infectieux en médecine de villeDr Joël SPIROUX et Dr Alain SIMAVONIAN,

  • Le risque infectieux et les dispositifs médicauxPr Yves VILLE, médecin gynécologue

  • Le risque infectieux en radiologiePr Francis JOFFRE, Société Française de Radiologie

  • Dispositif médical et soin de plaie :Isabelle FROMANTIN


L innovation industrielle au service de la securite du patient l.jpg
L’INNOVATION INDUSTRIELLE d’infections osseuses gravesAU SERVICE DE LA SECURITE DU PATIENT

  • Présidé par : Patryck BREITBURD, pharmacien AIHP, président d’honneur du SNITEM

  • ANIOS, DALKIA , GERMITEC, KIMBERLY-CLARK, STERIENCE

  • Jean-Claude GHISLAIN, AFSSAPS

  • Catherine MONTAGNIER-PETRISSANS, (CEDIT) Comite d’evaluation et de diffusion desinnovations technologiques - AP-HP

  • Christian SEUX, président SNITEM

  • Philippe ROUARD, délégué général, APPAMED

  • Dr Joseph HAJJAR, Société Française d’Hygiène Hospitalière (SFHH)


La culture du compromis pr sid par claude rambaud pr sidente du lien l.jpg
LA CULTURE DU COMPROMIS d’infections osseuses gravesPrésidé par: Claude RAMBAUD, présidente du LIEN

  • Film: « Haut les bijoux ! »Avec Marie-Christine POUCHELLE, anthropologue,et Dr Georges DUCEL, médecin hygiéniste

  • Table ronde 1Compromis et management, (lavage des mains)

  • Jean-Jacques ROMATET, directeur général, CHU Toulouse

  • Dr Pierre PARNEIX, président du CCLIN Sud-ouest

  • Dr Chantal BAUDIN, pharmacien biologiste, hygiéniste G.H. Alpha Santé (Moselle)


La culture du compromis pr sid par claude rambaud pr sidente du lien10 l.jpg
LA CULTURE DU COMPROMIS d’infections osseuses gravesPrésidé par: Claude RAMBAUD, présidente du LIEN

HDM et culture :

  • Pb équipement, de temps, acceptabilité du risques, relation médecin patients: acte de confiance

  • Contrat de pôle incluant objectif qualité parmi lesquels ICSHA, suivi régulier par service

  • Pb surcharge travail, on saute ce qui n’est pas obligatoire

  • Port de bijoux : culture individuelle dans la santé


Compromis et s curit du patient l.jpg
Compromis et sécurité du patient d’infections osseuses graves

  • Qui contrôle qui ? Comment et quelles conséquences ?L’impact du signalement des infections nosocomialesFrançoise WEBER, directrice INVSUn spécialiste de l’Audit de stérilisation.

  • L’impact de la certification,Jean-Paul GUÉRIN directeur de la certification, HAS

  • Le vécu du contrôle dans les établissements de santé privésPhilippe BURNEL, délégué général FHPLa tutelle et le contrôleDr Joëlle PERRIN-MIRLAN, directrice adjointe ARH Poitou-Charentes


Compromis et d cision politique l.jpg
Compromis et décision politique d’infections osseuses graves

  • Annie PODEUR, directrice, Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS)

  • Dr Bernard GOUGET, conseiller santé publique FHF

  • Pascal FORCIOLLI, directeur ARH Picardie

  • Christian SAOUT, président du Collectif Inter Associatif sur la Santé

  • Marie-Odile BERTELLA-JEFFROY, juge d’instruction, Paris


Slide13 l.jpg

  • Culture pédagogique, certification des établisssements d’infections osseuses graves

  • HAS = jugement par des pairs

  • Levier de la transparence avec les usagers

  • Demande du LIEN d’une culture d’excellence, sanctions et suivis des reserves par les services de l’état (DRASS- ARH-CNAM = ARS)


Compromis et s curit du patient14 l.jpg
Compromis et sécurité du patient d’infections osseuses graves

Quelques exemple Michel Ceretti

  • CHU Rennes, 2003 sté non conforme; décision nouvelle sté en 2010…

  • Bastia : Sté sans autorisation, aucune échéance

  • Neuilly…


Compromis et s curit du patient15 l.jpg
Compromis et sécurité du patient d’infections osseuses graves

Etablissements de santé et établissements médico-sociaux volontaires

  • Publics et privés

  • Dans quatre régions métropolitaines

  • Aquitaine, Franche-Comté, Ile-de-France

  • Rhône-Alpes

  • Pour une durée de 18 mois

  • Ce ne sera donc pas un échantillon représentatif


Premi re phase de l exp rimentation l.jpg
Première phase de l’expérimentation d’infections osseuses graves

  • Etablissements de santé et établissements médico-sociaux volontaires

  • Publics et privés

  • Dans quatrerégions métropolitaines

    Aquitaine, Franche-Comté, Ile-de-France

    Rhône-Alpes

  • Pour une durée de 18 mois

    Ce ne sera donc pas un échantillon représentatif


D finition et liste d eig l.jpg
Définition et liste d’EIG d’infections osseuses graves

  • Dans toutes les spécialités : des EIG généraux

    • décès inattendu ou perte permanente d’une fonction ne résultant ni de l’évolution naturelle de la maladie, ni du terrain du patient

    • au décours d’un acte de soins, hospitalisation en réanimation et/ou ré-intervention non programmées

    • erreur de patient ou erreur de côté pour tout type d’acte et dans toute discipline


D finition et liste d eig 2 l.jpg
Définition et liste d’EIG (2) d’infections osseuses graves

  • Dans quelques spécialités : des EIG spécifiques proposés par les sociétés savantes

    • hystérectomie d’hémostase, ligatures ou embolisation pour hémorragie de la délivrance

    • perforation lors d’une endoscopie

    • paraplégie après anesthésie péridurale

    • erreur d’étage (chirurgie du rachis)

    • médiastinite après sternotomie pour chirurgie cardiaque

    • cancers radio-induits

    • …………………….


Circuit de d claration l.jpg
Circuit de déclaration d’infections osseuses graves

ES / EMS

via la « gestion des risques »

Déclaration

Analyse des causes

Cellule régionale d’appui

Sensibilisation

Formation

Appui pour l’expertise

(à la demande du

niveau local)

InVS

Analyse des données nationales

Articulation avec autres systèmes

(Afssaps, ASN, ABM, IN, HAS)


Infections nosocomiales et accidents m dicaux quelle r paration pour les victimes l.jpg
Infections nosocomiales et accidents médicaux, quelle réparation pour les victimes?

  • Edouard COUTY, président de l’ONIAM

  • Lorraine BRIERE de l’ISLE, représentante des usagers, CRCI Île-de-France

  • Alexandre DELORD, avocat de victimes

  • Françoise BERRUX, avocate spécialisée responsabilité médicale


Infections nosocomiales et accidents m dicaux quelle r paration pour les victimes21 l.jpg
Infections nosocomiales et accidents médicaux, quelle réparation pour les victimes?

  • Discussion sur le recours ou non à l’avocat

  • Pb indemnisation contentieux 71 000 euros, CRCI 56 000…

  • Expertise en CRCI moins approfondie?

  • Frais de conseil : indemnité forfaitaire de 700 euros

  • 2008 : 1250 indemnisations


Crci http www leciss org uploads tx cissdocuments guidecrci versionfinale pdf l.jpg
CRCI réparation pour les victimes?http://www.leciss.org/uploads/tx_cissdocuments/GuideCRCI_VersionFinale.pdf


Mission midiss et m diateur de la r publique l.jpg
Mission MIDISS et médiateur de la République réparation pour les victimes?

  • Transfert de la Midiss (Mission pour le développement de la Médiation, de l'Information et du Dialogue pour la Sécurité des Soins) de la HAS au Médiateur de la République intervenu le 2 janvier.


Jean paul delevoye m diateur de la r publique l.jpg
Jean-Paul DELEVOYE, médiateur de la République réparation pour les victimes?

  • Le Médiateur de la République s’emploie à améliorer les relations entre l’administration française et le citoyen.

  • 70000 dossiers/an

  • 70 % demande information sur les droits

  • Nommé pour 6 ans et irrévocable, le Médiateur de la République examine au cas par cas l’inadaptation de certains textes ou procédures, les excès de certains comportements. Il propose des solutions sur mesure et des réformes de fond


Infection associ e aux soins en ehpad l.jpg
INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS EN EHPAD réparation pour les victimes?

  • Prévalence des infections en EHPAD, PRIAM 2 Monique ROTHAN-TONDEUR, ORIG

  • 10% des lits d’EHPAD, enquête 1 mois donné, age moyen 86 ans

  • Prévalence 11.23 % :

  • 4.6 confirmées +6.63 probables

  • Taux létahlité 1.5%

  • Taux d’hospitalisation 8.3%


Infection associ e aux soins en ehpad27 l.jpg
INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS EN EHPAD réparation pour les victimes?

  • Veille réglementaire Fondation Caisses d’Epargne, Dr Bruno FAVIER, conseiller technique médical FCES

  • Campagnes de lutte contre la grippe

    • Salariés 35 %, résidents 95%

  • Signalement des événements indésirables en Ehpad, volontariat

  • Apport de l’Intranet en matière de signalement et de prévention.


Infection associ e aux soins en ehpad28 l.jpg
INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS EN EHPAD réparation pour les victimes?

La formation Hygienosia par e.learning , 2 modules EHPAD et SSIAD

Marie-Carmen HURARD, éditrice de la formation à distance

  • 1 séance de 2 h pendant 8 mois

  • 2004-2008 : 700 personnes , 123 structures,14 régions

  • 91 à 100 % de satisfaction des personnels

  • 2 niveaux Correspondant (niveau 1) et Référent (niveau 2)


La s curit du patient au bloc op ratoire l.jpg
LA SÉCURITÉ DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE réparation pour les victimes?

  • Le bon patient, la bonne information, la bonne indication, le bon dossier, le bon côté, à la bonne heure dans un bon environnementPrésidé par Pr Guy VALLANCIEN, chirurgien, Institut Mutualiste Montsouris

  • Activité et sécurité :

  • Dr Nadine CALVO-VERJAT, chirurgien, GH Saint-Joseph Paris

  • Dr Frédéric BISMUT, médecin anesthésiste

  • Définir la bonne attitude et changer les pratiques, rôle et limites des sociétés savantes

  • Pr Philippe BERTHELOT, Société Française d’Hygiène Hospitalière

  • Perspectives d’avenir dans la lutte contre les infections opératoires

  • Pr Alain LORTAT-JACOB, Hôpital Ambroise Paré, AP-HP, Boulogne-Billancourt


4 prix d cern s au titre de la reconnaissance du lien pour leur engagement dans la lin l.jpg
4 Prix décernés au titre réparation pour les victimes?de la reconnaissance du LIEN pour leur engagement dans la LIN

  • FEHAP, St Joseph,dépistage rapide SARM

  • FHF hôpital de Montluçon , sans bijoux

  • FHP, Clinique Maussins Neulet,tt IOA

  • EHPAD, rurale du sud est / elearning hygenosia

  • Un prix au titre de l’engagement dans le développement durable en santé : centre hémodialyse


ad